Réunion climatique Cancun : succès modéré

Galarraga, Ibon

Markandya, Anil

Markandya, Anil

Basque Centre for Climate Change zentroko zuzendari zientifikoa

Gonzalez-Eguino, Mikel

Basque Centre for Climate Change (BC3) zentroko ikertzailea

L'accord conclu à Cancun, presque unanime, dans lequel seule la Bolivie a montré son opposition, a fait des progrès significatifs dans l'adaptation et la réduction de la déforestation, ainsi que des aides financières aux pays en développement. En outre, la porte n'a pas été fermée à un accord contraignant de réduction des émissions lors de la prochaine réunion qui se tiendra à Durban (Afrique du Sud) en 2011. Cet accord renforcerait le Protocole de Kyoto. Nous croyons que cela peut être considéré comme un succès modéré.
Réunion climatique Cancun : succès modéré
01/02/2011 Galarraga, Ibon; Gonzalez-Eguino, Mikel; Markandya, Anil Chercheur au Basque Centre for Climate Change (BC3); Chercheur au Basque Centre for Climate Change (BC3); Directeur scientifique du Basque Centre for Climate Change (BCG)
(Photo: -)

Au début de la réunion de Cancun, on savait qu'un accord contraignant ne pourrait pas être atteint et l'espoir a été considérablement réduit par rapport à la précédente réunion de Copenhague. Cependant, au moment de définir le résultat de la réunion, on peut dire qu'elle a eu un succès modéré compte tenu du contexte de la réunion. Le lecteur doit être conscient que la portée des accords et des progrès qui peuvent être atteints lors de ces réunions est limitée, car ils sont presque plus de deux cents négociateurs (pays), et les textes qui sont présentés au débat sont définis et discutés avec rigueur avant de donner leur approbation formelle.

Accords et accords

Le 11 décembre 2010, profitant également des dernières minutes de la réunion, les représentants présents à Cancún (sauf la Bolivie) ont approuvé un ensemble de décisions intitulé «Accords de Cancún». Certains aspects clés des négociations climatiques sont avancés dans ces accords. Voici un résumé des principales décisions:

1. Il a été déterminé - pour la première fois officiellement aux Nations Unies - que l'augmentation de la température moyenne ne doit pas dépasser 2 °C. Cet accord a été proposé dans l'Accord de Copenhague (COP-15), mais les Nations Unies ne l'ont pas accepté.

2. Les plans de réduction des émissions fixés par les pays pour 2020 sont officiellement approuvés après la réunion de Copenhague. Parmi les pays qui ont proposé des réductions volontaires (environ 80 pays) se trouvent les principaux responsables des émissions, comme la Chine, les États-Unis, l'Union européenne, l'Inde ou le Brésil. De nombreux pays en développement, sans engagement de contrôle des émissions dans le Protocole de Kyoto, se sont engagés pour la première fois à faire un effort pour contrôler leurs émissions et leur intensité énergétique dans leurs économies. C'est une bonne étape pour atteindre l'objectif de ne pas dépasser les 2ºC de température moyenne, puisque la plupart des émissions proviennent de ces pays. Cependant, avec les engagements actuels, cet objectif de 2ºC ne peut pas être atteint. Les émissions mondiales seront réduites de 11-16 % en 2020 (par rapport aux émissions de 1990), mais le GIEC estime qu'elles devraient être réduites de 25-40 %.

3. Les mécanismes de surveillance et de vérification des émissions des pays (appelés MRV en anglais) ont été convenus. Ces mécanismes n'ont pas pu être acceptés à Copenhague parce que certains pays ne voulaient pas d'audit, mais ces craintes ont été partiellement dépassées à Cancun. Selon l'accord, les pays présenteront leurs inventaires d'émissions à un groupe d'experts indépendants qui, suivant les recommandations de l'accord, surveilleront et vérifieront les réductions d'émissions.

4º Les deuxièmes négociations du Protocole de Kyoto restent ouvertes. Certains pays clés ont déjà annoncé qu'ils ne participeront pas à une deuxième phase du Protocole de Kyoto si les États-Unis, dont le Japon et la Russie, ne participent pas, et que l'Australie et le Canada restent derrière eux. Toutefois, cette décision sera prise à la CdP-17 à Durban (Afrique du Sud) en 2011.

5. Pour la période 2010-2012, 30.000 millions de dollars de transfert ont été convenus et 100.000 annuels d'ici 2020 pour aider les pays en développement à réduire leurs émissions et à s'adapter à l'accord. Depuis la réunion de Copenhague, les pays ont formalisé leurs engagements de contribution pour atteindre ces chiffres. Ces chiffres seront une combinaison de financement public et privé (marchés du carbone).

6º La procédure pour la mise en œuvre d’un fonds climatique vert (Green Climate Fund) a été définie. Ce fonds, qui n'est pas lié au point 4, aura une représentation équilibrée des pays en développement et des pays développés, et sera initialement géré par la Banque mondiale.

7. Le rôle des mécanismes de développement propre et d'autres mécanismes de marché est renforcé. À cet égard, la nouveauté est que des crédits carbone peuvent être obtenus grâce à des projets de capture et de stockage du carbone (CCS).

8º. Un cadre de travail sur l'adaptation a été approuvé et les détails sur la protection des forêts et le transfert de technologie ont été avancés. Le mécanisme REDD+ ( Reduced Deforestation and Forest Dégradation ) contribuera à la conservation des forêts des pays développés par le biais de mécanismes incluant des mécanismes de marché. A noter que les deux tiers des émissions des pays en développement proviennent de la déforestation et de la dégradation des forêts. D'autre part, l'accord a défini une structure directive ("Climate Technology Center and Network") qui unifie l'offre et la demande de technologies à faible consommation de carbone.

Une évaluation globale

Compte tenu de la crise économique mondiale dans laquelle vivent la plupart des pays développés et, surtout, compte tenu du faible résultat de la réunion de Copenhague (COP 15) et de l'organisation controversée, l'Accord cadre des Nations Unies sur le changement climatique (UNFCCC) a été mis en question, l'accord de Cancun peut être considéré comme un pas important.

En fait, des progrès importants ont été accomplis sur des sujets aussi importants que ceux mentionnés au point précédent (en particulier pour de nombreux pays en développement). Cette avancée ouvre la voie à la réalisation d'objectifs contraignants et ambitieux de réduction des émissions lors de la réunion de Durban. Le chemin est long jusqu'alors et la présidence actuelle (Mexique) et future (Afrique du Sud) devront tirer parti de leurs capacités pour atteindre cet objectif et préparer le bon contexte pour parvenir à des accords meilleurs et plus ambitieux.

Le changement climatique a toujours besoin de nombreux acteurs dans des domaines d'action extérieurs au processus de négociation des Nations Unies – de tous les groupes d'intérêt, de tous les niveaux gouvernementaux, etc. – pour contribuer résolument à la réduction des émissions et à l'adaptation au changement climatique. Mais le processus au sein de l'UNFCCC reste un élément fondamental de la solution. La réunion de la CdP 17 pourra en profiter et accroître le succès modéré de la réunion de Cancun!

Galarraga, Ibon; Gonzalez-Eguino, Mikel; Markandya, Anil
Services
272 272
2011 2011
Services
027 27 027
Environnement; Foires, congrès; Climatologie
Analyse de l'analyse
Bibliothèque et bibliothèque

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.