Tortues ? Ici ?

Paz Leiza, Leire

Biologoa

BOLUE Ingurumen Ikerketak

Buenetxea Aragüés, Xabier

Baso Ingeniari teknikoa

BOLUE Ingurumen Ikerketak

Oui, nos rivières et nos zones humides sont soutenues. Malheureusement, aujourd'hui, les espèces les plus abondantes et les plus répandues sont celles d'espèces étrangères, tandis que les espèces autochtones sont menacées. Après des années de recherche dans les territoires de Biscaye et d'Araba, nous essaierons de dévoiler quelques secrets sur ce monde si inconnu.
dortokak-hemen
Emys orbicularis, galapagos européen. Ed. © BOLUE Études environnementales

En 2001, après la réalisation de l'inventaire herpéologique de la municipalité de Getxo et la préoccupation pour le nombre croissant de galapagos étranges dans la zone humide de Bolue, avec le soutien du Département de l'Environnement de la Mairie de Getxo, S.O.S. Le projet Galapagos commence. Buenetxe, I. Avec l'aide de Zugadi, avec l'intention de les faire sortir. Même si dans la péninsule ibérique on savait que le galapagos étranger est envahissant, personne n'osait jusqu'alors affronter le problème.

Bolu était donc une initiative pionnière au niveau de l'État, qui maintenait initialement les animaux capturés dans une enceinte contrôlée à côté de la zone humide. Il est rapidement devenu petit et a dû se rendre au Centre de Restauration de la Faune Sauvage de Biscaye.

Seulement dans la première année, plus de 150 galapagos étrangers, 17 galapagos corrompus (Mauremys leprosa) et en 2003, le premier numéro du galapagos européen (Emys orbicularis) ont été capturés. Ces deux espèces sont autochtones dans la Communauté Autonome du Pays Basque et sont classées dans le Catalogue des Espèces Menacées avec la caractéristique "Vulnérable", ce qui a conduit à leur libération dans la zone humide après leur identification. En outre, le Centre de réhabilitation a décidé de se détacher dans la zone humide de Bolue d'exemplaires de différentes origines de ces espèces, afin de renforcer leur population. Cela s'est produit en été 2004, alors que les premiers nouveau-nés du galapagos européen ont été détectés, première donnée de reproduction de l'espèce dans la CAPV.

Peu après avoir commencé à travailler sur la zone humide de Bolue, des études ont été menées dans des endroits spécifiques des deux provinces mentionnées, et en 2007 à Biscaye et en 2010 à Alava, nous avons commencé à explorer peu à peu tout le territoire avec un double objectif: d'une part, chercher des espèces autochtones et d'autre part, sortir les galápagos d'espèces étranges d'espaces naturels.

Méthodologie de travail

Mauremys lépreux, galapagos correcteur, avec un émetteur de radiotracking nouvellement adhéré. Ed. © BOLUE Études environnementales

Les galapagos sont des animaux fugaces qui peuvent facilement passer inaperçus. Ainsi, quand nous arrivons à un nouvel endroit, une journée ensoleillée, nous nous approchons de la zone humide avec tout silence et mouvements lents, et avec l'aide des jumelles ou du télescope, nous cherchons d'abord les soutiens qui peuvent être au soleil.

Puis nous mettons des pièges. Ils sont généralement de différents modèles: en forme de quai et ils ont été appelés «pièges de Bolue». Les premiers sont semblables à ceux utilisés pour la capture des crabes ou des anguilles, c'est-à-dire les ouvertures en forme de cône inversé permettent l'entrée du galápago mais évitent la sortie ; nous les fournissons en outre avec flotteur pour que les apoarmes respirent, et pour les attirer nous mettons comme appât le poisson ou le foie de poulet. Le piège Bolue, pour sa part, profite de la nécessité pour les soutenus de prendre le soleil; quand ils montent sur le piège, il est activé de l'extérieur et sont pris au piège dans un réseau qui l'entoure, dont le nom provient de la zone humide de Bolue, où il a été inventé. Depuis, il a été utilisé dans divers espaces naturels de l'état pour capturer des galapagos étranges.

Nous remplissons une fiche pour chacun des galapagos capturés, où le sexe, les mesures (dimensions de la coquille, poids, etc.) et détails d'accès (date, lieu, etc.) sont indiqués. Ensuite, selon l'espèce, nous agissons de la manière suivante : nous transmettons les spécimens d'espèces exotiques aux Centres de Restauration de la Faune de la Députation Forale correspondante, et nous identifions les spécimens des espèces autochtones à travers des microchips et/ou des flétrissures sur les bords de la coquille, les laissant libres dans le même lieu de capture. Certains des galapagos d'espèces indigènes ont également rejoint un émetteur dans la carapace pour, à travers la technologie dite radiotracking, suivre les mouvements de ces animaux et obtenir des informations sur l'utilisation de l'habitat.

Enfin, chaque fois que nous nous déplaçons d'une zone humide à l'autre, nous désinfectons correctement les instruments qui ont été en contact avec l'eau pour éviter le transport de la moule zèbre ou d'autres agents pathogènes.

Résultat et avenir de 10 ans de travail

Pièges pour capturer des galapagos : à gauche, sous forme de quai ; en haut, schéma du fonctionnement du piège Bolue. Ed. © BOLUE Études environnementales

Au total, nous avons pu tirer de nos espaces naturels plus de 500 galapagos étranges, la plupart d'entre eux de Biscaye, où nous avons agi plus intensément. Ils peuvent être trouvés dans n'importe quelle rivière, réservoir, puits ou zone humide, en particulier dans les plus proches des centres urbains. De plus, nous avons constaté que ces étranges galapagos sont capables de se reproduire également dans notre pays, même si pour le moment ils ne sont que des événements isolés. Malheureusement, il y a encore beaucoup d'exemplaires libres sur notre territoire, donc il y a beaucoup de travail à faire si nous voulons avancer l'invasion.

Quant aux espèces de galapagos autochtones, la situation actuelle n'est pas relaxante : on a trouvé des spécimens isolés dispersés sur le territoire, mais peu de populations, dont certaines ont très peu d'exemplaires. Nous savons que certains de ces animaux provenaient d'une autre zone géographique, mais les plus âgés nous racontent que les tortues étaient plus répandues sur notre territoire par le passé. Les changements drastiques que le milieu a subis ont provoqué la disparition de la plupart des populations et que la capture silencieuse leur aurait certainement été très dommageable. D'autre part, les étranges galapagos qui ont proliféré ces derniers temps n'ont pas non plus bénéficié à nos galapagos. Il est donc très important de trouver et de protéger ceux qui restent.

Comment les galaxies étranges ont-elles atteint nos zones humides et pourquoi les sortons-nous ?

Vous avez tous vu de petits galapagos verts vendus dans les magasins d'animaux, sûrement certains d'entre eux ont eu à la maison. Beaucoup de ces galapagos meurent encore petits, tandis que d'autres continuent à croître et à vivre pendant des années. Malheureusement, les gens finissent par s'ennuyer et, pour bonne intention et méconnaissance, les relâchent dans les zones humides, c'est-à-dire les abandonnent. Ce sont des animaux robustes, capables de survivre en liberté sans problèmes et de se reproduire. Ainsi, l'étrange galápago est devenu aujourd'hui l'un des animaux envahisseurs les plus dangereux du monde, selon l'Organisation internationale pour la conservation de la nature.

Dans les années 80 et 90, il a étendu l'achat de la tortue de Floride ( Trachemys scripta elegans ) et l'abandon de certains animaux dans les milieux naturels. Les dommages les plus graves dans les écosystèmes causés par les galapagos étranges sont les grands restaurants, à régime large, qui affectent amphibiens, invertébrés, petits vertébrés et plantes, en plus de rivaliser directement avec les galapagos autochtones menacés, qui leur enlèvent les meilleurs endroits pour se nourrir, bronzer et nidifier, ainsi que des problèmes de santé en étant porteurs de pathogènes dangereux comme Salmonella.

Espèces étranges plus abondantes que nous capturons sur notre territoire. De gauche à droite : Trachemys scripta elegans, Trachemys scripta scripta, Graptemys pseudogeographica, Pseudemys nelsoni. Ed. © BOLUE Études environnementales

Conscient de ce problème, l'importation de cette sous-espèce a été interdite dans l'Union européenne en 1997. Cette mesure a été très déficiente, car la vente de galapagos étranges (pour être des animaux domestiques) a augmenté ces dernières années et de nouvelles sous-espèces et espèces (Trachemys scripta scripta, Graptemys pseudogeographica, Pseudemys sp. etc) ont été commercialisés. De même, bien que des travaux de sensibilisation aient été menés et menés, les gens abandonnent toujours les galapagos dans des espaces naturels, ce qui permet de trouver des spécimens de différentes espèces dans leur environnement.

Aujourd'hui, en décembre 2011, le décret royal régissant le catalogue et la liste espagnole des espèces exotiques envahissantes a été publié, dans lequel l'espèce Trachemys scripta est considérée comme envahissante, tandis que toutes les autres espèces exotiques mentionnées ne sont admises que comme envahissantes potentielles. Cela signifie qu'à partir de 2013, le script Trachemys ne sera plus commercialisé dans les animaleries de l'état, tandis que le reste le sera. Nous nous attendions à ce que ce décret soit plus rigoureux quant à la considération des animaux domestiques de fourrage étranger, mais la conviction que la situation précédente ne va pas supposer de grandes différences, sans un profond travail de sensibilisation.

Pour tout cela, que faire si vous trouvez un surnom ou de se soucier du soutien domestique? L'emmener au Centre de Restauration de la Faune Proche (Biscaye, Gorliz, Araba, Martioda et Gipuzkoa, Igeldo) ou appeler au service de la Crèche Forestière de la Députation Forale correspondante. Cela dépend de tous !

Ces travaux ont été financés par les Mairies de Getxo, Vitoria-Gasteiz et les Diputations Forales de Biscaye et Araba.

Plus d'informations sur http://sosgalapagos.blogspot.com/.

Sur notre territoire vivent deux espèces autochtones ou autochtones:
· Galapagos européen ( Emys orbicularis ), tortue sombre d’eau douce avec une carapace jusqu’à 20 cm. Son aire de répartition du Portugal au Caucase est connue dans la CAPV pour une seule population, la zone humide de Bolue (Getxo, Biscaye).
· Le galápago (Mauremys leprosa) peut être plus grand que le précédent et est de couleur olive. On ne le trouve que dans le monde, dans la péninsule ibérique et dans quelques fragments d'Afrique du Nord et du Sud de la France. Dans la CAPV on connaît des populations isolées, en Biscaye et Araba.
Données de base sur la biologie des galapagos:
· Ce sont des reptiles d’ordre Chélonia.
· Comme d’autres tortues, elles présentent une carapace écailleuse qui leur fournit une protection passive.
· Ceux qui vivent en eau douce ont aussi des membranes internumériques qui les aident à nager, c'est-à-dire des pattes palmées.
· Ils ont la respiration pulmonaire de sorte qu'ils doivent sortir régulièrement à la surface de l'eau pour respirer.
· Les poiquilotermos, c'est-à-dire, sont de sang froid, de sorte qu'ils ont l'habitude d'être exposés au soleil sur des pierres, des branches ou des troncs flottants, afin d'accélérer le métabolisme, tandis qu'en hiver, quand la température de l'eau descend en dessous de 10 ° C, ils entrent dans la léthargie enterrés sous l'eau ou sur la rive.
· Ce sont des ovaires qui pondent de 8 à 18 œufs dans des nids creusés dans le sol.

Jarrai iezaguzu

Zu idazle

Zientzia aldizkaria

azken alea
Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.