Photographie en couleur (I): film coloré

Nogeras, Itziar

Elhuyar Fundazioa

Nous avons déjà parlé du film, concrètement au numéro 88, sans commencer à répéter le local de haut en bas, sur sa base, nous analyserons les particularités du film de couleurs.

Avant d'avancer, il y a deux particularités principales: l'une est la présence de films de deux formes (convertible ou avec des diapositives et négatives) et l'autre est l'adaptation des films à des sources lumineuses (à la lumière naturelle ou artificielle).

Film négatif. Dans le film négatif, une fois éclairé et révélé dans la caméra, on obtient une image composée de tons négatifs et de couleurs complémentaires. Pour obtenir une image positive, vous devez faire des copies papier. Les films négatifs ont une couleur orange foncé en raison de la teinte orange qui conduit à réduire le contraste et à obtenir une plus grande précision de couleur.
I. Nogeras

L'image positive est révélée et formée directement par une émulsion placée à la lumière de la caméra avec un film convertible qui produit des diapositives (ou des transparences). Les diapositives peuvent être vues à l'aide d'une source de lumière projetée sur un écran ou sur une surface ou via un viseur. La plupart de ces films peuvent être revégétalisés à la maison, comme Ektachrome, Fujichrome et Agfacrome, tandis que celle de Kodachrome, en raison du processus complexe et secret de développement dont il a besoin, doit être révélé par le fabricant lui-même.

Les principaux avantages du film pour diapositives sont de pouvoir révéler sans outils spéciaux, obtenir une intensité de couleur et une précision unique et être moins cher.

Avec le film négatif, on révèle l'émulsion à la lumière de la caméra et on obtient une image formée de tons négatifs et de couleurs complémentaires. C'est une étape intermédiaire et pour obtenir une image positive, vous devez faire des copies papier. Tous les films négatifs colorés peuvent être vérifiés à la maison. Comme en noir et blanc, ils peuvent être faits positifs sur le papier, mais pour cela un laboratoire est nécessaire. Contrairement aux diapos, le positivar permet d'assombrir ou de clarifier les copies et de corriger ou de changer les couleurs à l'aide de filtres. Les copies papier de couleur ne nécessitent aucun outil et peuvent être faites autant de copies que vous le souhaitez des négatifs. Pour le photographe qui souhaite de nombreuses copies, le film négatif est un bon choix.

Tant des diapositives que des négatifs, on peut faire des copies en noir et blanc et des négatifs on peut faire aussi bien des diapositives que des copies des diapositives (quand on parle de développement on sera plus long). Le choix d'un film ne ferme pas la voie vers d'autres formes, mais les meilleurs résultats seront obtenus avec un film préparé pour cela.

Image positive ou copie du film négatif ci-dessus. Dans le film négatif, une fois éclairé et révélé dans la caméra, on obtient une image composée de tons négatifs et de couleurs complémentaires. Pour obtenir une image positive, vous devez faire des copies papier. Les films négatifs ont une couleur orange foncé en raison de la teinte orange qui conduit à réduire le contraste et à obtenir une plus grande précision de couleur.
I. Nogeras

En ce qui concerne la sensibilité, tout comme en noir et blanc, plus le film est rapide, plus il est évident (et moins il est défini), et plus il est réalisé en utilisant le film le plus lent qui laissent les conditions de lumière.

D'autre part, d'une marque à l'autre, en raison des différents types de colorants, les couleurs ne sont pas reproduites de la même manière et chacun doit choisir en fonction des résultats qu'il souhaite obtenir. Certains films reproduisent mieux les couleurs « chaudes » (rouge-jaune) et d'autres les couleurs « froides » (bleus verts).

Rappelant l'erreur de réciprocité (voir photo VIII; numéro 87), il est beaucoup plus évident dans les photographies colorées, car en même temps que les films perdent de sensibilité, on perd contraste et densité et la couleur se déforme. Il n'est donc pas recommandé d'utiliser des vitesses d'obturation supérieures à 1 s et inférieures à 1/1000 s.

Lors de la mesure de l'exposition (voir photo en X et XI; nombres 89 et 90), il faut noter que les diapositives ont une latitude d'exposition ou de contraste inférieure aux films. En général, et surtout sur les diapositives, le calcul de l'exposition doit être très précis si nous ne voulons pas que la couleur se distingue. L'exposition excessive et insuffisante a un effet différent avec des diapositives ou négatives. En général, les diapositives acceptent mieux l'exposition insuffisante que exagérée. Dans les négatifs il donne la même chose. Pour sa plus grande latitude, la densité adéquate de la couleur peut être obtenue en positivar. Cependant, il est recommandé d'éviter une exposition insuffisante.

Structure du film coloré

Le film coloré est composé de trois couches d'émulsion en noir et blanc, placées l'une sur l'autre avec une grande précision. Chacun d'eux est sensible à une couleur primaire (bleu, vert et rouge), dont les autres couleurs sont synthétisées. La couche supérieure répond au bleu, la couche centrale au vert et la couche inférieure au rouge.

Sous le bleu se trouve le filtre jaune, dont la fonction est d'empêcher les rayons bleus de la lumière de passer aux deux autres et disparaît dans le développement. La base et le dos sont identiques à ceux du noir et du blanc (voir photo au numéro 88). Les quatre couches ont une épaisseur inférieure à 0,001 mm et ont la capacité de reproduire toutes les couleurs. Toutes les couches de blanc et de gris neutre ont la même réponse. Les films négatifs ont une couleur orange foncé en raison de la teinte orange qui conduit à réduire le contraste et à obtenir une plus grande précision de couleur.

D'autre part, comme indiqué dans l'introduction, les films doivent être adaptés à la source lumineuse ou, ce qui est le même, à la température de couleur de la lumière du jour clair (à la température de couleur de la lumière du jour clair ou aux lumières artificielles). La soi-disant «lumière blanche» est un mélange d'ondes couvrant toutes les couleurs du spectre. La composition de ce mélange varie selon la source lumineuse. Par exemple, la lumière de la voile a plus de rouge que le bleu, dans les ombres du jour propre, en raison de la lumière venant du ciel bleu, prédomine le bleu... Chacune d'elles a sa propre température de couleur exprimée en degrés Kelvin.

Si on utilise le film avec une source de lumière extérieure, des déviations de couleur se produisent (comme à l'intérieur, à l'aube et au crépuscule, le rouge prédomine et à l'extérieur le bleu). L'une de ses solutions (si aucun résultat n'est souhaité), comme mentionné dans l'article Filtres (photo XIII; nº 92), est l'utilisation de filtres correcteurs. Sans tenir compte de la prise de photo, vous pouvez également faire des sabots dans le laboratoire avec des filtres. Mais sans oublier que cela sert à négatifs, en passant les diapositives par ce processus.

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.