Les rivières dans les courants

Arturo Elosegi Irurtia

Ekologiako katedraduna

Zientzia eta Teknologia Fakultatea. EHU

Les rivières sont des écosystèmes instables : le courant d'eau entraîne ses habitants en déclin continu, les descentes du débit les transporte, le changement de qualité de l'eau leur fait changer leurs modes de vie... Pour rester dans ces conditions, une adaptation très spéciale est nécessaire. Plantes invertébrées vertébrés Zonage des rivières

Principales composantes de la communauté fluviale

La principale source d'énergie sont les murs et les troncs tombés latéralement dans de petites régates.
A. Elosegi

Quant aux producteurs primaires de la rivière, les algues, les mousses et les fanerogames sont abondants. Les algues dominantes fluviales sont des microalgues de l'épilite des pierres (couche formée d'algues, de champignons, de bactéries, de microinvertébrés et de détritus), où peuvent exister des chloropées, des cyanofères, des féophées, des bacilles (diatomées) et des rhodophes. Dans ces algues se distinguent deux types : certains (comme le chlorophyte Cladophora ou le rodofite Lemanea) forment des colonies firuques dans des zones à moyenne courant et d'autres (diatomées comme Navicula et Gomphonema) sous forme de cellules libres ou de colonies planes (ex. Nous trouvons rivulaire rodofita). Ce dernier groupe peut s'imposer dans des courants durs, mais il s'installe souvent aussi sur une puissante colonie.

Les mousses présentent une distribution plus stricte dans les rivières, contrairement aux autres plantes qu'elles utilisent comme source de carbone CO 2. Ainsi, dans les sources chargées de CO 2 et dans les environs des cascades prédominent les mousses appelées Fontinalis. Ceux-ci sont capables d'adhérer aux pierres et peuvent surmonter les courants les plus difficiles. Ce sont donc les zones rapides qui abondent le plus, s'installant surtout dans les grands blocs de pierre. La plupart de l'importance des communautés de mousse peut être observée dans les sources des zones karstiques, où ils aident à précipiter la chaux, formant le type de calcaire connu comme travertin, comme on peut le voir à Urederra.

Dans ces conditions de faible éclairage les algues poussent peu, les principales plantes étant les mousses appelées Fontinalis.
A. Elosegi

Les fangames des rivières sont connus comme des macrofites. Ranunculus, Potamogeton, Miriophyllum, Rorippa, etc. sont quelques-uns des genres que nous trouvons dans les rivières de Euskal Herria. Toutes ces racines nécessitent un fond sablonneux ou argileux, donc prédominant dans les zones lentes. La fonction principale des racines est généralement de les fixer au substrat, car la plupart des aliments proviennent des feuilles. S'agissant de plantes d'origine terrestre, elles ont des problèmes de reproduction, car la plupart sont des espèces entomophiles (c'est-à-dire pollinisatrices par insectes).

Ainsi, la reproduction végétative est la plus fréquente, tandis que pour la reproduction sexuelle, la plupart des parties de la plante sont immergées, de sorte que les fleurs doivent être dans l'air, ce qui limite la profondeur maximale dans laquelle elles peuvent vivre. Pour combattre les inondations, ils disposent de systèmes radicaux étendus et profonds, et d'un cycle de vie principalement durable. La distribution de macrophytes dans la rivière est en constante évolution en raison de la sédimentation et de l'érosion, la principale adaptation étant la reproduction végétative.

Enfin, seulement dans les rivières très lents, nous pouvons trouver un vrai phytoplancton et la végétation flottante, car dans d'autres cas, ils sont transportés en aval. Parmi les flottants se trouve la lentille d'eau typique ( Lemna menor ) et le nenufar ( Nuphar lutea ), typique des régions tempérées.

Les plus importants des invertébrés sont les diviseurs qui se nourrissent de la denture. Sur l'image l'amphipode Echinogammarus.
A. Elosegi

Dans le cas des animaux, la microfaune composée de rotifères, microarthropodes, etc. Il est abondant dans les sédiments, mais les groupes les plus connus sont les macroinvertébrés. Il est composé de crustacés, de platine, de mollusques et surtout de larves et d'adultes de nombreux groupes d'insectes. Parmi les crustacés, l’amphipode Gammarus est abondant dans les lieux où s’accumule la craie, l’isopode Asellus dans des courants lents, et le crabe de rivière Australopotamobius dans la plupart des zones hautes et moyennes, se nourrissant principalement de massacres. En ce qui concerne les insectes, on trouve dans la rivière des larves de groupes avec des adultes volant. Parmi ceux-ci il y a des plékoptères, éphémères, diptères, odonates et tricopes. Dans d'autres groupes, les larves et les adultes sont aquatiques. C'est ce qui se passe avec plusieurs coléoptères et hémiptères.

Tous ces animaux ont des problèmes similaires pour vivre dans les rivières: les basses montées du débit modifient la taille de l'habitat dans lequel ils vivent, transportent les courants vers le bas et sont exposés à de nombreux prédateurs. Cependant, ils ont développé des mécanismes très différents pour faire face à ces pressions évolutives, ce qui explique la singularité de ces communautés.

Le corps aplati de l'éphémère Ecdyonurus est idéal pour résister aux courants forts et pénétrer dans les fentes rocheuses.
A. Elosegi

Si chaque espèce reste dans la zone qui lui convient le mieux, elle doit donc chercher des voies pour faire face au courant. Parmi elles, la plus commune est la forme soude hydrodynamique. C'est pourquoi la plupart des éphémères et des plekoptères présentent des corps élancés spécialement adaptés au schéma de circulation de l'eau sur les pierres. Les éphémères hépatokénides sont en outre plats, car la force du courant diminue considérablement contre les pierres.

La stratégie des tricopes est très différente : ces insectes, en plus d'offrir une protection à leurs prédateurs, fabriquent et protègent des gaines en pierre qui fonctionnent comme des lastras. Cependant, dans tous ces insectes le transport descendant est inévitable, de sorte que les adultes volants remontent toujours la rivière en frayant les oeufs. Beaucoup d'autres invertébrés, comme les platihelminthes, cherchent la protection du courant sous des pierres, pour ce qui a généralement des corps plats et flexibles qui pénètrent l'aisa par les fentes. Éviter le courant n'est pas possible pour les diptères simulés vivant filtrant l'eau.

Ils recherchent toujours des zones du courant le plus dur, où ils attachent les pierres grâce à leur couronne clé sur le dos. Même si un coup d'eau les expulse de leur place, ils sont attachés avec du fil de soie, et les alpinistes, comme leur corde protectrice, se servent d'elle pour les rendre.

L'obtention d'oxygène dans des courses rapides n'est pas difficile et beaucoup de ses habitants (p. ex. les plekopteros) ont de très petites branchies. Dans les rivières les plus lentes, cela peut aussi devenir un problème, ce qui implique de plus grandes branchies. C'est le cas d'Ephemerella, par exemple. Cependant, il existe un risque d'effondrement des branchies avec les sédiments qui s'accumulent, et dans les zones à fond sablonneux prédominent d'autres animaux: les coléoptères ditisés portant une bulle d'air qui fonctionne comme un poumon dans la région glutéale, ou les diptères chironomides qui se trouvent dans des sédiments à faible teneur en oxygène. Ces dernières présentent des concentrations d'hémoglobine très élevées pour lutter contre la pénurie d'oxygène, ce qui leur donne leur couleur rouge typique.

Pour combattre le courant et se protéger contre les prédateurs, de nombreuses larves de tricoptère construisent des chapeaux de pierre.
A. Elosegi

Les animaux des rivières dépendent largement des matériaux provenant de la terre et n'ont pas pu développer des relations spécifiques strictes comme les insectes terrestres avec des espèces végétales spécifiques. Leur alimentation est donc plus variée, généralement en fonction de leur forme d'alimentation, en les classant en groupes fonctionnels différents.

Un de ces groupes fonctionnels est le filtre. Ces animaux recueillent passivement les particules fines transportées par l'eau (moins de 1 mm. ), ce sont donc les zones avec la plus forte concentration de particules et de courants relativement élevés qui abondent le plus.

Les filtrants sont simulés qui filtrent l'eau avec des bâillons ramifiés, ou les tricopes Hydropsiches qui construisent des réseaux coniques de soie sous les pierres. Il y a aussi des filtrants actifs comme la Margaritifera bivalva qui pompe l'eau, surtout dans de grandes rivières avec beaucoup de particules organiques et de plancton. Des collecteurs de fines particules accumulées dans des sédiments sont alimentés. On peut y distinguer deux groupes: les uns (par exemple, les oligoquets) sont sédimentaires et les autres sélectionnent activement des particules (par exemple, les éphémères Baetis). Dans les zones où il accumule beaucoup de cuisson prédominent les diviseurs qui se nourrissent de grandes particules. On y trouve le crustacé Gammarus ou le tricoptère Sericostoma mentionné ci-dessus. Se nourrissant de la périphérie de la roche, nous trouvons des frottements tels que les éphémères hépatokénides ou les mollusques gastropodes. Et bien sûr, partout où il ya des pièces de chasse, des proies comme les larves de odonates et le plekoptero Perla.

Cette partie haute des rivières est souvent connue comme zone de truite, qui est la principale espèce de poisson. Comme tous les salmonidés, il a besoin d'eaux propres, fraîches et très oxygénées.
A. Elosegi

En nous nourrissant de ces riches communautés végétales, microbes et invertébrés, comme il ne pouvait en être autrement, nous avons différentes communautés de vertébrés. Tout d'abord, nous allons mentionner les poissons. Leurs communautés sont séparées par le gradient fluvial. C'est pourquoi, dans les premières zones rapides et froides de la rivière se trouve la région des truites. On y trouve la truite (Psaume trutta), mais on y trouve aussi des salmonidés comme Salvelinus, des thym (Phoxinus phoxinus) et de nombreux poissons benthiques. Ces derniers sont plus plats et adhèrent au substrat par ventouses ou ailerons.

Quand les eaux commencent à s'inertifier, nous entrons dans la région des barbes. Ici prédominent les cyprinidés, comme les barbes ( Barbus sp . ), plantes ( Chondrostoma sp.) o Gobie ( Gobio sp. ). Dans les rivières très lentes se distingue la région de la brème ( Abramis brama ), dont les espèces se trouvent le tenca ( Tinca tinca), la zamoa ( Cyprinus carpio ), etc. Beaucoup de ces poissons sont terrestres, mais peuvent effectuer de grandes migrations reproductrices à travers le fleuve.

Dans ces conditions, les producteurs primaires sont importants et les algues peuvent proliférer.
A. Elosegi

La plupart des espèces de la région des truites nidifient dans des zones rapides, froides et propres où les œufs sont pondus. Ceux de la région du Brème, cependant, le font dans des zones avec une végétation abondante. Cependant, il existe encore d'autres espèces qui effectuent des migrations plus longues, menant des parties de la vie dans les rivières et d'autres en mer. On y trouve des poissons anadrómos comme le saumon ( Psaume salaire ), qui se reproduisent dans la rivière et vivent dans la mer, et catadromas comme l'anguille ( Anguilla anguilla ), qui se reproduisent dans la mer. Leurs migrations sont surprenantes tant par la longueur du voyage que par les difficultés qu'elles doivent surmonter.

Les oiseaux reflètent également le zonage de la rivière. Dans les zones plus hautes, on plonge le merle aquatique ( Cinclus cinclus ) à la recherche d’invertébrés, et depuis les rives les potiers ( Motacilla sp.) Il se nourrit de plaisanteries ( Actitis macularia ). Nourris avec du poisson, martin pêcheur ( Alcedo athis ) et scie ( Mergus sp.) ou canards avec des algues ( histrionicus histrionicus ). Dans les rivières inertes, pour sa part, le héron ( Ardea sp.) Les Amiltxoris ( Nycticorax nycticorax ) sont les principaux ichtyosphes du rivage, les grands charpentiers ( Podiceps cristatus ) parmi les sous-marins et se nourrissent de nombreuses espèces de canard aux plantes et aux invertébrés.

Dans cette zone fluviale la matière organique particulaire fine est abondante et, donc, les filtrants qui s'en nourrissent. La larve du diptère Simulium que l'on peut voir sur l'image se lie avec de la soie aux zones du courant le plus dur et filtre l'eau par des mâchoires ramifiées.
A. Elosegi

La plupart de ces oiseaux ont leurs paires de mammifères. Par exemple, dans les rivières rapides, la taupe aquatique se nourrit d'invertébrés sous-marins ( Galemys pyrenaicus ), l'ichtyophage étant majoritaire la loutre ( Lutra lutra ), avec le vison ( Mustela lutreola ) et le turon ( Mustela putorius ). Rat d'eau entre herbivores ( Arvicola sp. ), le castor ( Castor faber ), et aujourd'hui, nous avons un conte ( Myocastor coypu ) qui provoque tant de casseurs de tête . Sur les plus grands fleuves du monde, il y a des dauphins et des lamantins.

Fonctionnement des communautés fluviales

Les communautés fluviales, comme on l'a vu, sont formées par des espèces cosmopolites avec une grande capacité colonisatrice. Les fluctuations du débit provoquent un stress continu dans ces communautés, qui doivent être en pleine transformation, mais avec une grande flexibilité et une capacité de récupération.

Les communautés d'invertébrés changent radicalement. Les friccionantes mollusques (photo Limnaea) qui se nourrissent d'algues ont une grande importance. (Photo: A. Elosegi).

Pour surmonter la perte d'exemplaires transportés par le courant, les invertébrés doivent présenter un taux de reproduction élevé et une adaptabilité diététique élevée, ce qui conduit nécessairement à une faible capacité compétitive ou à l'absence de miels et poisons ou de mécanismes de protection similaires si abondants chez les insectes terrestres. Les êtres présentant un cycle de vie écologique rapide, un taux élevé de natalité, une grande capacité de dispersion et de colonisation, une large tolérance écologique et une faible capacité compétitive sont connus comme stratège r, dont plusieurs espèces fluviales peuvent être citées. Les inondations et les sécheresses ont été les principaux facteurs d'évolution des espèces dans les rivières, il n'est donc pas surprenant que leurs communautés soient très adaptées à la recolonisation.

Unis à cette grande capacité de colonisation, et même si jusqu'à récemment on pensait le contraire, les rivières sont des zones avec un métabolisme très élevé. En raison du renouvellement continu de l'eau, malgré la faible concentration de nutriments, les algues peuvent maintenir un taux de production très élevé dans les rivières sans arbres, tandis que dans les sous-bois les communautés microbiennes décomposent rapidement la matière organique qui arrive, étant la principale source d'énergie les champignons et les bactéries pour les animaux.

Dans cette zone prédominent des cyprinidés comme le barbe.
A. Elosegi

Cette activité biologique peut également influencer les conditions abiotiques de la rivière, et par exemple, la concentration en oxygène et le pH peut souffrir de hauts et de bas tout au long de la journée, en particulier dans les rivières moyennes riches en aliments. La communauté fluviale, par conséquent, régule dans une certaine mesure les conditions de son environnement et possède une grande capacité à traiter la matière organique et les nutriments inorganiques, c'est-à-dire à les épurer. En plus d'orienter l'exportation des communautés de la zone terrestre vers la mer, ce sont des zones de grande activité et donc de meilleurs épurateurs naturels.

La concentration en matière organique est élevée et des filtrants actifs comme la Margaritifera bivalva peuvent être relativement abondants.
A. Elosegi

Les gradients physico-chimiques des rivières offrent des habitats très différents tout au long de leur parcours, ce qui donne lieu à un zonage remarquable des communautés. Bien que ces distinctions se produisent en permanence, les êtres vivants des principales zones situées sur une rivière du Pays Basque et le fonctionnement des communautés qui les forment seraient les suivants.

Sources Sources

La profondeur des grandes rivières rend la ventouse moins importante. Comme la vitesse de l'eau a ralenti, le plancton commence à proliférer en colorant l'eau.
A. Elosegi

Dans la plupart des rivières d'Euskal Herria la source est située dans le détroit de montagne. En conséquence, la forêt entoure la rivière et l'ombre des arbres empêche l'apparition de nombreuses périphéries et macrofites. Si vous les trouvez, vous trouverez le rodofito Rivularia et la mousse Fontinalis. La principale source d'énergie de la rivière est l'horvela provenant de la côte, nous disposons donc d'une communauté hétérotrophique, où l'on consomme plus que produit. Parmi les invertébrés prédominent les plecoptères et les éphémères diviseurs, et dans les zones où le substrat est calcaire les crustacés Gammarus. Les vertébrés les plus représentatifs sont le merle aquatique, l'eau taupe et la truite.

Ruisseaux moyens

Comme la rivière descend, elle s'étend et l'ombre de la végétation riveraine est moins importante. En outre, la topographie est plus homogène.
A. Elosegi

A quelques kilomètres de la source (dans les zones de 4 à 6 ordres) la rivière a été élargie et cette largeur fait qu'elle atteint plus de lumière au fond, pouvant commencer à dominer les algues (surtout dans les ruisseaux calcaires riches en nutriments ou avec des zones agricoles dans le bassin). Les communautés d'invertébrés varient également beaucoup : les diviseurs perdent de l'importance et les frotteurs qui se nourrissent d'algues ou les filtrants qui se nourrissent de fines particules transportées depuis la source se multiplient. En plus des truites, nous trouvons des barbes. Ces communautés peuvent être autotrophiques, c'est-à-dire produire plus que ce qu'elles consomment, en dirigeant l'excédent de matière organique dans les zones basses.

Petites rivières

Dans les rivières de l'ordre 6 à 8 la profondeur a augmenté et le courant a été réduit. Cela peut provoquer la présence de macrophytes (au Pays Basque le Miriophyllum est très abondant) au fond et en ce qui concerne la faune, prédominent les ramasseurs et les filtrants. Les densités de poisson (en particulier les cyprinidés) sont les maximes, et pour les mammifères et les oiseaux qui les nourrissent, c'est un endroit approprié.

Grandes rivières

La végétation flottante domine dans les zones les plus lentes du fleuve. Dans ces eaux inertes prédominent poissons comme le zamoa
Photos: A. Elosegi

En raison de leur grande profondeur, il n'y a pas de lumière au fond, donc il n'y a pas de producteurs benthiques. La végétation flottante et le plancton peuvent être importants. Cependant, ces rivières sont hétérotrophiques, car leur principale source d'énergie est la matière particulaire fine provenant d'en haut. Les principaux types d'invertébrés sont les filtrants (dont plusieurs êtres planctoniques) et les sédimentaires, et parmi les vertébrés les poissons d'eaux inertes. Les plaines d'irrigation sur les rives de la rivière sont d'une grande importance, ainsi que les caves ou bosquets de galerie qui s'y installent.

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.