Attentes excessives de la science

Alberto Ansuategi Cobo

Ingurumen-ekonomiako ikertzailea

EHU

Agirre Escobal, Ana

Genetika, Antropologia Fisikoa eta Animalien Fisiologia Saila

EHU

Les médias et les scientifiques devraient constamment analyser comment nous communiquons les progrès scientifiques et technologiques. Parfois, dans le but de donner de la visibilité, nous pouvons générer des attentes excessives dans la société et, par conséquent, causer un énorme dommage, tant social que scientifique.

Nous avons apporté deux domaines d'actualité, la technique CRISPR utilisée dans l'édition génétique et celle des technologues pour résoudre la crise climatique, et nous avons demandé à Ana Agirre et à Alberto Ansuategi, experts à ce sujet, si les attentes générées sont excessives.

zientziaren-gehiegizko-espektatibak
Ed. Pixabay

Résoudre le climat

Alberto Ansuategi Cobo

Chercheur en économie environnementale (UPV)

Le Groupe intergouvernemental pour les changements climatiques (ONU), le GIEC, a récemment averti que la planète a une décennie, pas plus, pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 °C. D'autre part, le défi de ne pas dépasser le seuil de 1,5 °C n'est pas moindre : les émissions de carbone devront être réduites de 50 % au cours de la prochaine décennie et devenir zéro à 2050. Cela entraînera une profonde transformation du système économique et énergétique des pays industrialisés, il n'est donc pas surprenant que les technologies de résolution du changement climatique aient généré de nombreuses attentes ces dernières années.

Trois lignes d'argumentation ont été utilisées pour socialiser le débat sur ces technologies. D'une part, certaines de ces technologies sont considérées comme un outil indispensable pour la réalisation des objectifs ambitieux de réduction des émissions de carbone à Paris. La quasi-totalité des scénarios utilisés par les experts climatiques pour atteindre l'objectif de 1,5 °C tient compte de l'utilisation de technologies de capture et de stockage du carbone. D'autres, quant à eux, considèrent que la transition vers une économie à faible teneur en carbone ne sera pas réalisée avec une célérité maximale, et défendent toutes sortes de solutions de géo-ingénierie comme le «Plan B» pour éviter la crise climatique, comme la fertilisation de la mer avec du fer, de l'eau et d'autres aliments (avec la conviction que le phytoplancton, qui augmenterait, absorberait le CO2 de l'atmosphère) ou la gestion solaire. Enfin, le pari pour la géo-ingénierie peut aussi être une décision stratégique des pays et des multinationales qui tirent de grands bénéfices de l'exploitation des combustibles fossiles pour ne pas épuiser leur source de richesse.

Ceux qui croient que la géo-ingénierie est la clé pour allonger l'ère des combustibles fossiles ou pour éviter la crise climatique se trompent. Que soient les bienvenues les technologies de capture et de stockage du carbone qui nous aident dans la transition pour ne pas dépasser 1,5 ºC, mais ne rêvons pas que le contrôle du thermostat de la planète soit entre nos mains parce que le rêve devient un cauchemar.

 

CRISPR comme mesure thérapeutique

Ana Agirre Escobal

Chercheur en biologie moléculaire du cancer (UPV)

Le CRISPR est la technique de la plus grande projection en biologie moléculaire.Semblable à un kit à coudre, il permet de transformer les gènes de manière relativement simple et économique. Il est composé d'une ciseaux (une protéine qui brise l'ADN, reliée à une molécule d'ARN qui mènera à un point particulier du génome), d'une aiguille et d'un fil (enzymes qui résolvent les fractures de l'ADN) et d'un fragment court d'ADN qui permet de relier les extrémités générées aux ciseaux (avec une petite différence par rapport à la séquence ADN préparée précédemment préparée).

Pour les personnes atteintes de pathologie génétique causée par un gène modifié, il a un potentiel thérapeutique très attrayant et plein d'espoir. Cependant, le CRISPR n'est pas exempt de risques et de conflits éthiques, il n'est donc utilisé que dans la recherche ou les essais cliniques.

Au cours des derniers mois, plusieurs nouvelles concernant le CRISPR ont suscité un débat : Le scientifique chinois Jiankui He a révolutionné les scientifiques, les politiciens et la société en général la transformation génétique qui a affecté deux bébés. D'autre part, les chercheurs les plus importants du CRISPR se sont engagés à ne pas effectuer une transformation héréditaire de l'ADN et on s'attend à ce que cet engagement se prolonge pendant cinq ans jusqu'à ce que la technique soit plus sûre.

D'autre part, nous avons appris qu'il a déjà été appliqué à des modèles de souris aux pathologies humaines très dures (comme la progeria), ainsi qu'à des essais cliniques pour d'autres maladies comme le syndrome de Hunter, l'anémie falciforme et la bêta-thalassémie. Les informations filtrées aux médias révèlent des résultats très satisfaisants.

Sans doute, nous continuerons à parler de la technique du CRISPR pendant longtemps et je pense que nous allons finir de l'utiliser comme mesure thérapeutique, car il y a des millions de personnes dans le monde avec des pathologies génétiques qui pourraient profiter de cette technique.

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.