Betizu, la dernière vache sauvage d'Europe, à éteindre ?

Asier Albite Arregi

Zaragozako Unibertsitateko ikertzailea

Le betizu est une race bovine autochtone de milliers d'années qui est menacée d'extinction.
betizua-europako-azken-behi-basatia-desagertzear
Taureau de race Betizu. Ed. Bravoyant naturel Photographie taurine/Alberto Barrios Torres

Betizua est une race de bovins adaptée à l'orographie accidentée et à la climatologie humide du Pays Basque qui a survécu pendant des siècles. Ces animaux constituent un complément économique pour les Baserritarras et ont permis une élevage extensif et durable. Ils ont également contribué à maintenir une grande biodiversité des espèces autochtones. Cependant, la population animale présente dans les montagnes, les forêts et les prairies a diminué en raison du vieillissement de la population rurale et de la disparition du milieu socio-économique et environnemental traditionnel. D'où la nécessité de faire connaître la situation délicate que vit la race pour que la société valorise ce patrimoine et que ces animaux s'intègrent dans le secteur rural, la nature et l'économie extensive, ce qui les conduit à rester dans autant de siècles.

Selon José Miguel de Barandiaran, le taureau rouge ou le betizu a été mytifié depuis le paléolithique. À Laminazilo d'Isturitz, la grotte de Sara, Akelarren de Zugarramurdi et d'autres grottes ont été trouvés des gravures et des peintures représentant des "taureaux rouges" (Barandiaran, 1969). Dans la mythologie basque, le taureau rouge ou la vache rouge apparaît comme un être mythologique, patron des grottes de la déesse Mari (Barandiaran, 1994).

XIX. Au début du XXe siècle, de nombreuses races autochtones ont amélioré et introduit des races externes plus productives au Pays Basque (Altarriba et Aranguren, 2003). On commença alors à distinguer les groupes de bétail économiquement les plus rentables des moins productifs (Echevarría, 1975), en marginalisant ces derniers dans les hautes montagnes et les zones géographiquement plus isolées. Cette différenciation et isolement génétique ont permis la survie des betizu.

Actuellement, les betizu se trouvent dans les principales zones montagneuses du Pays Basque et se trouvent dans toutes les autres provinces sauf en Alava et Zuberoa: Navarre (Bernez, 2010), Gipuzkoa, Biscaye (Gómez, 1999), Lapurdi et Basse-Navarre.

Vache de race Betizu. Ed. Bravoyant naturel Photographie taurine/Alberto Barrios Torres

Vache panique

Betizu est l'une des rares races bovines qui vivent totalement libres ou semi-libres (Pérez de Muniain, 1999). De là vient sûrement le mot Betizu, qui vient de l'union de vache et la terreur (Gómez et al., 1999). Jusqu'à récemment, le contrôle sur ces animaux était très faible. Les propriétaires tentaient de capturer des animaux de temps en temps, avec l'aide des chiens de berger et de maturation, pour retirer les veaux et les détacher pour leur consommation familiale ou lors de fêtes populaires (Barandiaran et al., 2000), par exemple. Comme les animaux conservent leur ancienne inflammabilité, ils continuent de s'utiliser dans de nombreuses zones d'Euskal Herria lors de fêtes populaires taurines comme les encierros, les championnats de coupeurs, les sokamuturras, etc.

Ce sont des animaux vivants, légers et très ruraux, avec une tête grande et fine, des yeux expressifs, quelque peu saillants et entourés d'une auréole claire (œil de perdrix). Ses branches de développement précoce, en forme de croissant, avec des pointes jaunâtres. Sa taille est allongée, sa hauteur, son faible développement musculaire (Pérez de Munia et Gomez, 2009) et son développement tardif, de sorte que sa production de viande est très réduite. Ils sont de couleur blé. Les vaches ont très peu de production laitière, seulement nécessaire à la croissance du bœuf, et vivent entre 13 et 14 ans (Napal et Pérez de Muniain, 2006).

Donner de la nourriture aux betizu. Ed. Bravoyant naturel Photographie taurine/Alberto Barrios Torres

Pouvez-vous survivre ?

L'élevage intensif et commercial se fait de la même manière partout dans le monde, basé sur l'exploitation de quelques races spécialisées dans la production de viandes, de lait et d'œufs, avec de grands besoins de production comme les aliments, les médicaments, la stabulation, la consommation de combustibles fossiles, etc. (Napal et Pérez de Muniain, 2006). À l'autre extrémité se trouvent les races indigènes, animaux adaptés pendant des siècles à l'orographie et climatologie environnante, et en aucun cas avec des exigences productives de races spécialisées (Legrand, 1999).

De plus, toutes ses races sont liées à un système productif d'élevage extensif (Reta, 2019), un énorme trésor culturel qui constitue l'identité de notre société. Outre des raisons historiques et culturelles, il existe d'autres raisons pour le maintien de la race comme la capacité de surmonter les changements environnementaux, la capacité de répondre aux demandes futures éventuelles des consommateurs, l'utilisation des zones pauvres, la résistance aux maladies, la participation au paysage rural et la présence de matériel génétique irremplaçable (Altarriba, 2019).

Par ailleurs, les betizu présentent de la viande d'excellente qualité, bien que dans une moindre quantité que d'autres races de viande spécialisées.

Les betizu, en plus d'améliorer la croissance et la qualité des pâturages, contrôlent l'accumulation de matière morte et sèche, contribuant ainsi à combattre les incendies. Les betizu qui paissent sur les montagnes tout au long de l'année participent activement au maintien du paysage et de la biodiversité (Gómez et al., 1997). Ils se nourrissent d'herbes, de rameaux, de bruyères, d'arbustes, de feuilles et d'écorces (Mandaluniz, 2003). L'action de pâturage du bétail rétablit la diversité de la flore terrestre et rétablit les chaînes qui ressuscitent la microfaune du sol. La décomposition des excréments enrichit la couche végétale, contribuant à la croissance de la végétation (Legrand, 1999). Par exemple, les moutons latxa ou gommage, les betizu et les pottokas ne mangent pas le même type d'herbe, de sorte que le pâturage ensemble ou rotatoire de ces espèces rend le mont propre, car ils consomment toutes sortes de plantes (Viard, 2014). Les betizu permettent donc de récupérer des espaces abandonnés et de contribuer à leur mise en valeur, ainsi qu'à la conservation de la biodiversité sauvage (IKT, 2017).

Possibilités de la génomique

Origine des individus selon trois sous-populations. Ed. Asier Albite Arregi

Aujourd'hui, la génomique nous offre une infinité de nouvelles possibilités : les puces de génotypage fournissent une énorme information moléculaire qui permet de réaliser de multiples recherches en génétique de populations. Elle permet, entre autres, de réaliser une analyse plus approfondie des structures génétiques (Peter, 2016) pour identifier les zones d'homocigose (ROH- Runs of homocigosity) à partir de l'analyse de la consanguinité (Peripoli et al., 2016, Luigi et al., 2018) pour mener des études associatives à travers le génome (Tam et al., 2019) et définir des procédures pour la sélection génomique (Meuwissen et al., 2001).

Toutes ces procédures, en les appliquant aux races menacées d'extinction, aident à assurer l'avenir des animaux en obtenant des informations utiles sur la façon de réaliser des croix, en contrôlant la consanguinité permet d'éviter les maladies génétiques chez les descendants et en transmettant des gènes de ruralité et de maternité qui contribuent à la survie de la race.

En 2020, une étude génétique a débuté avec les souches de l'Association Betizu de Gipuzkoa qui paissent dans le Parc Naturel d'Aia. L'objectif était de recueillir des informations qui aident à la conservation et la survie de la race. L'étude a permis de détecter certaines sous-populations dans ce groupe d'élevage. Après l'extraction d'échantillons de sang de 37 individus, des génotypes ont été réalisés avec la puce Axiom™ Bovine Genotyping v3. La puce a 63.988 marqueurs SNP ; les SNP sont des polymorphismes d'un nucléotide unique qui modifient la base pure ou pirimidique dans la séquence d'ADN (adénine, thymine, cytosine ou guanine), c'est-à-dire qui modifient une base dans une position déterminée d'un fragment d'ADN.

Les betizu paître sur la montagne. Ed. Bravoyant naturel Photographie taurine/Alberto Barrios Torres

Il faut garder à l'esprit que les résidus de plusieurs propriétaires de la race Betizu sont passés dans de vastes montagnes communales, il n'est donc pas facile d'identifier quels parents appartiennent les veaux qui naissent et donc leur origine.

Sur le graphique ci-dessus, on peut observer l'empreinte laissée par chaque origine ou tronc dans la composition génétique de chaque animal, exprimée en différentes couleurs. Ces sous-populations coïncident avec les groupes de bovins prédominants qui n'ont pratiquement pas eu de confusion et qui ont servi à repeupler la plupart des cabanes des betizu, comme Goizueta, Arano et Leitzalarrea (vert), Aralar (bleu) et Biscaye (rouge). Le graphique montre le pourcentage d'origine accumulée dans chaque individu d'origine génétique rouge, verte ou bleue, qui totalise toujours 100%. Par exemple, les animaux (verts) avec les identificateurs 6045 et 7326 sont d'une seule origine, c'est-à-dire leurs ancêtres appartenaient au même groupe. Après avoir traversé 6045 animaux (vert) avec le 3660 (bleu), 5252 animaux sont nés, avec 50% de couleur verte et 50% bleue.

Il est important d'identifier les sous-populations si nécessaire de renforcer leurs caractéristiques ou lorsqu'il existe une consanguinité excessive pour réaliser des mélanges adéquats entre les animaux (Martín-Burriel et al., 2007).

Conclusions

Pour l'avenir, il a été prouvé que les betizu travaillent parfaitement au nettoyage des montagnes, à la prévention des incendies et au maintien de la biodiversité et du paysage. Vendre les veaux qui paissent sur la montagne à moindre coût de production et créer un label de qualité permet à l'éleveur d'obtenir un complément économique.

En passant le betizu. Ed. Bravoyant naturel Photographie taurine/Alberto Barrios Torres

Ces animaux peuvent être introduits dans des parcs et des réserves naturelles pour une utilisation comme banc génétique de pureté ou pour des études ou des fins didactiques comme le Parc Naturel de Pagoeta.

D'autre part, l'utilité des recherches génomiques a été mise en évidence en obtenant des informations très utiles pour prendre des décisions importantes dans le programme de conservation de la race. Concrètement, nous parvenons à identifier l'origine des parents inconnus, afin de réaliser une planification adéquate des croisements des femelles et d'éviter l'excès de consanguinité.

Remerciements

Je tiens à remercier tous ceux qui ont été à mes côtés d'une manière ou d'une autre, les professeurs Luis Varona et Juan Altarriba, Eva Ugarte, Jose Mari Plazaola, Antonio Ibarguren et Arantzazu Martiarena et, comment pas, les éleveurs de race.

Bibliographie Bibliographie

Altarriba Farran, J. (2019). “Importance de l’élevage animal en race pure”. Oye-closed . Disponible en: http://oye-closed.chil.me/post/importance-de-la-croix-animal-en raza-pura-juan-altarriba-244018 [regardé 25-3-2020].

Altarriba, J. et Aranguren, F. J. (2003). Amélioration génétique de la race pyrénéenne. Disponible sur: http://www.conaspi.net/verdocument.asp?iddoc=3624 [Consulté: 27-02-2020].

Barandiaran, J. M. (1994). Mythologie basque (10ème édition). Saint Sébastien: Vaccin contre le vaccin

Barandiaran, J. M. Manterola, A., Arrani, G. et Groupes Interrégionaux Etniker Euskalerria. (2000). ATLAS ETHNOGRAPHIQUE DE VASCONIE. ÉLEVAGE ET PÂTURAGE EN VASCONIA . Bilbao: Ed. Institut Labayru.

Bernez-Vignolle, M. (2010). Le Betizu, une population bovine des montagnes basques: statzen et de gestion. Thèse. Médecine vétérinaire Toulouse.

Echeverría, T. (1975) Race Vaccin Pyrénéenne : évolution, situation actuelle et perspectives. Thèse de doctorat. Université de Saragosse.

FONDATION HAZI FUNDAZIOA (IKT). (2017). Plan d'Utilisation Publique du Parc Naturel de Pagoeta. Txostena: Baserritarras de bétail autochtones mis en valeur. Donostia.

Gómez Fernández, M. (1999). “La race bovine Betizu, exemple de travail de récupération d’une race basque de différents territoires”. Naturzale, Cahiers de Sciences Naturelles, numéro (14), pp. 97-99.

Gomez, M., Plazaola, J. M. et Seliez, J. P. (1997). “The Betizu Cattle os the Basque Country”. Bulletin d'information sur les ressources génétiques animales-FAO, numéro (22), pp. 1-5.

Legrand, S. (1999). « Connaissance, valorisation et gestion : mots clés pour la conservation du Betizu ». Naturzale, Cahiers de Sciences Naturelles, numéro (14), pp. 73-80.

Luigi, M. G., Cardoso, T. F. Martínez, A., Pons, A., Bermejo, L. A. Jordana, J., Mince, J. V. Adam, S., Ugarte, E. Arranz, J. J. Chauve, J. H., Casellas, J. Et Amills, M. (2018). « IDENTIFICATION DES RÉGIONS COMMUNES D'HOMOZYGOSITÉ DANS LES CHÈVRES ET LES MOUTONS ». XIX Réunion nationale d'amélioration génétique animale. Lion. 14 et 15 juin 2018.

Mandaluniz Astigarraga, N. (2003). - Thèse. Université de Saragosse.

Martín-Burriel, I. Rodellar, C., Lenstra, J. A. Sanz, A., Cons, C., Osta, R., Reta, M., De Argüello, S., Sanz, A. et Saragosse, P. (2007). “Genetic Diversity and Relationships of Endangered Spanish Cattle Breeds”. Journal of Heredity, numéro (98), pp. 687-691. https://doi.org/10.1093/jhered/esm096

Meuwissen, T. H., Hayes, B. J. Goddard, M. R. 2001. Prediction of total genetic value using genome-wide dense marker maps. Genetics 157:1819-1829.

Napal Lecumberri, S. et Pérez de Muniain Ortigosa, A. (2005). Les Betizus de Navarre. Dernières vaches sauvages d'Europe. (2ème édition). Pampelune: Editorial Évidence Médicale.

Pérez de Muniain Ortigosa, A. (1999). “La Betizu en Navarre”. Naturzale, Cahiers de Sciences Naturelles, numéro (14), pp. 81-84.

Peripoli, E., Munari, D. Q., Silvia, M. V. G. B. Lima, A. L. F. Irgang, R. et Baldi, F. 2016 “Runs of homozygosity: current knowledge and applications in livestock”. ANIMALGENETICS, Immunogenetics, Moléculaire Genetics and Functional Genomics, 48, pp. 255-271. DOI: 10.1111/age.12526

Peter, B. M. 2016 Admixture, Population Structure, and F-Statistics. Genetics 202:1485-1501.

Reta Guembe, A. (2019). - Travail fin de degré. Université publique de Navarre.

Tam, V., Patel, N., Turcotte, M., Bosse, Y., Pare, G., Meyre, D. (2019). Benefits and limitations of genome-wide association studies. Nature Reviews Genetics 20:467-484.

Viard, A. (2014). Casta Navarra, toreo beste cuna bat. Vieux-Boucau : Ferries

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.