En vain essayons-nous d'enfermer la nature

Nahia Seijas Garzón

Geologoa. Doktoretza aurreko ikertzailea Bilboko Hezkuntza Fakultatean (EHU)

alferrik-saiatzen-gara-natura-giltzapetzen
Figure : Présentation du cabinet des curiosités d'Olaus Wormius à Copenhague. Worm, Ole. Museum Wormianum. Leyde, Pays-Bas: Jean Elzevir, 1655. Ed. Wellcome Library no. 4245

Le laboratoire scolaire est un cabinet de curiosités. Les élèves, passionnés, poursuivent le professeur en zigzag, d'un couloir à l'autre, par les escaliers et en face, jusqu'à atteindre cette porte verte. Sur l’affiche, ils lisent “Laboratoire de biologie et de géologie” et en même temps ils se demandent quel fantasme ils trouveront en eux.

La porte du laboratoire s'irrite en s'ouvrant, tout est sombre et fait froid. Il sent les produits chimiques. Le professeur tire de son entrepôt la collection d'objets étrangers de poussière et les distribue sur les tables : pierres précieuses, fossiles, minéraux très colorés et brillants. L'étudiant cherchera à identifier et classer ces pièces à l'aide d'un guide.

XVII. et XVIII. Dans les villes européennes du XXe siècle, il y avait une grande passion pour la collection. Les rois, aristocrates, clercs et même avocats, médecins, pharmaciens et artistes ont essayé d'amener la nature dans une pièce. Avec cette intention ont été construits des armoires de bijoux, naturalia (végétal, animal et minéral) et artificialia (restes archéologiques, sculptures, tableaux...) pour accumuler et présenter de nombreux objets des royaumes.

À cette époque, l'expansion coloniale européenne a dévoilé l'énorme diversité humaine et naturelle du monde, et ces cabinets sont devenus des inventaires de ce nouveau monde. Son architecture et son mobilier étaient orientés vers l'aménagement et la classification des objets singuliers, seulement ainsi on pouvait comprendre et expliquer la nature en fonction de la pensée de l'époque.

Le cabinet du médecin danois Olaus Wormius (1588-1654) est un bon exemple (Figure 1). Si on s'y plonge, on peut voir des objets de toutes sortes : sur l'étagère de droite, des spécimens de minéraux et fossiles ; sur le mur de gauche, des attachements et des crânes, et sur le mur arrière, des armes. Si nous regardons en haut, nous verrions des poissons et des corps disséqués d'autres animaux suspendus au plafond.

Ces zones éclectiques se sont adaptées aux temps nouveaux, s'enrichissant et se spécialisant peu à peu. Enfin, les cabinets de curiosités sont devenus des musées d'Histoire Naturelle et constitueraient la clé de la recherche et de la divulgation scientifique de l'époque.

La sagesse d'alors avait des musées. A l'intérieur on pouvait trouver des espèces aussi conventionnelles qu'exotiques: les plus spectaculaires conservées dans les vitrines, le reste en récipients, boîtes partagées ou piédestaux en bois doré. Ils étaient des espaces de recherche, mais aussi des zones de loisirs.

Bien que tous les spécimens soient ramassés à l'extérieur, le travail sur le terrain n'était pas aussi important et prestigieux que celui du musée, puisque le prélèvement était destiné à un objectif plus grand. Le contexte n'était pas important, les échantillons acquéraient de la valeur scientifique dans le musée lui-même lorsque les naturalistes les comparaient à d'autres pièces. Pourquoi ? Cette comparaison permettait d'identifier et de classer de nouvelles contributions de spécimens, qui était le véritable objectif de la recherche scientifique.

XIX. Au début du XXe siècle, cette forme de travail a commencé à changer, quand ils sont entrés inopinément dans la recherche de l'espace et de la temporalité, avec les nouvelles questions de recherche des naturalistes.

Le 23 juin 1802, Alexander von Humboldt, Aimé Bonpland et Charles de Montúfar montèrent le volcan Chimborazo, considéré à cette époque comme la plus haute montagne du monde. L'ascension a été très difficile pour les naturalistes. C'était un jour froid et nuageux, et ils ont dû escalader les rochers abrupts, avec des précipices gigantesques sur les côtés, et bien sûr sans oxygène, respirer parfaitement. Cependant, les trois personnes ont atteint 5.917 mètres, très proche du sommet.

Le voyage à Quito et l'ascension du volcan ont été très importants pour Humboldt. C'était une personne très attentive et avec une capacité incroyable de se rappeler et de relier tous les détails. Grâce à cela, il a rappelé la végétation et les structures rocheuses vues lors des précédents voyages (Alpes, Pyrénées et Tenerife) et les a comparées aux vues à Chimborazo. Les grandes similitudes qu'il a rencontrées entre ces lieux reculés lui ont choqué. La nature ressemblait à un réseau de mille fils, tous les éléments étaient unis !

Humboldt a réussi à s'éloigner suffisamment pour observer une vision globale. Il découvrit que les plantes, selon leur altitude, étaient disposées en strates : dans les vallées basses il découvrit des palmiers, des forêts tropicales de bambou et des orchidées colorées ; plus haut il y avait des conifères, des chênes et des arbustes semblables aux forêts européennes ; puis, de la végétation alpine et des lichens. Face aux nuages, roche.

Ces zones climatiques ont été représentées par Humboldt sur un dessin de Chimborazo. Il a exprimé les couches de végétation en fonction de leur altitude, ainsi que les données de température, d'humidité et de pression. Il a ensuite comparé les zones climatiques de Chimborazo à celles d'autres latitudes (Figure 2).

Figure : Geographiae plantarum lineamenta de Humboldt (1815). Ed. Dumbarton Oaks. Library and Collection

Humboldt a été le premier scientifique à considérer la nature dans son intégralité. Son œuvre a transformé l'Histoire Naturelle de l'époque, qui jusqu'alors décrivait et classait les objets à petite échelle et isolément. Nous savons maintenant que le contexte physique et les interactions entre les éléments sont essentiels à la compréhension de la nature, qui a au moins trois dimensions.

Après une longue expédition américaine de cinq ans, Humboldt quitta les États-Unis pour la France. Il est arrivé à Paris et a décidé de rester là. Dans cette ville se trouvait Muséum national d 'Histoire naturelle, lieu admiré par des scientifiques de toute l'Europe. Il y a rencontré d'excellents naturalistes : l'un d'eux était Georges Cuvier, le prochain protagoniste.

Figure : Squelette du Megatherium individuel étudié par Cuvier, comparé au squelette d'un être humain. W. H. Lizars (1822). Ed. Wellcome Library no. 42458i

Cuvier était anatomiste, mais une commande reçue de Madrid l'a approché de la géologie : On lui a fait parvenir le squelette fossile d'un gigantesque animal trouvé à Buenos Aires (Figure 3) pour qu'il élabore un rapport scientifique. Cuvier a baptisé cet animal comme Megatherium (la grande bête). Après la recherche anatomique des fossiles, il conclut qu'il s'agissait d'un nouvel animal, de la famille paresseuse, jusque-là inconnu de la science, et qu'il aurait probablement disparu. L'extinction des espèces était une hypothèse controversée sur laquelle les scientifiques ne parvenaient pas à un accord.

Cuvier, par anatomie comparée, a étudié les restes d'autres êtres vivants pour prouver l'hypothèse de leur extinction. Il compare ainsi minutieusement les restes de squelettes d'éléphants vivants à ceux d'éléphants fossiles, revenant à la même conclusion : l'éléphant fossile ou mammouth était une espèce nouvellement découverte, distincte des espèces d'éléphants vivants, qui était caduque.

Figure : Lettre de Mary Anning sur la découverte du Plesiosaure et image schématique du dinosaure. Ed. Wellcome Library no. 42458i

C'était l'âge d'or de la paléontologie. Des naturalistes de différents endroits ramassaient des fossiles et commencèrent à décrire de nombreuses espèces disparues. Mary Ann Anning était l'un des principaux chercheurs de fossiles de l'heure. Femme d'origine humble, née en Angleterre, avec une vie consacrée à la collecte et la vente de fossiles. Anning a appris à rechercher et à recueillir des fossiles avec une grande maîtrise, a été formé pour interpréter ce qu'il voyait. Les scientifiques de l'époque le connaissaient bien et lui avaient un certain respect. Il a découvert, entre autres, des fossiles d'ichtyosaures (le premier découvert en Angleterre), des plésiosaures (figure 4) et des pterodactiles (les deux derniers jusqu'alors étaient des espèces inconnues).

Les fossiles étaient des déchets rares. Certains semblaient des coquillages et des os, mais en réalité ils faisaient partie de la roche : des restes convertis en pierres. Certains naturalistes pensaient que si les fossiles faisaient partie des couches rocheuses, ils pouvaient peut-être fournir des informations supplémentaires sur les fossiles et, inversement, sur les couches rocheuses. En fait, chaque fossile n'apparaissait que sur certaines roches.

Ainsi, Cuvier a décidé de sortir du musée sur le terrain pour étudier les fossiles sur place dans ses strates rocheuses. Lors d'une conférence accordée en 1801, il a souligné que plus la profondeur à laquelle se trouvent les roches est grande, et plus anciennes sont, plus inconnues sont les fossiles, plus différentes des espèces animales actuelles.

Si chaque couche a surgi à une époque et a différents fossiles, quand nous voyons une suite de strates de bas en haut, nous lisons une histoire dans laquelle les fossiles varient en fonction du temps. Bien que Cuvier considérait que les causes de ce changement de fossiles étaient des catastrophes et des extinctions d'espèces, Jean-Baptiste Lamarck (contemporain de Cuvier et travaillant dans le même Musée) a proposé que les espèces puissent évoluer au fil du temps.

Enfin, l'histoire naturelle inclus l'histoire de la nature.

Dès lors, le travail des naturalistes a porté sur la reconstruction de l'histoire de la terre et de la vie, devenant un cauchemar pour les défenseurs des chronologies bibliques. L'écrivain John Ruskin a affirmé: «Si les géologues me laissaient en paix! A la fin de chaque verset biblique, j'entends ses martelages» (Ladow, 1971).

Peu à peu, selon le type de roche et ses fossiles, l'histoire de la Terre et de la vie fut divisée en plusieurs époques (Figure 5): les roches les plus anciennes ne présentaient pas d'indices de vie, et leur époque fut appelée Azoïque; au-dessus était l'Ozoïque, qui contenait des traces de formes de vie simples; et après ces couches, le Paléozoïque. Dans cette époque on pouvait distinguer trois époques : dans les couches inférieures, l'époque des poissons ; plus haut, celle des plantes ; et enfin celle des amphibiens. L'époque ultérieure, Mésozoïque, était une ère incontestable de grands reptiles; et, pour finir, celle du Cénozoïque, notre ère, celle des mammifères.

La vie a une histoire. La Terre a l'histoire. La nature n'existe pas dans l'abstrait, elle existe dans l'espace et dans le temps et elle est comprise dans l'espace et dans le temps. En vain essayons-nous de remplir la nature : la nature est mouvement, création permanente, transformation. Les phénomènes biologiques et géologiques ont quatre dimensions, changeantes et irremplaçables, qui sont la base de leur beauté.

Figure . Physical Geography. Portfolio éducatif avec histoire de la terre et de la vie. (Yaggy W. Levy, 1887). Ed. David Rumsay Map Collection

SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

Alsina Calvés J. (2007) Histoire de la géologie. Sarrera. Bibliothèque de divulgation thématique 83. Editorial Montesinos: Barcelone. 230 pp.

Fernández M.D. Uskola A. et Nuño T. (2006) Femmes dans l'histoire de la géologie (I) De l'antiquité au XIXe siècle. Enseignement des sciences de la terre, 14(2), 118-130.

Landow P. G. (1971) Chapter Four: Ruskin’s Religious Belief. Dans: Aesthetic and Critical Theory of John Ruskin (pp: 241-318). Princeton, New Jersey: Princeton University Press. Disponible le chapitre: http://www.victorianweb.org/authors/ruskin/atheories/4.2.html

D. Pardo-Thomas (2018) L'histoire naturelle et le collectionnisme dans des cabinets de curiosités et des musées de papier. À Cabré Abete M. et Cruz de Carlos Varona M. (Ed.) Maria Sybilla à Meria et Alida Withoos: femmes, art et science à l'époque moderne (pp: 69-76). Editorial Universidad de Cantabria: Santander.

Rudwick M. (2005) Picturing Nature in the Age of Enlightenment. Proceedings of the American Philosophical Society, 149(3), 279-303.

Wulf A. (2019) L'invention de la nature. Editorial Penguin Random House: Barcelone. 578 pp p p

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.