DICTIONNAIRE ELHUYAR

Nogeras, Itziar

Elhuyar Fundazioa

Dictionnaire Elhuyar. Nouvelle boîte bilingue de Batasuna. Il a ouvert une autoroute plus large entre l'espagnol et le basque que tout autre. Peau colorée, grosse miette. Dictionnaire Elhuyar. Il s'est déjà présenté au public et maintenant, lecteur, il nous amène devant toi pour que tu l'utilises, le vois, l'analyses et le juge. Il y a longtemps, à Elhuyar, nous avions vu la nécessité d'un dictionnaire euskera-castellano/castellano-euskera. Le dictionnaire Hiztegia 2000 a certainement été le plus utilisé et le plus connu.

Le travail que nous vous présentons à travers ces pages est bien plus qu'une couverture colorée, le dictionnaire Elhuyar espagnol-euskara//castellano-basque. Même si c'est un travail de peau, de contenu, de fond, visant à répondre à vos besoins, c'est la sueur de nombreux amis. Le dictionnaire présenté par Elhuyar Kultur Elkartea a été élaboré par un groupe de 13 personnes. 85.000 entrées, 120.000 acceptions, 16.000 sous-entrées, 120.000 exemples, un débat de onze heures, plus d'un désaccord... et un vide évident: le vide laissé par la personne qui depuis le début avait toute la foi au travail et dans l'équipe depuis qu'il était un simple projet, le vide laissé par le fier don de Cadix... « Il fallait faire, Joseba... et... Nous l'avons fait !

Le dictionnaire Elhuyar a été présenté pour la première fois à ceux présents au palais Miramar. Sur la gauche, A. Gurrutxaga, X. Mendiguren, X. Quintana, M. Azkarate, J.J. Arrieta e I. Irazabalbeitia a formé la table présidentielle.

Le Dictionnaire Elhuyar a depuis ses débuts un travail de collecte et de diffusion. Il a bu dans des sources de la tradition basque, en gardant ce qui a été dit par les anciens, dans le but d'avancer vers l'avenir. Le Dictionnaire Elhuyar voulait être aussi un pont entre les deux langues, l'euskera et le castillan, un pont de futur : un pont avec des poutres de nouveaux matériaux qui a essayé de prévoir les besoins des basques d'aujourd'hui et de demain. Le lecteur a une conversation entre deux langues, deux communautés de locuteurs, Elhuyar Hiztegia. Voici un fragment qui initie le dictionnaire.

Le désir d'obtenir le dictionnaire est évident. Avant de commencer la présentation, il y avait seulement un thème dans la bouche de tous. Il suffit de le voir, lecteur.

Le vocabulaire bilingue est une citation dans laquelle deux langues sont interconnectées et, comme ses vieux amis commencent à raconter des histoires et ‘cette fois, quelles nouvelles nouvelles?’, les mots commencent à se raconter. Chacun se débrouille et expose à l'autre ses propres mots, phrases, thèmes grammaticaux et même exemples, de la manière la plus appropriée pour les comprendre dans son langage.

Comme mentionné ci-dessus, le dictionnaire Elhuyar a déjà fait son apparition publique. Au Salon des Actes du Palais Miramar de San Sebastián. Pour soulager les nerfs de dernière minute, la salle était pleine de gens et devant eux tous se déshabilla le travail de ces dernières années.

Xabier Mendiguren a particulièrement apprécié le travail accompli par l'équipe rédactrice, selon les mots de Xabier Mendiguren.

L'événement a commencé avec le montage audiovisuel réalisé par l'équipe informatique d'Elhuyar. On y a parlé de l'importance de la tradition basque et du lieu que le Dictionnaire Elhuyar voulait occuper. Pour résumer en quelques mots ce que nous avons entendu et vu, nous pouvons dire que chaque époque a eu son propre vocabulaire et que le Dictionnaire Elhuyar prétend être un nouveau dictionnaire du siècle. M. Larramendi, R.M. Azkue, P. Lhande, P. Le montage a offert une vision rétrospective des dictionnaires Mujika, et Hiztegia 2000, comme signe du travail accompli pendant toutes ces années, dans le but d'expliquer l'évolution des dictionnaires et la lexicographie en général. Mélangé avec des mots, de la musique et des images, il a voulu offrir un petit et simple hommage à ce qui a été fait à ce jour.

Parmi les personnes qui se sont approchées de la salle principale du palais, il y avait de nombreux visages connus. Il est particulièrement reconnaissant de la réponse des médias.

Elhuyar Hiztegia naît dans la dette envers la tradition basque, a grandi et s'est fait réalité à l'ombre de la tradition basque, et en même temps a eu à tout moment les nouveaux besoins du futur qui nous émergent tous les jours. Pour consolider l'euskera unifié et standard au cours des dernières années, pour mieux comprendre notre tradition, pour préparer une langue culturelle moderne et riche, pour créer de nouveaux produits et matériels dans les médias, la traduction et l'euskera, on ne peut nier qu'un effort extraordinaire ait été réalisé dans chacun d'eux. Ne vaut-il pas la peine de réunir les résultats de ces expériences en un seul travail? C'est ainsi qu'il nous a paru, et dans cet engagement a surgi le vocabulaire que nous avons voulu présenter aussi devant toi.

I. Irazabalbeitia.

« Aujourd’hui, je trouve une monnaie. D'une part, je suis pleine de joie et d'orgueil parce que nous allons présenter publiquement le grand fruit du travail de deux ans. D'autre part, la tristesse accable mon cœur aujourd'hui, parmi nous, parce qu'il n'y a pas Joseba Jaka, qui depuis le début avait foi en la viabilité de ce dictionnaire. Je voudrais donc que cet acte, en plus de faire connaître publiquement le dictionnaire, soit aussi un rappel et une reconnaissance au travail accompli par Joseba en faveur de la culture basque

...

Je tiens à remercier sincèrement M. Juan José Arrieta de la collaboration de Caja Trabajo pour la réalisation de ce dictionnaire. Je tiens également à féliciter l'équipe qui est derrière cette peau colorée. Je crois que l’esprit de travail que vous avez mis dans le besoin a été inlassable.»

La lexicographie basque a eu ses propres étapes et a voulu répondre aux carences, besoins ou défis ressentis par les locuteurs dans leur environnement. C'est pourquoi la recherche ou l'énumération ordonnée des mots basques a parfois été réalisée de manière complexe pour montrer aux castillans le riche trésor de notre lexique et la merveilleuse singularité de l'euskera, même si l'ingéniosité chaude utilisée a souvent surpris les locaux. Mais comme l'usage de l'euskera s'est normalisé et officialisé, les besoins de l'élaboration du dictionnaire ont été assimilés à ceux des peuples d'alentour. (…)

X. Quintana.

Les dictionnaires basques se sont adaptés aux besoins réels des Basques d'aujourd'hui, pour exprimer les concepts qu'ils connaissent, utilisent et ont besoin de la société actuelle. En ce sens, sans oublier le vocabulaire des formes traditionnelles de vie des fermes et des pêcheurs de notre passé récent, le dictionnaire, comme les basques d'aujourd'hui, a été publié. (...) Nous avons préparé le Dictionnaire Basque Moderne, qui deviendra plus tard Dictionnaire Deux Mille. (…)

Depuis lors, de nombreux dictionnaires spécialisés dans diverses sciences sont apparus, ainsi que de beaux manuels, essais et recherches. Les auteurs ont également vu l'offre des lexiqueurs et ont accepté quelques mots et ont rejeté d'autres, au lieu d'eux d'autres formes, sûrement plus appropriées, et les critiques et préférences ne peuvent pas être oubliées. Le dictionnaire théorique a dû passer par la pierre de touche des utilisateurs. C'est, entre autres, le trou qu'il prétend remplir ce dictionnaire, afin qu'une fois rassemblés les nombreux témoignages des changements des dernières années, une fois sélectionnés, mis à jour et ordonnés, il soit offert à toutes sortes de basques.

Je dois avouer qu'il m'a été enrichissant de faire le parcours du dictionnaire. Et c'est que pour pouvoir exercer comme directeur d'un dictionnaire de ce type, vous devez répondre aux entrées que vous avez devant. Vous ne pouvez pas dire que ce mot a des problèmes et mieux le laisser pour la prochaine. Vous devez payer ce qui est acceptable, ou bien accepter et avancer sur les problèmes que nous avons encore. En d'autres termes, avec les critères théoriques que nous avons pour la standardisation du lexique, ce type de travaux offrent la possibilité de voir ce que le forgeron peut faire dans le fourneau. (…)

M. Azkarate.

Ce travail m'a aussi permis de me mettre le nez sur des questions de terminologie. Sans oublier le fil de la standardisation, les dictionnaires et encyclopédies sont un bon moment pour discuter et décider si nous devons choisir le chemin du boucher ou de la viande. Logiquement, la décision peut aussi être l'introduction des deux formes. Le dictionnaire qui nous occupe est la nouvelle boîte bilingue de l'union, qui rassemble avec générosité le patrimoine lexique des dialectes. Et surtout, en échange des entrées en espagnol, et au même niveau, il a payé pour les différents dialectes. Et cela, je crois, ne peut que favoriser l'unité, car l'euskara standard d'aujourd'hui n'est pas seulement un lieu pour les mots d'un dialecte et d'un dialecte, mais, à plus d'une occasion, il démontre la nécessité de ces mots différents. (…)

Je sais que l'une des formes qui apparaissent dans ce dictionnaire subira des changements dans les prochains mois et années. Ce n'est pas pour surprendre ou s'inquiéter. La correction et la complémentation commence le jour même de la publication pour tous les dictionnaires, pas seulement pour celui-ci. Mais l'avenir, le grand travail que nous avons entre nos mains est sans aucun doute un avenir de bonheur.

“Même si les traducteurs ont toujours été l'un des meilleurs clients dans les dictionnaires, peut-être ils ont presque jamais pris très à la main lors de la rupture de ces dictionnaires. Et en disant traducteurs, je ne me réfère pas seulement à ceux d'office, mais à tous ceux qui, d'une certaine manière, doivent traduire ou traduire quelque chose, mais à la plupart d'entre nous.

X. Mendiguren.

C'est pourquoi, quand on m'a proposé l'invitation à participer à ce dictionnaire et on m'a informé qu'on voulait prendre très en compte le monde de la traduction, j'ai donné mon consentement sans le penser deux fois. (...) Je pense que, une fois pour toutes, nous sommes devant un dictionnaire qui, avec contenu et taille, répondra pleinement à la plupart des traducteurs et professeurs d'aujourd'hui. Si on me demande pourquoi elle répond à la nécessité de nombreux traducteurs, la première chose que je dois dire est qu'un dictionnaire ne répond jamais pleinement au travail d'un traducteur, mais dans la mesure où il est possible d'établir un pont entre le langage abstrait à l'expression irremplaçable des textes, ce dictionnaire obtient en grande partie cette approche entre deux langues et culture. (…)

Ainsi, avec 85.000 entrées et 120.000 acceptions, le seul dictionnaire est celui qui, d'ailleurs, a ouvert entre le castillan et le basque une autoroute plus large que n'importe quel autre. A vous et à moi, que nous allons utiliser dans le travail quotidien, il nous revient maintenant de juger et de proposer des améliorations pour qu’il soit toujours plus précis, pour gagner ce pari de l’euskera que nous avons tous en commun.

Dictionnaire Elhuyar

Sa structure et son contenu n'ont pas varié depuis 1981. Nous savons parfaitement le travail accompli depuis lors pour mieux connaître la tradition de l'euskera et en faire une langue moderne et puissante. Le résultat principal et le plus important de ces recherches et progrès était indéniable qui méritait la peine de se réunir dans un livre.

C'est pourquoi, quand nous avons commencé le travail, nous nous sommes rendu compte que nous devions recueillir, sans inventer l'inventé, les fruits que l'industrie basque a donnés, et d'une manière utile et compréhensible, nous organiser adéquatement dans un dictionnaire. Cela a été notre position de départ. L'information que vous trouverez dans le dictionnaire est un pont nouvellement construit entre le basque et le castillan, mais l'immense majorité des briques, poutres en acier, piliers en béton et matériaux de revêtement que nous avons utilisés pour le construire ne sont pas inventés par nous, mais élaborés par des institutions, des groupes et euskaltzales. Nous avons seulement recueilli et unifié ce qu'ils ont proposé et diffusé. C'est pourquoi nous croyons que ce travail est une photo bien focalisée de l'euskera actuel.

Antton Gurrutxaga, l'un des directeurs techniques, lors de la présentation du dictionnaire.

Quoi qu’il en soit, nous avons déjà dit ‘l’immense majorité’, et pas tous’, parce que nous avons dû devenir des proposants parfois, au moment de compenser certains mots en espagnol, parce que le basque n’a pas eu de tradition ou parce que personne n’a fait de propositions nouvelles ou réussies, si nous essayions de combler le vide existant. C'est pourquoi nous croyons que le dictionnaire est un effort réel pour aiguiser les outils du basque actuel et le préparer plus cher à l'avenir.

Le dictionnaire compte environ 85.000 entrées entre les deux parties et 120.000 acceptions. Ces mêmes chiffres indiquent la portée du dictionnaire. En fait, en ce qui concerne le nombre d'entrées, il est évident que nous ne nous référons pas à un travail de base, conçu dans l'intention de couvrir uniquement les besoins les plus importants, mais qu'une masse lexicale significative des deux langues a été réunie pour tenir compte des différents besoins, non seulement de l'utilisateur standard. Ainsi, on a travaillé sur le vocabulaire commun et général, à la fois historique et actuel lexique «urbanisé», avec la terminologie technique, qui a réuni un total de soixante-sept domaines de connaissance.

Les acceptions avec la marque de connaissance sont environ 18.000 dans chacune des sections. D'autre part, si on regarde le nombre total de significations, il est évident qu'on a fait un effort pour différencier les significations des mots et pour refléter avec précision les contre-performances qui lui correspondent en fonction de cela. En dehors du lexique, le dictionnaire vous informera également de la onomastique. Dans chaque chapitre il y a environ 2.800 entrées d'Euskal Herria et de lieux du monde, baptêmes ou pontes, personnages historiques, etc.

Dans l’article d’une entrée, vous trouverez les ‘sous-entrées’. Ils peuvent être de deux types: d’une part, associations de mots, structures de nom + adjectifs, etc., c’est-à-dire ‘lexias complexes’; d’autre part, expressions, locutions, structure grammaticale, etc. Les deux types sont structurés en sections différenciées.

Enfin, l'article définit toujours la catégorie (ou catégories) du mot et, le cas échéant, la marque d'utilisation, l'enregistrement linguistique, la marque de la zone de connaissance, etc. Dans la section Euskera-Castellano le dialecte ou zone géographique (Ipar. o D.G.) Il est également signalé. Lorsqu'il a été jugé nécessaire, des notes ont été ajoutées entre parenthèses et de nombreux exemples illustrant l'utilisation du mot.

En donnant les compensations, nous avons essayé d'offrir le plus grand nombre de synonymes possible, indépendamment de la limitation physique du livre. Ceci est directement lié au traitement des dialectes. Il y a longtemps que les euskalkis ont besoin d'un emplacement dans l'euskera standard. Par conséquent, nous avons inclus dans la liste de contrepartie des mots en espagnol les mots dialectaux, sans marques de dialecte. La section d'euskera indique le dialecte auquel appartiennent ces mots à travers la marque correspondante.

L'une des tâches principales du vocabulaire bilingue est la construction par le lecteur de relations directes entre les éléments des deux langues, c'est-à-dire (étant donné qu'un mot et une contre-prestation peuvent avoir plus d'une signification), quand on attribue à un mot ce type de contre-prestation savoir avec quel sens ou signification il est associé. Sinon, le lecteur peut former des relations erronées. Une de nos préoccupations majeures dans ce travail a été l'adoption de mesures pour l'éviter.

Une ressource importante pour cela est de bien différencier et clairement les significations dans l'article du mot, soit par des notes, soit par exemple, comme il apparaît dans l'article des cœurs. En retour, nous avons essayé de donner les informations les plus détaillées possible. Par exemple, savoir = jakin l'égalité peut être considérée comme bonne en général, mais il est vrai que lorsque la phrase est impersonnelle ( on le sait …) on le sait en euskera et si en plus il n'est pas si personne ne sait qu'ils sont utilisés. Ainsi notre lecteur le connaîtra, puisque nous avons organisé l'article de SAVOIR sur cette base.

Dans d'autres cas, il est impossible de donner une compensation concrète, car dans certains contextes elle serait retournée différemment, il est donc nécessaire de faire une formulation générale de ce type. Dans ces cas, les formes qui apparaissent dans la traduction des exemples ne sont pas exactement les mêmes que celles que nous avons placées dans la liste des paiements. Abuser, quoi et situation en sont des exemples clairs. Par conséquent, nous avons voulu agir librement dans l'expulsion des exemples, en offrant des traductions qui ne peuvent pas être canalisées aussi clairement que nous voulons par une simple liste de paiements et qui sont plus gentils et naturels. L'objectif est, en tout cas, de fournir au lecteur l'information la plus utile possible afin qu'il puisse remplir la fonction que nous lui avons assignée plus haut au dictionnaire bilingue.

En définitive, ce n'est autre que l'objectif principal de tout ce travail : que toutes les autoroutes de communication mentionnées ci-dessus soient accessibles et confortables.

Structure de l'article

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.