Rivière Bidasoa

Pour terminer la série d'articles sur Txingudi, il est nécessaire d'analyser l'agent le plus important de tout le marais et estuaire (le fleuve Bidasoa), puisque c'est l'origine des matériaux et de l'eau douce qui forment les radeaux du marais (dans la digue des radeaux, les lymes, c'est-à-dire les sols humides des rivières). En outre, il ne faut pas oublier que le Bidasoa est le dernier fleuve saumon de Hego Euskal Herria, en raison de la faible industrialisation des peuples de ses rives.

La rivière Bidasoa conserve en bon état les forêts de ses rives, étroitement liées à la grande diversité de vie de cette rivière.
M. Estonba

Cependant, la zone fluviale qui traverse le Guipúzcoa est la plus touchée par le marais. Non pour des raisons politiques (cette partie est la frontière entre la Navarre, le Guipuscoa et le Lapurdi), mais pour une série de bases physiques, chimiques et biologiques:

  • Dans la zone d'Endarlatsa, limite entre Gipuzkoa et Navarre, il y a longtemps a été construit un barrage qui a coupé le transport de la plupart des matériaux supérieurs. Par conséquent, la plupart des matériaux qui arrivent aujourd'hui au marais proviennent du ruisseau Endara, qui se termine sous ce barrage.
  • Si l'on considère que la rivière Endara traverse la sierra granitique de Bianditz et d'Aiako Harria, on comprend pourquoi certains minéraux que nous trouvons à Txingudi n'apparaissent pas dans les autres estuaires du Pays Basque.
  • Cela influence directement la fléchette de travail et le fau-dni du marais (surtout dans l'originalité des invertébrés).
La rivière Behobia, dernier tronçon sans canalisation ni construction, est la zone de Puntxas qui apparaît sur l'image. Bien que dans la convention signée entre le Gouvernement Basque, la Diputación Foral de Gipuzkoa et les mairies d'Irun et d'Hondarribia se réunissait cette rivière, le projet de la deuxième phase de ZAISA qu'ils veulent construire n'a tenu aucun paramètre écologique.
M. Estonba

En ce qui concerne la zone basse du fleuve Bidasoa, il est souhaitable qu'avant de passer aux déterminations du fleuve Bidasoa, on explique le plus générique possible de la région.

Dans cet espace fluvial, écologiquement connu sous le nom de « Potamon », en plus d'adoucir la pente, la rivière produit de grands méandres afin d'éviter le ralentissement de la vitesse provoquée par ce polissage des pentes. Ces facteurs, ainsi que la grande quantité d'eau qui transporte le fleuve dans ces noyaux, font qu'il y a des canaux larges et profonds d'eau lente.

Quant à la granulométrie des matériaux apportés par le fleuve, elle est composée principalement de gravier, bien que dans les zones les plus lentes commence l'accumulation d'arides plus près de l'estuaire, plus l'accumulation est grande.

Canalisation affectée par la première phase de ZAISA dans le sous-sol fluvial de Behobia.
M. Estonba

Des changements significatifs se produisent également dans les facteurs physico-chimiques:

  • En raison du mouvement laminaire de l'eau, la dilution d'oxygène qui peut être obtenue grâce à la turbidité et au courant d'eau est nulle, car d'autres ressources de captation d'oxygène deviennent importantes.
  • Parmi elles, on remarquera, d'une part, la forte dilution d'oxygène obtenue par le fleuve en modifiant son lit dans les méandres et, d'autre part, la réduction de la perte d'oxygène qui suppose ne pas élever trop la température de ses marges. Il ne faut pas oublier les algues microscopiques et les plantes aquatiques qui donnent une couleur verte à l'eau dans cette zone, qui est peut-être la principale source d'oxygène.
Les aulnes (Alnus glutinosa) jouent un rôle important dans la fixation des bords des rivières et dans la productivité des sols. (Photo: M. Estonba).

Végétation riche. L'aulne (Alnus glutinosa) et le saule abondent lorsque l'influence humaine n'est pas excessive.

Dans ces zones, en ouvrant la vallée et en augmentant la vitesse de l'eau, les matériaux riches en nutriments s'accumulent par l'apparition des rivières. Dans ces zones apparaît une lisière dans le lieu le plus proche de l'eau, avec une présence fréquente d'osier blanc (Salix Alba) dans les zones d'expansion de la rivière. La recherche sur ces forêts a un intérêt particulier pour certaines caractéristiques écologiques des aulnes. La symbiose qu'elle produit avec certains champignons et bactéries est importante. Grâce à cette symbiose, l'aulne est capable d'obtenir de l'azote atmosphérique. Cela a deux conséquences principales:

  • D'une part, la dépendance de la plupart des plantes de la terre pour obtenir de l'azote disparaît, car celle-ci est obtenue de l'atmosphère. Ainsi, alors que l'aulne a exercé comme colonisateur sur plusieurs rives pierreuses, sur les terrains qui apparaissent lorsque la vallée s'étend, il a créé des sols riches.
  • D'autre part, en raison de la symbiose des champignons et des aulnes, les lisières protègent les bords de la rivière des inondations grâce aux biopolymères annexes formés à la suite de cette symbiose (qui adhèrent à la terre) et à l'absorption d'eau des racines.
Capacité fluviale d'Alunda. Dans toutes les recherches de conservation, il a été révélé comme une zone de haute valeur, incitant à son utilisation agricole. Cependant, la Mairie d'Irun veut réaliser les phases 4 et 5 de ZAISA.
M. Estonba

De plus, comme mentionné précédemment, l'ombre que les trottoirs donnent sur la rivière ne réduit pas seulement les pertes d'oxygène de l'eau en été, mais la température de l'eau ne monte pas trop. Cela protège la vie des animaux et des plantes inadaptés pour supporter des changements brusques de température.

Dans les zones d'extension de la vallée, derrière les lisières, de frêne (Fraxinus Excelsior), d'abrasion (Corylus noisette) et parfois d'orme (Ulmus sp.) Une forêt formée apparaissait, mais actuellement les sols de ces zones sont riches et destinés à des usages agricoles. De ces belles et importantes forêts, seule une petite ligne d'aulne a été préservée le long de la rivière.

Le bouton Urreon (Ranunculus fluitans) est un indicateur frappant des macrophytes aquatiques dans les eaux sans fin des méandres de la rivière Bidasoa. (Photo: M. Estonba).

Cependant, l'importance de la végétation n'est pas épuisée dans les arbres, mais aussi les arbustes et les prairies ont beaucoup à voir avec ces sujets d'ecose. Parmi les buissons est surprenant l'abondance de buis commun (Buxus sempervirens) dans cette vallée siliceuse qui apparaît généralement dans des sols calcaires et des climats plus tempérés. A côté d'elle abondent le saule sombre (Salix atrocinerea), l'osier rouge (Salix purpurea), les ronces (Rubus sp.) et sambucus nigra.

La richesse des plantes grimpantes dans cet écosystème mérite également une mention spéciale. Les plus abondantes sont l'Aihen Blanc (Clematis vitalba), le Achicera (Lonicera peryclinemum) et le Lierre Commune (Hedera helix).

A cette richesse arboricole et arbustive, il faudrait ajouter une abondante couche herbacée composée de briophyte (mousse), pteraphyte (fougères) et angiosperme (plantes à graines et fleurs), mais comme une description détaillée serait trop longue, nous la laisserons là sans approfondir davantage.

Faune et flore sauvages

Sur les rives de la rivière Bidasoa, il est fréquent de trouver des décombres provenant d'œuvres urbaines.
M. Estonba

Cet écosystème de végétation abondante offre à la faune de nombreux coins écologiques. La richesse des environs est évidente, et si le rapport entre les rivières et les marges est devenu clair dans le cas de la végétation, il est plus évident dans la plupart des groupes d'animaux qui se trouvent dans ces lieux. Il est donc démontré que la récupération et la conservation des rivières requièrent la récupération et la conservation des marges.

Le regain de cette richesse est la capacité de la faune de cet écosystème à obtenir de l'énergie de ses plantes. Dans les écosystèmes terrestres, les troupeaux de champ contiennent beaucoup de lignine inutile pour les animaux et peu d'insectes sont capables de digérer cette substance en raison de leur addiction à l'eau de leurs larves. À l'époque de l'ecose sur les rives, d'une part, on apprécie l'abondance des insectes (car dans ces éco-systèmes l'eau n'est pas un facteur limitant) et, d'autre part, des algues qui se trouvent dans l'urée, les animaux obtiennent un rendement plus élevé en raison de l'absence de lignine.

Invertébrés

La rivière Bidasoa regorge de petites centrales hydroélectriques. Elles peuvent causer de graves dommages à l'écosystème aquatique.
M. Estonba

Par conséquent, compte tenu de la fonction importante des vertébrés de ces écosystèmes, il est logique de commencer à décrire la faune avec eux. Dans les invertébrés, les arthropodes sont les plus abondants, mais il convient de les diviser en deux groupes; les uns dans l'eau, tandis que les autres vivent en phase larvaire, les autres y restent toute leur vie.

Les premières sont celles qui, une fois mûres, obtiendront une grande performance de l'écosystème de bord, parmi lesquelles se détachent l'ordre des tricopes qui construisent des tubes à l'état larvaire, l'ordre des diptères qui forment le groupe des mouches et moustiques et l'ordre des odonates qui forment le groupe des réjoncteurs.

Les secondes, cependant, en restant sur l'eau pendant toute leur vie, ont beaucoup à voir avec les régimes de vertébrés aquatiques et les oiseaux. Les plus abondants seraient l'ordre des coléoptères (scarabées) et certains des moyens de subsistance aquatiques de la zone verte des hémistères (papillons).

Pour terminer cette petite étude des invertébrés, il faut mentionner dans ces écosystèmes quelques-uns des représentants des anélidés et mollusques, indispensables dans les chaînes d'alimentation de ces zones (tant dans le contrôle de la croissance des algues que dans l'élaboration de régimes d'autres animaux). Parmi les anélidés se trouvent, en plus d'une paire d'espèces de la classe Hirudinée (pestes), des représentants de l'ordre des tubifides et des chironomies de la classe oligoquétique. Quant aux mollusques, les plus abondants sont planorbis, physa et limne.

Vertébrés

Txingudi est la seule population de crapaud coureur (Bufo calamite) de toute la Gipuzkoa. (Photo: J. R. Aihartza).

Pour analyser la section des vertébrés, il convient de laisser à la fin le plus connu du riche patrimoine du fleuve Bidasoa, l'ictiofauna, qui mérite une mention spéciale.

Cependant, en plus des poissons, la rivière Bidasoa et ses marges sont riches dans le reste des groupes vertébrés. Une fois ici, il est à noter que dans le fleuve Bidasoa en Gipuzkoa il n'y a qu'un cas de loutre (Lutra lutra).

En tout cas, la loutre n'est pas le seul mammifère que nous pouvons trouver dans le Bidassoa, mais en plus du rat d'eau orientale et occidentale (Arvicola terrestris et Arvicola sapidus) on a observé le turon (Putorius putorius).

Le triton pâle (Titurus helretus) est un grand amphibie sur la rivière Bidasoa. (Photo: J. R. Aihartza).

Quant à la herpetofauna, le crapaud coureur (Bufo calamita) qui habite à Txingudi mérite une mention spéciale, car il est la seule population de cette espèce dans toute la Gipuzkoa. D'autres espèces d'amphibiens et de reptiles sont la grenouille sauvage rouge (Grenouille temporaire), la grenouille verte (Grenouille perezi), le triton palmaté (Triturus helveticus), l'arrabio arrun-ta (Salamandre salamandre), le culebra víspera (Natrmaura) et le culebra cortraatrix.

Avant de commencer à étudier les oiseaux, nous devons nous rappeler que Txingudi se trouve sur un important axe migratoire. Ainsi, la richesse avicole de cette région est évidente. Bien que la plupart des oiseaux restent dans les marais et l'estuaire pendant les migrations, certaines espèces d'oiseaux avec des habitudes alimentaires différentes montent dans la rivière, découvrant les environs pour répondre à leurs besoins. Ainsi, à la fin du fleuve Bidassoa, en plus du mar-tin pêcheur des rivières (Alcedo Atthis), l'aiguillon (Cinclus cinclus) et la moutarde jaune et blanche (Motacilla cinerea et Motacilla alba), il est fréquent de trouver le petit aiguillon (Tringa hypoleucos), le chiris petit et l'aiguillon.

Les insectes sont les principaux causes des niveaux élevés de productivité de l'écosystème fluvial, parmi lesquels les fers (Colopteryx splondens, photo), l'un des plus spectaculaires. (Photo: M. Estonba).

Cependant, comme mentionné ci-dessus, l'une des richesses les plus importantes du fleuve Bidasoa est sa riche ictiofauna, puisque le Bidasoa et son affluent Endara sont les seuls fleuves d'Hego Euskal Herria qui entraînent des saumons en amont. Cela est dû à la faible industrialisation des villages de la vallée du Bidasoa, ce qui permet une qualité de l'eau assez bonne. Cependant, il convient de souligner la prolifération des rejets industriels et organiques ces dernières années à Irun, Fontarabie, Bera et Lesaka, ainsi que la diminution des débits et l'augmentation de la température de l'eau provoqués par les centrales hydroélectriques et les effets nocifs sur la population piscicole du fleuve Bidasoa. À ce stade, il souligne le projet que le gouvernement de Navarre mène à la pisciculture d'Oronoz-Mugaire pour éviter la perte du saumon de la rivière Bidasoa au cours des dernières années. Il faut donc dire, sans peur, qu'il existe une relation directe entre l'abondance de saumon qui a eu lieu cette année et le travail accompli dans ce centre, qui réalise une reconversion et un travail sérieux.

Les cordonniers (Gerria sp) sont les plus nombreux représentants de ceux qui survivent toute leur vie au contact de l'eau. (Photo: M. Estonba).

Cependant, pour l'étude de l'ichtyofauna du fleuve Bidassoa, il faut noter que le saumon (Psaume salaire) n'est pas le seul représentant de ce groupe, mais la truite fluviale (Psaume trutta fario), la truite marine (Psaume trutta trutta), la coquille épineuse (Noemacheangula barbatulus) et la).

Ce dernier, comme le saumon, a un grand attrait pour les biologistes pour son cycle de vie migratoire. Cependant, il y a une grande différence entre les deux, tandis que le saumon est anadromo (il se reproduit dans la rivière), le congrio est le catadromo (il se reproduit dans la mer).

Martin pêcheur. La richesse avicole de cette région est remarquable.
S.E.I.E.

Je ne voudrais pas terminer cet article sans faire une petite étude actuelle de la rivière Bidasoa, bien que personne ne puisse penser que par rapport au reste des rivières du Pays Basque se trouve dans une situation optimale, la vérité est totalement différente.

Aux dommages causés par les centrales hydroélectriques et les rejets industriels et organiques mentionnés ci-dessus, tant en Gipuzkoa qu'en Navarre, il faut ajouter de nombreux projets qui peuvent laisser le fleuve canalisé. La modification de la première phase du terminal de transport ZAISA à Irun et les nouveaux projets sur la rivière (Gipuzkoa, 2. Avec les phases 4 et 5, tandis que Puntxas, Alunda et Lastaola veulent occuper les terrains, en Navarre ils veulent construire un polygone industriel dans l'Alquaiaga de Bera), la vie sur le fleuve Bidasoa peut atteindre des rivières terribles.

Le saumon (Psaume salaire) est sans doute l'espèce la plus connue du fleuve Bidasoa, le dernier qui monte les saumons dans la Communauté Autonome Basque. (Photo: M. Estonba).

En ce moment où on parle de récupération des rivières, il serait triste, à la suite d'une évolution sauvage mal planifiée, de détruire le seul fleuve bien conservé jusqu'à présent. Souvent, la méconnaissance a été responsable de ces massacres. Essayons donc de mieux connaître notre patrimoine écologique, un des aspects les plus importants de notre histoire.

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.