“Il faut des gens de différents domaines et faire en basque ce qui a été fait dans d’autres langues”

Galarraga Aiestaran, Ana

Elhuyar Zientzia

arlo-desberdinetako-jendea-behar-da-eta-beste-hizk
Ed. Marie Pourquié Bidegain

Comment un étudiant en philologie basque parvient-il à étudier certaines pathologies cérébrales ? Il peut y avoir plusieurs chemins; Marie Pourquié Bidegain a fait sien et a montré que l'interdisciplinarité et la collaboration sont nécessaires et productives.

En fait, il étudie en psychologie: "J'analyse particulièrement les pathologies linguistiques, leur manifestation en basque, mais aussi en français et en espagnol. En fait, les euskaldunes sont bilingues, en tenant compte des particularités de chaque langue et en les comparant entre elles pour analyser des pathologies et développer des outils d'évaluation».

Comme chaque langue a sa propre structure, Pourquié a expliqué que les outils doivent également être structurés en fonction de chaque langue :"C'est pourquoi des linguistes de différentes langues, des psychologues ou des neurologues ont recherché des pathologies dans ces langues et statistiques... Il faut des gens de différents domaines et que ce qui a été fait dans d'autres langues soit aussi fait en basque ».

Pourquié a commencé à étudier la philologie basque à Bayonne. Après deux ans d'expérience, il s'installe à Vitoria, où il rencontre à la faculté le professeur Xabier Artiagoitia Beaskoetxea. Il leur a parlé de l'aphasie. "Il nous a expliqué qu'il s'agissait de problèmes linguistiques qui se produisaient à la suite d'une lésion cérébrale, ce qui indiquait qu'il y avait quelque chose de dédié à la langue dans le cerveau et que, lorsque cela est endommagé, la langue est endommagée et non d'autres capacités".

Pourquié connaissait dès son plus jeune âge le mot afasie : son père l'a prise à cause d'un accident. Quand il a entendu par la bouche de son professeur, il a décidé qu'il voulait enquêter: « Je voulais savoir pourquoi le langage est seulement nuisible, lorsque l'intelligence générale n'est pas lésée. Et je savais aussi que je voulais étudier cela en basque, parce que j'avais aussi un intérêt pour la grammaire basque ».

De la philologie à la neuropsychologie

Puis il a commencé à regarder ce qu'il avait fait en Euskal Herria. Il a trouvé "très peu de choses". "Mais j'ai vu qu'il y a des études en France comme Sciences du langage. Ils m'ont semblé intéressants et j'ai abandonné la Philologie Basque pour étudier les Sciences de la Langue, surtout parce que je continuais à vouloir étudier la Psychologie, l'Afasie et la Pathologie Linguistique».

Il a donc contacté des gens de ce domaine comme Itziar Laka Mugarza, de l'UPV/EHU et Beñat Oihartzabal, Bidegorri de Baiona, qui avait fait ses études à Paris. Conscient de cela, Pourquié décide de se rendre à Paris où il rencontre le professeur George Rebuschi. Il dit qu'il a eu de la chance parce qu'il voulait étudier la compétence linguistique en basque et il craignait qu'à Paris il s'éloigne de l'euskera. Cependant, grâce à Rebuschi a eu l'occasion de faire un travail sur le basque.

"J'ai fait un travail sur l'ergatif, mais je ne travaillais toujours pas sur les pathologies", a-t-il rappelé. Pour cela, il a eu recours à un expert en la matière: Jean-Luc Nespoulous, à Toulouse (France). « Il est vrai que cet homme a beaucoup travaillé sur l'aphasie et je lui ai écrit, mais avec peur, parce que jusqu'alors il avait travaillé en linguistique. Je n'ai pas fait des études de Neurosciences ou Médecine… Mais il m'a répondu que pour être tranquille il faut avoir des connaissances de Linguistique pour analyser les pathologies du langage».

Il a donc décidé de faire un master à Toulouse et Nespoulous lui a proposé d'analyser la manifestation de l'aphasie agramatique en basque. « Je me réjouis beaucoup parce qu'à la fin j'ai réussi à lier mes deux thèmes : l'analyse du basque et la pathologie linguistique ».

Il n'avait pas beaucoup fait, et a commencé avec un article d'Itziar Laka et Lore Erriondo Korostola; Erriondo était le premier outil bilingue pour analyser l'aphasie basque. Il a ensuite contacté les orthophonistes ou orthophonistes. En fait, l'un de ses amis, Juana Itzaina, est l'orthophone Malharin, grâce auquel il a rencontré un patient. Il a travaillé avec lui et a fait sa thèse.

En regardant en avant

Il s'est ensuite rendu à Montréal (Québec, Canada) pour effectuer un post-doctorat et a participé à BCBL (Saint-Sébastien). Il travaille maintenant comme chercheur au centre Iker sur plusieurs lignes. Il étudie la création d'une école d'orthophonie ou d'orthophonie en Euskal Herria, car il n'y en a pas. En outre, il travaille sur le développement d'outils d'analyse linguistique. Entre autres, il a développé un outil en trois langues : basque, français et espagnol, pour analyser la langue chez les enfants et les adultes avec et sans problèmes linguistiques.

En outre, Amaia Munarriz collabore à un projet européen avec Ibarrola (UPV/EHU), lié à un outil pour analyser l'aphasie en basque. Enfin, Marijo Ezeizabarrena Segura ola (UPV/EHU) et un groupe d'orthophonistes du nord, ont un projet pour connaître le développement linguistique typique des enfants euskaldunes.Pourquié souligne une des particularités de ce dernier projet: "La recherche est participative et nous travaillons avec les gens et ce test co-construit en collaboration avec les orthophonistes".

Il n'a cessé d'étudier. Par exemple, au congrès Ikerbasque, il prévoit d'assister à des conférences et ateliers sur des thèmes aussi divers que la médecine et le langage, et sur le droit d'auteur. Encore une fois, il est clair qu'il est très utile d'unir des disciplines différentes.

 
Marie Pourquié Bidegain

Né à Baiona en 1982. Licenciée en Philologie Basque (Bayonne et Vitoria) et diplômée en Sciences de la Langue et Master (Paris). Il s'est ensuite spécialisé dans la neuropsychologie et l'aphasiologie, réalisant un master de recherche et de doctorat à l'Université du Mirail (Tolosa, France). Il a ensuite obtenu un doctorat à l'école d'orthophonie de Montréal et aux centres de recherche BCBL. Il travaille actuellement comme chercheur au Centre Iker et participe à des projets d'autres institutions et groupes d'Euskal Herria, d'Europe et d'ailleurs en Europe.

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.