Santé: 50 ans plus tard, quoi?

Izortze Santín Gómez

Biokimika eta Biologia Molekularreko irakasle eta ikertzailea EHUn

osasuna-50-urte-aurrerago-zer
Ed. Aleix Solé/Pixabay

Comment puis-je voir la santé et la santé dans 50 ans? Je sais bien comment je veux que ce soit la santé de l'avenir, publique, de qualité et basque, qui mette au centre et qui prend soin de la santé de toute la citoyenneté basque. Deviner comment il sera à l'avenir n'est pas une tâche facile. Je regarde l'avenir et je suis pessimiste parce que dans le domaine de la santé il y a des raisons d'être très négatif.

On sait que le modèle de vie et de consommation de ceux que nous vivons aujourd'hui dans les pays riches du monde a un impact négatif sur notre santé physique et émotionnelle. Comme l'a clairement montré la pandémie du COVID-19 ces dernières années, les disparitions d'écosystèmes dues aux activités humaines favorisent les processus de zoonoses et peuvent apparaître des pandémies qui compromettent notre santé. Mais au-delà de la destruction des écosystèmes, nos habitudes de vie et de loisirs, le rythme stressant de travail, la pauvreté… influencent directement notre santé physique et émotionnelle.

Des
études qui prévoient
la prévalence future de certaines maladies indiquent une augmentation significative de l'obésité, du diabète, du cancer et des maladies mentales. Par exemple, selon la Fédération internationale du diabète, entre 2019 et 2045, la prévalence du diabète augmentera de 1,6 point chez les personnes âgées de 20 à 79 ans.

Dans le cas de l'obésité, les prévisions ne sont pas bonnes. Sur la base des données actuelles de 18 pays européens et des États-Unis, on s’attend à ce que la prévalence la plus élevée d’obésité chez les hommes entre 2030 et 2052 et chez les femmes entre 2026 et 2054. On sait que l'apparition du diabète et de l'obésité est fortement influencée par l'alimentation et la sédentarité. C'est-à-dire, pour prévenir ces maladies, il faut changer l'alimentation et les habitudes de vie.

Une autre maladie qui connaîtra une forte hausse dans les prochaines années est le cancer. Sans cancer, cancers. En fait, on prévoit une augmentation considérable de l'apparition de différents types de cancer. Selon un rapport publié par la Société espagnole d'oncologie, en Espagne, on prévoyait 280 101 cas de cancer en 2022, alors qu'en 2040, l'incidence devrait atteindre 340 000 cas, soit 21,7% de plus qu'en 2022. Bien que l'apparition de cancers soit fortement influencée par des habitudes inhabituelles, par la consommation d'aliments transformés, par la consommation d'alcool ou par la consommation de tabac, elle est l'un des facteurs de risque les plus importants. Le risque de cancer augmente considérablement à partir de 50 ans. Ainsi, de la naissance à l'âge de 80 ans, les hommes sont confrontés au risque de développer le cancer dans un 4ème monde, et les femmes à 27,6%. À 85 ans, ces valeurs sont respectivement de 48,6 % et de 32,2 % pour les hommes et les femmes.


En ce qui concerne les maladies mentales, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2019, près d’un milliard de personnes souffraient d’une maladie mentale, dont 14 % dans le monde souffraient de troubles mentaux. Sur les 100 décès survenus cette année, au moins une a été suicide, et 58 % des suicides se sont produits chez les personnes de moins de 50 ans. La pandémie du COVID-19 aggrave la situation car ce n'est qu'au cours de la première année de pandémie que les cas de dépression et d'anxiété ont augmenté de 25 %.

Dans un contexte de plus en plus fréquent de maladie mentale, il y a de moins en moins de ressources pour y faire face, car un très petit nombre de personnes atteintes de maladie mentale ont des soins efficaces, accessibles et de qualité dans leur diagnostic et leur traitement. Par exemple, dans le monde entier, la part des mobiles qui ont une psychose n’est pas prise en compte pour traiter les maladies mentales. Mais les différences sont notables : dans les pays à revenu élevé, 79 % des personnes souffrant de psychose sont soignées contre 12 % dans les pays à faible revenu. En cas de dépression, les soins de santé sont insuffisants dans les pays les plus riches, et encore moins dans les pays à faible revenu. Dans les pays riches, un tiers seulement des personnes souffrant de dépression reçoivent des soins et seulement 23 % sont traitées de manière adéquate contre la dépression.

Santé
publique et forte Pour faire face à de nombreuses maladies, il sera indispensable de changer notre mode de vie et de consommation. Il est également difficile de renforcer les systèmes de santé existants et d'étendre la couverture à tous les pays du monde. Dans un système de santé efficace, la prévention des maladies et le diagnostic précoce sont essentiels et il faut pour cela renforcer les soins primaires.

Bien que les différences négatives soient multiples, je ne voudrais pas terminer sans mentionner les progrès réalisés ces dernières années dans le domaine de la santé et de la recherche biomédicale. Il est indéniable que l'espérance de vie a augmenté ces dernières années, malgré l'écart évident entre les pays. On peut sans doute affirmer que l'augmentation de l'espérance de vie reflète les réalisations de la recherche biomédicale.

Les défis de la recherche
biomédicale Pour comprendre comment sera la santé de l'avenir, il n'y a qu'à regarder le passé. Il y a 100 ans, il y avait beaucoup de décès dus au diabète, jusqu'à ce que l'insuline ait été introduite pour la première fois en 1922. Six ans plus tard, en 1926, on a découvert la pénicilline, un traitement contre de nombreuses infections. Depuis lors, nous avons connu le vaccin antipolaire, les transplantations cardiaques, les résonances magnétiques, les rétroviraux contre le VIH, le séquençage du génome humain, l'oeil bionique, la thérapie génique et, sinon, les vaccins à base de mRNA. Ces progrès biomédicaux ont permis de sauver des millions de vies et d'améliorer le diagnostic et d'atténuer la gravité de nombreuses maladies.

Bien que tout semble correct, dans les années à venir, la recherche biomédicale apportera d'énormes préjugés dans les soins de santé et affectera directement le diagnostic, le traitement et la guérison des maladies. Dans le domaine du diagnostic, des biomodèles de maladies seront construits en combinant le big data (base de données cliniques) et l'intelligence artificielle. Dans le même ordre d'idées, des progrès seront réalisés dans l'identification des biomarqueurs non invasifs pour le diagnostic des maladies, et les études de génome, de transcriptote et de protéome des maladies revêtiront une importance particulière.

En ce qui concerne les traitements, la formation spécifique de médicaments à nanoparticules permettra d'éviter ou d'atténuer les dommages latéraux qui subissent actuellement certains traitements tels que les chimiothérapies. En outre, la pharmacogénétique permettra d'ajuster les traitements à certains profils génétiques, ce qui améliorera l'efficacité.

Dans le domaine des remèdes, en plus de la découverte de nouveaux médicaments et de la thérapie génique, il semble que nous pourrons construire des organes ou des parties du corps à travers la bioimpression. Les transplantations mondiales sont une bonne occasion de faire face à la pénurie d'organes.

De toute évidence, ces progrès amélioreront notre qualité de vie et notre espérance, mais sans doute la clé d'une santé efficace à l'avenir sera l'amélioration de la prévention des maladies. Pour ce faire, il faudra inévitablement investir des modes de vie et de consommation non viables, car nous prenons soin de la Terre Mère.

Jarrai iezaguzu

Zu idazle

Zientzia aldizkaria

azken alea
Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.