La plateforme IPBES propose de reconnaître les contributions immatérielles de la nature

Galarraga Aiestara, Ana

Elhuyar Zientziaren Komunikazioa

naturaren-ekarpen-immaterialak-aintzat-hartzea-pro
Un pasteur au Rajasthan, en Inde. Ed. Unai Pascual García de Azilu

Une étude de la plateforme IPBES conclut que le monde doit percevoir plus largement les contributions de la nature au public. IPBES est une plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques, composée de 128 pays, dirigée par le chercheur Ikerbasque de BC3 Unai Pascual García de Azilu.

Selon lui, les recherches menées du point de vue des services écosystémiques ont tenu compte des ressources et des matières premières offertes par la nature, mais jusqu'à présent, d'autres contributions de la nature ont été écartées au public. La recherche actuelle a mis en évidence ces autres contributions qui ont pris en compte la culture, les savoirs traditionnels, l'art et d'autres contributions immatérielles.

Pascual prend comme exemple une forêt: « Une forêt est plus qu’un lieu de loisirs et de contemplation des arbres. Une forêt ou un arbre peut abriter l'identité d'un village ou d'une culture ». En particulier, la société doit savoir que la nature n’est pas un simple fournisseur de matières pour le développement économique: « Il est fondamental de comprendre de manière élargie les apports de la nature aux personnes pour comprendre le lien fondamental qui nous unit à l’histoire et à notre identité culturelle ».

Article publié dans la revue Science.

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.