Mémorandum John Snow

Un groupe de scientifiques, par le biais du Mémorandum John Snow, a donné un aperçu de la stratégie de lutte contre le covid-19.Publié dans la revue The Lancet le 14 octobre 2020, le Mémorandum a été signé par près de 7000 scientifiques, chercheurs et personnels de santé. Nous vous joignons la contribution au basque :

Le virus SARS-CoV-2 (coronavvirus 2 du grave syndrome respiratoire aigu) a infecté plus de 35 millions de personnes dans le monde et a fait plus d'un million de morts jusqu'au 12 octobre 2020, selon l'Organisation mondiale de la Santé. Étant donné qu'une deuxième vague de covid-19 affecte l'Europe et que l'hiver approche, nous avons besoin d'une communication claire des risques que comporte le covid-19 et des stratégies efficaces pour le combattre. Dans ce mémorandum nous lançons notre vision sur le consensus actuel basé sur les preuves du covid-19.

Le SARS-CoV2 est facilement déployé par contact (par aérosols et grandes gouttelettes) et à plus grande distance par aérosols, en particulier lorsque la ventilation est mauvaise. La haute transmissibilité [1] et la sensibilité de la population au nouveau virus, ainsi que la création de conditions pour une transmission sociale rapide. La mortalité de COVID-19 est plusieurs fois supérieure à celle de la grippe saisonnière [2] et l’infection peut conduire à une maladie persistante même chez les jeunes qui étaient déjà en bonne santé (c’est-à-dire «COVID long» [3]). On ne sait pas combien de temps dure l'immunité protectrice [4] et, comme le reste des couronnes de saison, le SARS-CoV2 est capable de réinfecter les personnes qui ont passé la maladie, mais la fréquence des réinfections est inconnue [5]. La transmission du virus peut être atténuée par l'éloignement physique, l'utilisation du masque, l'hygiène des mains et de la respiration, évitant les agglomérations et les endroits fermés mal ventilés. Les tests rapides, le suivi des contacts et l'isolement sont également essentiels au contrôle de la transmission. L'Organisation mondiale de la santé soutient ces mesures depuis le début de la pandémie.

Dans la phase initiale de la pandémie, de nombreux pays ont établi des confinements (limitant la population générale, y compris les ordres de permanence et de télétravail) pour freiner la propagation rapide du virus. Cela a été fondamental pour réduire la mortalité [6],[7], afin d'éviter que les services de santé ne débordent et gagner du temps pour établir des systèmes de réponse à la pandémie et, après confinement, arrêter la transmission. Les confinements ont été très durs partout, ont influencé la santé physique et mentale des personnes et ont nui économiquement. Cependant, ils ont eu de pires conséquences dans les pays qui n'ont pas su utiliser le temps pour établir des systèmes efficaces de contrôle de la pandémie après le confinement et pendant celui-ci. En l'absence de mesures appropriées pour gérer la pandémie et son impact social, ces pays ont subi des restrictions continues.

Tout cela a engendré le désespoir et la méfiance. L'arrivée de la deuxième vague et la prise de conscience des défis futurs ont renouvelé l'intérêt pour l'immunité collective et il a été proposé que parmi la population à faible risque puisse être permis une épidémie incontrôlée du covid-19 pendant que les personnes les plus vulnérables sont protégées. Ses partisans suggèrent qu'il conduirait la population à faible risque à développer l'immunité collective acquise et à protéger les plus vulnérables. Cette erreur est dangereuse et n'est pas protégée par des preuves scientifiques.

Toute stratégie basée sur l'immunité acquise par infection naturelle est défectueuse dans la gestion du covid-19. La transmission incontrôlée entre les plus jeunes présente un risque de morbidité [3] et un risque significatif de mortalité dans toute la population. En plus du coût humain, cela affecterait toute la population active, dépassant la capacité d'attention des systèmes de santé dans les soins ordinaires et les urgences.

En outre, suite à une infection naturelle du SARS-CoV2, il n'y a aucune preuve que l'immunité la protège pendant longtemps, et la transmission endémique qui pourrait se produire en diminuant l'immunité pourrait constituer un danger futur pour les populations vulnérables. Une telle stratégie ne mettrait pas fin à la pandémie COVID-19, mais provoquerait des épidémies récurrentes, comme cela est arrivé avec de nombreuses maladies infectieuses avant l'arrivée des vaccins. Cela signifierait également un stress inacceptable pour l'économie et les professionnels de la santé, dont beaucoup sont morts ou ont eu des conséquences psychologiques dans l'exercice de la médecine de catastrophe. De plus, nous ne savons toujours pas qui peut avoir un COVID-19 durable [3]. La détermination de la vulnérabilité est complexe, mais seulement compte tenu des risques de maladie grave, 30% de la population de certaines régions est vulnérable [8]. L'isolement élevé des grandes couches de la population est pratiquement impossible et peu éthique. Les preuves empiriques de nombreux pays montrent qu'il est impossible de limiter l'influence des épidémies non contrôlées à certains secteurs de la société. Cette stratégie comporte le risque d'accroître les inégalités socio-économiques et structurelles que la pandémie a mises en évidence. Les efforts spéciaux pour protéger les plus vulnérables sont fondamentaux, mais doivent être combinés avec des stratégies pour tous les citoyens.

Encore une fois, en Europe, Amérique latine, USA et de nombreux autres pays du monde sont confrontés à une croissance rapide des cas tels que la COVID-19. Il est fondamental d'agir avec décision et urgence. Des mesures efficaces doivent être mises en place pour éviter et contrôler la transmission, et elles doivent être soutenues par des programmes financiers et sociaux qui protègent la société pendant cette période et font face aux inégalités que la pandémie a aggravées. Des restrictions sur de courtes périodes peuvent encore être nécessaires pour réduire la transmission et corriger les systèmes inefficaces de réponse à la pandémie afin d'éviter les confinements futurs. L'objectif de ces réductions est d'éviter efficacement les infections du SARS-CoV2, afin de détecter rapidement les épidémies localisées et d'obtenir une réponse rapide, par la recherche, le test, le suivi et l'isolement, et par des systèmes d'aide pour rendre la vie presque normale, sans restrictions générales. La protection de nos économies est inévitablement associée au contrôle du covid-19. Nous devons protéger notre population active et éviter l'incertitude à long terme.

Le Japon, le Vietnam et la Nouvelle-Zélande, pour citer certains pays, ont montré que les réponses fortes de la santé publique peuvent contrôler la transmission, ce qui rend la vie presque normale, et il y a beaucoup d'histoires de réussite de ce type. La preuve est très claire: Contrôler la socialisation du COVID-19 est la meilleure façon de protéger notre société et notre économie jusqu'à ce que dans les prochains mois arrivent des vaccins et des thérapies sûres et efficaces.

Nous ne pouvons pas perdre l'attention pour obtenir une réponse efficace, il est essentiel d'agir d'urgence à partir de la preuve.

Pour soutenir cet appel d'action signe le Mémorandum John Snow.

 

RÉFÉRENCES1. Hao X, Cheng S, Wu D, Wu T, Lin X, Wang C. - Nature 2020; 584: 420–24.2. Verity R, Okell LC, Dorigatti I, et al. Estimates of the severity of coronavirus disease 2019: a model-based analysis. Lancet Infect Dis 2020; 20: 669–77.3. Nature. Long COVID: let patients help définit long-lasting COVID symptoms. Nature 2020; 586: 170.4. Chen Y, Tong X, Li Y, et al. A comprehensive, longitudinal analysis of humoral responses specific to four recombinant antigens of SARS-CoV-2 in severe and non-severe COVID-19 patients. PLoS Pateros 2020; 16: e1008796.5. J. Parry COVID-19: Hong Kong scientists report first confirmed case of reinfection. BMJ 2020; 370: m3340.6. Flaxman S, Mishra S, Gandy A, et al. Estimating the effects of non-pharmaceutical interventions on COVID-19 in Europe. Nature 2020; 584: 257–61.7. Dehning J, Zierenberg J, Spitzner FP, et al. Inferring change points in the spread of COVID-19 reveals the effectiveness of interventions. Science 2020; 369: eabb9789.8. Clark A, Jit M, Warren-Gash C, et al. Global, regional, and national estimates of the population at increased risk of severe COVID-19 due to underlying health conditions in 2020: a modelling study. Lancet 72 Health 2020; 8: 1003–17.

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.