Le Paléolithique inférieur montre la présence humaine à Praileaitz

Galarraga Aiestaran, Ana

Elhuyar Zientzia

Dans la grotte de Praileaitz I (Deba, Gipuzkoa), il y a environ 200.000 ans, on a trouvé des indices de la présence humaine, comme les outils de pierre utilisés par les mêmes et les fossiles des animaux mangés, y compris les os d'un grand mammifère de la famille des éléphants.
gizakiak-behe-paleolitoan-praileaitzen-izan-zirela
Des restes ont été restes qui démontrent qu'il y a environ 200.000 ans les humains ont vécu en veillant. Ed. Xabier Peñalver Iribarren/Aranzadi

Xabier Peñalver Iribarren, archéologue d'Aranzadi et directeur des fouilles, a dévoilé les découvertes et a souligné qu'elles sont vraiment exceptionnelles : “Nous n’avons jamais obtenu de pistes aussi anciennes dans un endroit absolument stratifié”, a-t-il affirmé. Cela donne une valeur énorme aux découvertes, qui leur permet de les dater avec précision.

Les restes se trouvent dans un environnement bien stratigraphique. Sur l'image, pierre taillée. Ed. Xabier Peñalver Iribarren/Aranzadi

Les fouilles 2017-2018 ont atteint des niveaux avec de nombreux vestiges de l'industrie lithique et des animaux. Parmi les premiers, on trouve des outils et des matériaux de pierre, tous dotés des caractéristiques du Paléolithique inférieur. En plus d'une pierre taillée, deux dalles ont été trouvées, qui sont un échantillon de la taille des pierres.

Quant à la faune, 578 traces sont étudiées et Peñalver a mis en évidence une partie du calcaire d'un Elephas antiquus ou mammouth. Il a également mentionné les canines d'un ours Ursus spelaeus, datés entre 150.000 et 200.000.

Les restes trouvés jusqu'ici à Praileaitz (pendentif, peintures…) étaient du Paléolithique Supérieur. Cependant, les archéologues soupçonnaient depuis longtemps que la grotte contenait des trésors encore introuvables, ils ont donc demandé maintes et maintes fois la paralysie des œuvres de la carrière, qui mettaient en péril ce patrimoine.

Encore une fois, Peñalver a expliqué que sous le niveau qu'ils ont analysé, il ya encore 6 mètres de sédimentation, et a annoncé que de nouveaux espaces peuvent également apparaître de l'époque précédant les néandertaliens.

Traces d’une vie

Parmi les os animaux se trouve le calcaire d'une sorte de la famille des éléphants. Ed. Xabier Peñalver Iribarren/Aranzadi

« Pour l’instant, nous savons que dans le Paléolithique inférieur ici ont vécu les êtres humains, qui dans la grotte ont travaillé avec des outils de pierre et qui ont mangé des éléphants », a affirmé Peñalver. Ces grands animaux, cependant, ne se boucheraient probablement pas, car avec ces ustensiles il serait très difficile de tuer un éléphant. Il est donc très possible que ces êtres humains mangent des animaux morts.

En outre, il avoue qu'ils ne savent pas si le tronçon de calcanée est d'Elephas antiquus ou d'un mammouth. Le premier est tempéré et le mammouth est glaciaire ou interglaciaire. L'identification des restes d'autres animaux, comme les singes ou les élans, aidera à résoudre le doute, ainsi que l'analyse de la polenara.

Il a parlé avec prudence de l'homme. Il dit que l'empreinte humaine de Lezetxiki est d'il y a 164.000 ans et est considéré comme le précurseur des néandertaliens, il considère donc que celle de Prailea pourrait aussi être ainsi.

Enfin, il a souligné que les informations fournies par les restes sont très complètes et a demandé que la grotte soit protégée « de manière complète et efficace ».

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.