Brebis clonique Dolly

L'arditxo qui porte le nom de la poupée a beaucoup à dire ces derniers temps, car il est, au moins, notre premier mammifère clonique qui est né vivant. Autrement dit, Dolly est un animal qui est né sans l'information génétique d'un autre animal et sans l'union du spermatozoïde du mâle avec l'os de la femelle.

Pour y parvenir, après des années de recherche, un groupe de scientifiques a pris le noyau d'une cellule d'un mouton, l'a introduit dans l'œillet ancré d'une autre cellule et, finalement, l'a implanté dans l'utérus d'une troisième brebis, dans laquelle trois moutons ont participé, de sorte que l'arditxo Dolly est amené à la vie. Le mouton qui est né et celui qui a donné le noyau sont les clones. Cependant, Dolly n'est pas un clone parfait, car en plus du noyau il existe des informations génétiques dans les mitochondries de l'ovule ancré.

Ce fait a généré un grand scandale dans différents domaines et a rappelé les histoires qui apparaissent dans les romans et les films de fiction. On a insisté sur le danger de créer des armées d'êtres cloniques ou d'êtres clonés pour des tâches spéciales.

Je ne me positionnerai en aucun cas en faveur du clonage humain, mais pour chasser les peurs qui se posent, je voudrais donner quelques précisions, car les scientifiques qui ont assimilé l'importance de ce fait à celle de la bombe atomique n'ont pas été peu nombreux, prenant comme disciples de Mengele les scientifiques qui ont obtenu le clonage.

Tout d'abord, il faut préciser que la différence entre le clonage animal et le clonage humain est très grande, exactement la même qui existe entre les expériences réalisées avec des animaux et celles réalisées avec des êtres humains, car la mort fréquente des animaux dans les laboratoires fait que personne n'ose dire que bientôt les êtres humains mourront aussi. Quoi qu'il en soit, au cas où, il me semble bon que le clonage des êtres humains soit éthiquement mauvais et que, comme les autorités l'ont signé avant au sommet d'Oviedo, des normes contraires soient imposées.

D'autre part, il ne faut pas oublier que les recherches menées sur la manipulation des gènes ont aidé à trouver et parfois guérir des maladies comme le sida ou le cancer, ce qui nous permet de voir aujourd'hui plus près. Il faudrait voir si l'attitude de ceux qui se montrent maintenant contre les manipulations génétiques était une voie de traitement des maladies graves qui ont subi les mêmes ou leurs proches.

Parmi les dénonciations faites, d'autre part, on a affirmé qu'avec le clonage l'homme est intervenu directement dans l'évolution de la nature, en soulignant que celle-ci est l'œuvre de Dieu. Il faut se rappeler que depuis longtemps, les êtres humains participent à l'évolution de la nature, ce n'est donc pas une question de ce matin; depuis longtemps, les vaches qui donnent plus de lait artificiellement ont été sélectionnées, les poules qui pondent plus d'œufs ou les porcs qui donnent mieux de la viande et ont été détruites sous-espèces et races moins fertiles.

Pour finir, je ne voudrais donner aucune idée à personne, mais pour former des groupes contrôlés il y a une manière plus simple que le clonage. Il suffirait de louer des centaines de femelles, de germer naturellement et d'éduquer les enfants dans une discipline spéciale. Il faut noter qu'à la naissance du cerveau humain est un rôle non écrit et que pour compléter la personnalité de l'être humain, en plus de la dotation génétique, ils ont beaucoup à voir les événements qui se produisent tout au long de la vie, qui sont ceux qui déterminent les relations entre les neurones (synapse).

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.