Ils confirment la diminution de la prévalence des démences, en la reliant à l'augmentation des niveaux de celles-ci

Galarraga Aiestaran, Ana

Elhuyar Zientzia

dementzien-prebalentzia-jaitsi-dela-baieztatu-dute
Ils affirment que la prévalence de la démence diminue, tendance liée à l'éducation. Ed. Domaine public

Une étude confirme que la prévalence des démences aux États-Unis a diminué de 30% entre 2000 et 2016. L'étude a été publiée dans la revue PNAS et considère que cette baisse est liée à l'augmentation du niveau des patients. Les autres variables analysées (âge, sexe, ethnie et risque cardiovasculaire) ont un impact beaucoup plus faible. Il en résulte des conséquences importantes pour la prévention.

L'article souligne que la démence est une maladie répandue, sévère et coûteuse. On sait qu'elle dépend des conditions sociales, c'est-à-dire que l'âge, le sexe, l'ethnie et l'éducation ont une grande influence sur la démence. La réduction des inégalités sociales était donc une priorité pour la santé publique. Par ailleurs, ces dernières années, la prévalence de la démence diminuait, mais on ne savait pas dans quelle mesure elle était liée aux différences sociales.

Pour le clarifier, plus de 21 000 personnes âgées (de plus de 65 ans) représentant la population des États-Unis en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur origine ethnique, de leur niveau d'éducation et de leurs risques cardiovasculaires, ainsi que près de 100 000 personnes âgées, ont été analysées pendant quinze ans. Ainsi, de 2000 à 2016, la prévalence de la démence est tombée de 12,2% à 8,5%.

En étudiant la relation de toutes les variables avec cette différence, ils concluent que la variable la plus significative est l'éducation. En fait, dans cet intervalle de temps, le pourcentage de femmes ayant des études supérieures est passé de 12 à 2 %, alors que chez les hommes, il est passé de 21 à 34 %. La diminution des démences a été de 20 % chez les femmes et de 40 % chez les hommes.

Les auteurs suggèrent que cette relation est causale, c'est-à-dire que le niveau d'éducation influence directement le risque de démence. Et ils annoncent qu'à mesure que le niveau d'admission augmente, la prévalence de la démence diminuera dans le pays. Il en est ainsi : « La réduction du fossé éducatif entre les groupes ethniques peut être un outil puissant pour réduire les inégalités en matière de santé en général et en particulier en matière de démence. » Ils estiment donc qu'il devrait être un objectif important des politiques de santé publique.

Les chercheurs ont également souligné un autre changement qui s'est produit avec l'éducation : l'augmentation des années de travail des femmes [concernant le travail rémunéré] a augmenté. En fait, au cours de la période d’enquête, le pourcentage de femmes travaillant 30 ans ou plus a doublé. Ils n'ont pas analysé l'influence du travail, mais considèrent que l'effort cognitif requis peut être affecté, non seulement par un niveau d'emploi plus élevé.

En Europe, la prévalence de la démence a connu une baisse similaire et, comme en Europe, la prévalence est plus élevée chez les femmes que chez les hommes. Cependant, la Fondation européenne pour la maladie d'Alzheimer prévoit que, dans l'ensemble, la population augmente et vieillit.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.