Accord de biodiversité pour dommages

L'une des conséquences les plus brillantes du Sommet de Rio de Janeiro, la Convention sur la biodiversité, est en faillite après la première réunion de la Convention aux Bahamas début décembre 1994, sur les 133 signataires de la Convention.

Après 30 mois de signature de la Convention par la plupart des gouvernements du monde, seule une douzaine d'États ont organisé leur plan national pour protéger leur biodiversité. C'était l'un des points les plus importants de la Convention. D'autre part, l'objectif principal de la réunion des Bahamas était d'établir des mesures pour protéger les espèces du monde. Cependant, les problèmes des forêts et des forêts n'ont pas été discutés et c'est une grande différence, car la moitié des espèces vivantes du monde y vivent.

De plus, après 12 jours à Nassau, ils n'ont pas pu décider où placer le secrétariat de la Convention. Il y avait trois candidats: Genève (siège provisoire), Madrid et Nairobi, mais apparemment ils n'étaient pas du goût des congressistes. Par ailleurs, la mise en place de nouvelles procédures de gestion et de transport sûr des organismes génétiquement modifiés a été retardée pendant un an.

Les représentants des institutions conservationnistes sont en colère, surtout parce qu'ils n'ont pas touché le problème des forêts. Le problème des forêts sera abordé lors de la réunion de la Commission du développement durable des Nations Unies qui se tiendra cette année.

L'un des points convenus lors de la réunion est la création d'une sous-commission de conseil scientifique et technique en matière de conservation. Toutefois, ce sous-comité tiendra sa première réunion en septembre prochain.

Une des grandes décisions est la désignation annuelle du 29 décembre comme Journée internationale de la biodiversité.

Les représentants des institutions conservationnistes ont laissé la réunion très en colère, surtout parce qu'elle n'a pas été affectée au problème des forêts. Le problème forestier sera traité lors de la réunion de la Commission du développement durable de l'ONU qui se tiendra cette année. La Commission est la conséquence du Sommet de Rio, mais ses décisions n'obligent pas légalement la Convention.

L'OMG travaille actuellement à la mise en œuvre de la nouvelle Politique forestière de l'ONU. Cependant, la Malaisie et le Canada ont la coordination de ce travail et, selon les conservationnistes, ces deux États utilisent une politique forestière sauvage. La peur des conservationnistes est donc que les comités mettent la sylviculture à la biodiversité.

Depuis le sommet de Rio on estime que entre 40.000 et 80.000 hectares de forêts ont disparu, comme on le voit.

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.