Covid-19 stress, anxiété et dépression?

covid-19a-estresa-antsietatea-eta-depresioaren-era
Ed. Deliris/Shutterstock.com

En décembre 2019, une nouvelle pneumonie coronaire apparaît dans la ville de Wuhan (Hubei, Chine)[1]. Début 2020, la maladie (COVID-19) a commencé à se répandre dans toute la Chine. Cette augmentation rapide des cas et des décès a causé des problèmes psychologiques tels que le stress, l'anxiété et la dépression [2]. Ce rapide essor des cas confirmés et des décès s'est rapidement répandu dans le monde entier, faisant de l'Europe en général et de l'Euskal Herria un foyer important de pandémie.

Au-delà des risques médicaux, l'impact psychologique et social de cette pandémie est incontestable. Selon des études en provenance de Chine (le premier pays touché), la peur et l'incertitude sur l'inconnu peuvent provoquer des maladies mentales telles que le stress, l'anxiété, la dépression, la somatisation et l'augmentation de la consommation d'alcool et de tabac[3].

Dans une enquête menée en janvier 2020 dans 194 villes chinoises à 1210 personnes, la dépression, l'anxiété et le stress ont été mesurés à travers l'échelle DASS-21. L'objectif de cette étude était d'analyser l'impact psychologique de la phase initiale de l'épidémie de covid-19. 16,5% des participants ont exprimé des symptômes dépressifs, modérés ou graves, 28,8% des symptômes modérés et sévères d'anxiété et 8,1% ont signalé des niveaux modérés et sévères de stress. En outre, le mauvais état de santé personnelle a été associée à un impact psychologique plus élevé. Ils ont également conclu que la mauvaise santé psychologique pouvait également influencer la santé physique. Dans toute catastrophe biologique, la peur, l’incertitude et la stigmatisation sont fréquentes et il est donc important d’effectuer des interventions psychologiques appropriées[4].

En définitive, dans une urgence internationale de santé publique comme celle que nous vivons, il est important d’étudier l’impact psychologique de la pandémie sur certaines populations pour pouvoir développer des stratégies pour réduire l’impact psychologique de la crise[5]. C'est pourquoi cette étude a mesuré les niveaux de stress, d'anxiété et de dépression dans un échantillon de la Communauté Autonome du Pays Basque, pour pouvoir analyser les besoins psychologiques de la population au moment du début de la crise.

Recherche réalisée dans la Communauté Autonome du Pays Basque

976 personnes de la Communauté Autonome du Pays Basque ont participé à cette étude. Les niveaux de stress, d'anxiété et de dépression ont été mesurés, ainsi que les variables socio-démographiques des participants.

En ce qui concerne les résultats, les niveaux de stress, d'anxiété et de dépression de l'échantillon prélevé dans la CAPV ont été inférieurs à ceux enregistrés dans l'étude menée en Chine. Cette donnée attire l'attention, étant donné que le questionnaire a été réalisé dans la phase initiale de la présentation du covid-19. Cela pourrait expliquer, d'une part, que dans la CAPV ils avaient plus d'informations sur le virus, car il est arrivé un mois et demi après la Chine, et cette connaissance de la pandémie pourrait expliquer que les niveaux de stress, d'anxiété et de dépression étaient inférieurs. D'autre part, il est également possible qu'au moment de la collecte de l'échantillon, dans les premiers jours de l'épidémie en Espagne, la population ne voie pas encore la portée de la pandémie sur son propre territoire, car l'épidémie continue à s'associer à un problème lointain qui touche d'autres [6,7].

D'autre part, il convient de noter que dans cet échantillon ont été trouvés des moyennes plus importantes dans les trois niveaux de symptomatologie (stress, anxiété et dépression) à partir du 14 mars, c'est-à-dire depuis le début de la fermeture. C'est pourquoi la population manque peut-être encore du temps pour accepter et traiter la crise qu'elle doit affronter. De plus, ces niveaux devraient augmenter à mesure que le temps de confinement et d’isolement augmente, il serait donc intéressant d’analyser progressivement le processus de cette évolution[8].

En outre, les résultats montrent que, comme prévu, les personnes atteintes de maladies chroniques montrent une moyenne supérieure en anxiété, stress et dépression par rapport aux participants qui ne mentionnaient aucune maladie chronique. Ces résultats s'accordent à dire que les personnes atteintes de maladies graves ou multiples présentent des niveaux plus élevés de symptômes psychologiques face à cette situation de crise [9].

Dans les résultats de cette étude, et contre ce qui est attendu, on a trouvé des moyennes supérieures en stress, anxiété et dépression chez les personnes de 18 à 25 ans que chez celles de 26 à 60 ans, et enfin la moyenne dans les trois dimensions est inférieure chez les personnes de plus de 60 ans. Il est frappant que les personnes âgées aient une symptomatologie plus basse dans ces dimensions. Cela peut avoir de nombreuses explications. Tout d'abord, l'anxiété vécue par les jeunes depuis leur rôle d'élèves; rappelons que les classes ont été suspendues avant la fermeture, ce qui peut générer une plus grande conscience de crise chez les élèves. Par ailleurs, dans cette crise, le bombardement médiatique reçu depuis les réseaux sociaux a été particulièrement mis en évidence, notamment dans les premiers jours, la prolifération de faces news. Il est possible qu'étant les jeunes les plus actifs sur les réseaux sociaux, ce bombardement ait aggravé leur situation psychologique. Toutes ces variables seraient de nouvelles lignes de recherche.

Conclusions

Face à cette nouvelle situation, comme le soulignent Liu et al. [24], des stratégies précoces sont nécessaires pour prévenir et traiter les conséquences psychologiques qui peuvent découler d'une pandémie comme la COVID-19. À cet égard, les institutions ayant un profil socio-sanitaire, administratif et éducatif, comme l'académie, pourraient concevoir des plans et des programmes d'appui au stress, comme cela a été fait à Pékin. En fait, l'Université de Pékin a élaboré un manuel sur la santé mentale, dans le but d'informer sur le stress et les autres problèmes psychologiques liés à l'émergence du COVID-19 [25]. De nombreux hôpitaux psychiatriques, centres de conseil psychologique et services de psychologie universitaires ont également mis en place des lignes téléphoniques spécialisées pour fournir des services de conseil psychologique[10].

Les auteurs de cet article sont des professeurs et chercheurs des départements d'Évolution et de Psychologie de l'Éducation, Didactique et Organisation Scolaire et Méthodes de Recherche et Diagnostic en Éducation de la Faculté d'Éducation de l'UPV/EHU.

 

Références

1. Chen Q, Liang M, Li Y, et al. Mental health care for medical staff in china during the COVID-19 outbreak. The Lancet Psychamey. 2020.

2. Liu S, Yang L, Zhang C, et al. Online health services in china during the COVID-19 outbreak. The Lancet Psychamey. 2020.

3. Shigemura J, Ursano RJ, Morganstein JC, Kurosawa M, Benedek DM. Public responses to the novel 2019 coronavirus (2019 nCoV) in japan: Mental health consequences and target populations. Psychamey Clin Neurosci. 2020.

4ème Xiang Y, Yang Y, Li W, et al. Timely mental health care for the 2019 novel coronavirus outbreak is urgently needed. The Lancet Psychamey. 2020;7(3):228-229.

5. Wang C, Pan R, Wan X, et al. Immediate psychological responses and associated factors during the initial stage of the 2019 coronavirus disease (COVID-19) epic among the general population in china. International Journal of Environmental Research and Public Health. 2020;17(5):17-29.

6ème Idoiaga N, De Montes LG, Valencia J. Understanding an ebola outbreak: Social representations of emerging infectious diseases. Journal of health psychology. 2017;22(7):951-960.

7. Joffe H. Public apprehension of emerging infectious diseases: Changes afoot toujours ? Public Understanding of Science. 2011;20(4):446-460.

8º. Brooks SK, Webster RK, Smith LE, et al. Réduction de l'impact de la psychologie: Rapid review of the evidence. The Lancet. 2020.

9. Dong XC, Li JM, Bai JY, et al. Épidémiological characteristics of confirmed COVID-19 cases in tianjin. Zhonghua Liu Xing Bing Xue Za Zhi. 2020;41(5):638-642: 10.3760/cma.c.cn112338-20200221-00146 [réglage].

10. Bao Y, Sun Y, Meng S, Shi J, Lu L. 2019-nCoV épidémique: Address mental health care to empower society. The Lancet. 2020;395(10224):37-38.

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.