Comment réaliser des études écologiques ?

La kologie, en plus d'être un sujet socialement discuté, est aussi une science, c'est-à-dire les scientifiques réalisent des hypothèses et les soumettent à l'expérimentation, assumant ainsi les hypothèses comme bonnes ou mauvaises.
Lisière.

L'écologie, en plus d'être un sujet socialement discuté, est aussi une science, c'est-à-dire que les scientifiques réalisent des hypothèses et les soumettent à l'expérimentation, assumant ainsi les hypothèses comme bonnes ou mauvaises. En définitive, ces hypothèses visent à développer une théorie générale qui explique les relations entre les êtres vivants. À ce stade, l'écologie s'approche de la philosophie (ces théories veulent expliquer la vie).

C'est pourquoi nous analyserons dans cet article les travaux de ceux qui sont consacrés aux forêts. Tout d'abord, l'écologiste pose quelques questions à l'intérieur, et si nous allons aux monts d'Euskal Herria la question la plus importante est: Pourquoi où est ROBLEDAL le HAYEDO n'est-il pas créé? et vice versa, où se trouve le HAYEDO en développant le ROBLEDAL. Il y a probablement un problème de concurrence, c'est-à-dire lorsque dans la zone où se trouve le robledal, le hêtre et le chêne commencent ensemble, le chêne gagne la compétition. C'est une compétition où l'on détruit l'autre et où les deux espèces jouent une vie. Dans le hêtre rivalise le hêtre avec le chêne. Tout est permis dans cette compétition (voler la lumière, voler des sels minéraux, tuer avec faim les arbustes...). C'est le panorama.

Dans la forêt il y a une grande guerre. Voyant cela, les écologistes commencent à réfléchir et à tourner. Des hypothèses apparaissent également: la concurrence se produit sur le sol ou, plus précisément, sur le sol. Par conséquent, notre écologique va avec une pelle à la montagne, à la forêt, pour prélever des échantillons de terre. Il les prend et les conduit au laboratoire. L'échantillonnage a été effectué dans deux types de forêts et l'analyse de laboratoire a indiqué à notre écologique que tous les échantillons du sol sont similaires. Son hypothèse est passée à la dérive: le sol n'est pas la raison de gagner certains (chênes) ou d'autres (hêtres).

Section du sol.

Encore une fois, il a essayé de démontrer une autre hypothèse. Les conditions physiques de l'environnement peuvent conditionner la distribution des deux forêts. Et oui, il semble que la hauteur par rapport à la mer sépare parfaitement les deux types de forêts. Mais... Quelle influence a la hauteur dans la physiologie de ces deux espèces? La hauteur conditionnera probablement la température et l'éclairage, ce qui conditionnera la physiologie des arbres et leur distribution. L'écologiste doit confirmer cela, il a une nouvelle hypothèse de travail. La meilleure façon est d'amener les arbres au laboratoire et en contrôlant la température et la lumière et en introduisant des variations dans ces variables accepter ou annuler votre hypothèse. Mais... nous ne pouvons pas entrer dans le laboratoire.

Nous emmènerons donc le « laboratoire » dans la forêt, ou plutôt les outils de mesure. Et lorsque l'outillage est situé dans la forêt, nous appellerons l'ensemble Station Expérimentale. Mais comment et où notre écologique organisera-t-il les stations expérimentales ?

... Pour commencer, vous irez dans la forêt et vous devrez trouver deux modèles ou types de forêts. Ne le pensez pas

i) i

facile à facile à utiliser

jusqu'à jusqu'à jusqu'à jusqu'à la

,

La plupart des forêts d’Euskal Herria ont subi l’influence humaine et, si possible, les forêts “naturelles” sont les plus utiles pour l’écologie. Le lieu de localisation des stations, dans la mesure du possible, doit être le même pour toutes les autres variables (pierre originale, pente, orientation, etc.) et la variable sera unique, c'est-à-dire l'espèce arborée.

C'est presque impossible. Une fois ces deux zones de type localisées, vous installerez vos outils et objets. Il est intéressant de mesurer les températures du sol, mais il aura un grand obstacle; les thermomètres de mercure ne peuvent pas les mesurer dans le sous-sol. Pour résoudre ce problème, notre écologiste doit également connaître l'électronique. Vous devez utiliser des thermomètres électroniques. Dans les magasins ne sont pas vendus et il devra les construire. Ces thermomètres permettent le passage de plus d'électrons comme il devient plus chaud. Notre écologiste mesurera donc combien d'électrons il laisse passer. Les températures dans l'air doivent également être étudiées, les plus importantes étant les maximales et les minimales. Ceux-ci peuvent être mesurés avec un thermomètre de mercure.

La lumière est également très importante pour les arbres, car elle est la source d'énergie de la vie. Grâce à la lumière, la plante produit son gaz CO2, provenant d'eau et de sels minéraux. Ici aussi, notre écologiste contrôlera la lumière, mais quelle lumière? Celui qui arrive dans la forêt, c'est-à-dire qui arrive au sommet des arbres ou qui entre par lui? Le biologiquement le plus intéressant est de connaître la quantité de lumière qui permet d'introduire les forêts et leur degré d'exploitation. Le photomètre les placera à l'extrémité de l'arbre, dans la forêt et entre les deux. Ainsi, vous pouvez connaître la proportion qui reste dans la forêt de lumière qui arrive dans les deux types de forêts.

Mesurer la luminosité par un testeur.

Un autre problème est de savoir si la forêt vit bien ou mal. Et comment est-il obtenu?. Pour cela, des filets sont placés sur le terrain et nous pouvons calculer le nombre de fruits, feuilles et fleurs que l'arbre produit. Le plus important sont les feuilles, car dans les feuilles il y a la chlorophylle et sont les principaux producteurs. Si une forêt dégage beaucoup de feuilles, cela signifie que la capacité de production de cette forêt est supérieure à celle d'une forêt avec moins de feuilles.

L'écologique mesure également la biomasse existante. Et pourquoi ? La biomasse est un paramètre très important pour les écologistes, car elle permet de connaître la santé de cet écosystème.

Et peut-être le facteur le plus important est l'eau. L'eau est ce qui permet la vie. Les plantes le savent parfaitement, et notre écologiste, sachant cela, se dirigera vers la forêt pour contrôler l'eau. Il veut savoir combien il arrive à la forêt, combien il reste à la surface des feuilles, combien il descend de la surface du tronc, combien il est versé sur la pente, combien il est perdu par le sol. Et tout cela avec autant d'autres gadgets comme des lisières, des pluviomètres, etc. Il prélèvera ensuite des échantillons d'eau et les analysera chimiquement au laboratoire. Vous pourrez ainsi connaître la quantité de nourriture nécessaire aux arbres, ainsi que leur mouvement dans le système sol-air. Autrement dit, vous connaîtrez le cycle des nutriments et prédire ainsi le développement de la forêt à long terme.

Pluviomètres à la gare.

Et après être allé sur la montagne pour recueillir des données au moins pendant un an, il est possible que l'écologiste se rapproche un peu plus des réponses à ces questions initiales.

Enfin, nous remercions le Patronat Municipal des Auberges et Campements de San Sebastián qui nous a permis de mettre nos stations expérimentales dans les forêts.

Jarrai iezaguzu

Zu idazle

Zientzia aldizkaria

azken alea
Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.