Didactique de l'astronomie (I)

Introduction

Avec la nouvelle année, dans la section ASTRONOMIE nous avons commencé une nouvelle batterie d'articles. À cette occasion et comme introduction, je vais donner quelques explications sur la DIDACTIQUE DE L'ASTRONOMIE et son environnement (pourquoi l'astronomie?, comment est né tout au long de l'histoire?, quel est votre intérêt social?, Attire les jeunes ?, comment?,... ). Dans les articles suivants, nous travaillerons l'ASTRONOMIE PRATIQUE (comment construire les horloges solaires?, comment orienter le télescope?, comment identifier les étoiles sur la montagne?, etc. ).

Séminaire astronomique permanent

Que dire de notre équipe ? Nous jouissons de l'astronomie depuis près de dix ans et enseignons l'astronomie. Nous sommes une équipe de professeurs et une équipe ouverte. Dans ce Séminaire Permanent d'Astronomie, nous avons rencontré des personnes de tous les coins de l'Euskal Herria et avec différents niveaux d'apprentissage. Notre seule intention est que, même à court terme, dans notre pays, comme dans d'autres (Catalogne, par exemple), l'astronomie (connaître le ciel et ses événements et objets, observer, prédire, jouir, etc.) extension à l'enseignement, aux centres de jeunesse et aux manifestations culturelles, reprenant la place qu'il occupait autrefois.

D'autre part, à partir de maintenant nous publierons dans cette section les ÉPHÉMÉRIDES ASTRONOMIQUES (voir page 7), expliquant les astres qui seront visibles depuis notre billetterie dans le ciel actuel. Nous expliquerons aussi de façon didactique comment ces calculs sont effectués.

Un peu d'histoire

Bien que nous ne sachions pas exactement où et comment, nous sommes convaincus qu'aucun être humain ne possédait une connaissance astronomique initiale de son univers limité.

Bien que nous ne sachions pas exactement comment ni où, nous sommes convaincus qu'aucun être humain ne possédait une connaissance astronomique initiale de son univers limité (mesure du temps, saisons, orientation des constructions urbaines, religieuses ou sépulcrales, explication de faits comme les éclipses du Soleil et de la Lune, et comment non, l'imagination sur la taille et l'apparence de l'Univers). Ces connaissances ont été transmises d'une manière ou d'une autre de parents à enfants, formant un registre historique de l'être humain, et grâce à la science appelée archéoastronomie nous arrive.

Il y a deux mille cinq cents ans, les premiers peuples, fruit des échanges de marché et ainsi des échanges entre cultures différentes, ont élargi leurs limites de «vision d’univers» et sont devenus créateurs d’une nouvelle façon de penser philosophique pour expliquer ce nouvel univers. Dans cette nouvelle conception philosophique, le monde ne serait plus, comme on ne peut pas prédire selon les “désirs” des dieux, fait, Chaos. “Tout ordonné”, Kosmosa, serait comme une sorte de “règlement de jeu” ou une législation à trouver.

Tandis que l’échange entre Égée et les Peuples vivant sur le littoral ionien, dans la Grèce antique, resta libre, on tenta de créer une nouvelle culture en suivant la voie suivante : Le premier registre stellaire d'Hipparque, la mesure du rayon de la Terre d'Eratosthène, la Lune d'Aristarque et les premières approximations de la taille et des distances au Soleil, les premières hypothèses sur la structure de la matière (composants de Tales, Anaximandro, etc.) ; l'atome de Démocrite…) et le développement technologique évident. Le développement technologique a libéré l'homme de la charge pour tirer le travail quotidien avec ses mains. De cette époque, ce furent les premiers «enseignants» et «étudiants» qui, assis autour de lui ou assis sur les escaliers du temple, constitueraient le premier type d’école.

La méconnaissance dominée par les autorités conduisit ces Peuples à la guerre et détruisit les racines d'une société cultivée et prospère.

La dévotion des autorités pour la domination, l'esclavage, conduisit ces Peuples à la guerre et détruisit les racines d'une société cultivée et prospère. Nous avons encore dans la bibliothèque d'Alexandrie un enregistrement de quelque chose qui témoigne de cette courte mais heureuse époque pour le développement des sciences et des lettres. Bien que dans le cinquième siècle, il a été irrationnellement brûlé et détérioré. Ce dossier est, parfois, le dernier bâton de ce que Hypatia devait être l'école de pensée scientifique. Elle explique que la femme astronome et mathématique a été brûlée au feu, une action qui nous révèle la liberté et la culture d'alors.

Grâce à la diffusion de la culture arabe, les textes helléniques commencèrent à se traduire dans toutes les langues et, avec leurs connaissances riches, ils arrivèrent en Europe médiévale à travers les couvents et abbayes qui y existaient. Là, ils se gardèrent et retournèrent au latin. Ces couvents et abbayes «devaient avoir des écoles attachées», selon l’ordre expressif de Charlemagne.

d. d. C. VIII. siècle siècle siècle siècle siècle siècle siècle siècle siècle

Sous les idées d'Aristote et de l'Eglise ont émergé les premières universités européennes (Paris, Bologne, Oxford, Cambridge et Salamanque). et XIII. pendant des siècles pour enseigner Trivium (grammaire, rhétorique et logique du latin) et Quadrivium (arithmétique, géométrie, musique et astronomie).

Pendant la Renaissance, de grands progrès ont été accomplis dans la connaissance de l'univers (système héliocentrique, inventé du télescope, etc.) a brisé la vision stricte des institutions universitaires conservatrices. Pendant cette période, les universités ont commencé à enseigner une nouvelle astronomie en accord avec les connaissances de l'époque.

XVII. Le XXe siècle nous a débarrassé de la publication du livre d'Isaac Newton “Philosofiae Naturalis Principia Mathematica”, inventé deux siècles plus tôt. Ce livre était une explication curieuse des lois de la nature, car il associait ce qui se passait sur la surface terrestre (le saut de la pomme) aux événements du ciel (en particulier le mouvement de la lune). Depuis lors, la recherche astronomique et son enseignement ne seraient pas séparés.

Situation actuelle

Jusqu'à récemment, dans l'État espagnol, les sujets traités en classe n'ont jamais eu un suivi réel depuis l'observatoire.

Jusqu'à récemment, dans l'état espagnol, l'enseignement supérieur de l'astronomie comme support d'autres disciplines (Nautique, Topographie, Météorologie, etc.) ou comme spécialité, à partir du deuxième cycle. Elle a enseigné la formulation mathématique pure (pour le calcul des orbites et des angles de position; Mécanique céleste) ou la description théorique des modèles et de leur évolution (Astrophysique). Les sujets abordés dans la classe n'ont jamais eu un suivi réel de l'observatoire, au moins s'ils n'en faisaient pas un sur leur propre.

Cependant, le modèle d'enseignement a récemment été modifié. L'astronomie est autrement travaillé. Dans chaque sujet concret sont inclus toutes les matières spécialisées (Physique de l'Environnement, Cosmologie, Astrophysique, Mécanique Céleste, Statistique Étoile, Astronomie Optique, Radioastronomie, Astrophotométrie, Astrospectroscopie, Héliophysique, Géologie Planétaire, Exibiologie, Astronautique, etc. ). Dans le même temps, des possibilités d'observation et des implications pratiques sont recherchées dans des programmes de recherche.

Bien que dans l'État espagnol il y a une dizaine de facultés qui travaillent l'astronomie comme spécialité du second cycle (principalement îles de Barcelone, Madrid, Saragosse, Valence, Grenade, Séville et Canaries), dans le nouveau programme d'études de sciences physiques, dans le premier cycle de toutes les facultés, on prétend implanter la matière d'astrophysique.

Grâce à la demande d'enseignement de l'astronomie aux niveaux de base (en particulier dans le secondaire) et aux programmes de recherche avancés au niveau de l'État (Institut Astrophysique des Canaries – I.A.C.-), l'excellente opportunité qu'il offre pour étudier l'horizon a converti à l'Observatoire Européen du Sud et est légalement protégé) et à ceux qui sont au niveau international (télescopique-espace télescopique

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.