Changement climatique

Pascual García de Azilu, Unai

Klima eta Natur Ingurunea / Basque Centre for Climate Change

Oihane Martin Sainz de la Maza

Mikrobiologia eta Parasitologia Zerbitzua / Ramón y Cajal ospitalea

Nous avons apporté la question du changement climatique. Qu'avons-nous à réfléchir sur ce sujet? Deux perspectives, deux opinions. Un médecin et un autre économiste.
klima-aldaketa
Ed. ANDÉN

La température influence l'incidence et la propagation des maladies

Oihane Martin Sainz de la Maza

Service de microbiologie et de parasitologie / Hôpital Ramón et Cajal

L'été dernier, j'ai entendu un scientifique à la radio parler des câpres. À tout autre moment, il serait inhabituel de l'écouter à la radio, mais pas à l'été précédent, où un homme d'Avila venait de mourir à cause de la maladie étrange et exotique de Krimea-Kongo.

Le scientifique était en colère et les minutes de l'antenne manquaient pour montrer sa préoccupation. Il se référait à l'influence des hivers tempérés sur la biologie des câpres (augmentation du taux de survie hivernale et prolongation de la période d'activité) et sur les pathogènes qu'ils transmettent. Le groupe de recherche du scientifique a rapporté en 2010 l'apparition du virus dans la péninsule. Une souche africaine du virus a été trouvée dans les câpres, probablement apportée par des câpres d'oiseaux migrateurs et causée par la mort de l'homme d'Avila.

La température conditionne le cycle de vie et l'étendue géographique des vecteurs de maladies, mais aussi la viabilité des agents pathogènes qu'ils transportent, affectant l'incidence et l'étendue des maladies. Le changement climatique, ainsi que les changements dans l'utilisation de la terre, les mouvements démographiques, les conflits et le commerce international, est responsable de l'apparition et de la réapparition de maladies (avec l'augmentation des hivers tempérés, étés chauds et phénomènes météorologiques extrêmes). Ils conditionnent tous les agents pathogènes, dépôts et vecteurs.

Bien que plusieurs initiatives aient été lancées ces dix dernières années pour enquêter sur l'incidence des changements climatiques sur les maladies infectieuses et non infectieuses, l'engagement et l'investissement dans le monde restent rares. Il est indispensable de mettre fin au modèle actuel de développement pour réduire les graves conséquences du changement climatique sur l'éco-épidémiologie et la santé des maladies.

 

Nouvelle vision de l’Ecofeminisme dans l’appel au changement climatique

Unai Pascual García de Azilu

Climat et environnement naturel / Basque Centre for Climate Change

Nous vivons un moment historique unique pour obtenir les changements sociaux nécessaires pour ne pas perdre le train de la durabilité globale. L'une des plus grandes barrières est l'inégalité sociale mondiale croissante avec le changement climatique. Actuellement, en général, les politiques think tank et les gouvernements ne tiennent pas compte de la dimension environnementale qui conjuguent ces inégalités sociales. Selon les scientifiques experts en « environnement social », l’inégalité des sexes est l’une des plus grandes menaces qui peuvent compromettre le bien-être présent et futur, y compris le fonctionnement écologique de la terre.

L'écophéminisme parle de questions féministes liées à des préoccupations environnementales, qui se manifeste par l'oppression masculine. À l'origine, l'écologie soulignait que les femmes ont une relation plus profonde avec la terre que les hommes, et établissait les femmes comme victimes, car elle indiquait que cette dégradation de l'environnement était due à la même oppression patriarcale.

Aujourd’hui, cependant, l’écologie affronte avec un nouveau regard nuancé le problème de la dégradation de l’environnement et du changement climatique, c’est-à-dire qu’il refuse de mettre contre les “hommes” une catégorie unifiée et homogène de “femmes”. Ce qui intéresse vraiment aujourd’hui, c’est donc d’analyser le thème du “caractère intersectionnel du genre et des relations de pouvoir”. Ce regard peut faire une grande faveur pour aborder des liens complexes entre science et politique, genre et changement climatique. En particulier, nous devrions cibler le genre à l'intersection entre une classe sociale économiquement exclue, culturellement invisible et politiquement non autonomisée.

Autrement dit, les efforts pour résoudre les problèmes posés par le changement climatique dans la société seront plus efficaces si nous commençons à aborder le genre dans une perspective intersectionnelle. Le moment est venu de situer la nouvelle vision de l'écoéminisme au centre du débat sur le changement climatique, tant en Euskal Herria qu'au niveau mondial.

Jarrai iezaguzu

Zu idazle

Zientzia aldizkaria

azken alea
Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.