Lutte contre le dopage et les Jeux Olympiques

Arratibel, Iñaki

Kirol medikua

dopinaren-aurkako-borroka-eta-joko-olinpikoak
Ed. Londres 2012 ©

Comme tous les quatre ans, les Jeux Olympiques sont arrivés et le monde, au moins le monde du sport, s'arrêtera presque. Il est temps de réaliser les rêves et/ou les objectifs de nombreux sportifs, entraîneurs, directeurs fédératifs, politiciens et entreprises. Et à ce moment-là, transformer le rêve en succès ou en défaite. Mais avec cet échec non seulement ils perdront les rêves: les sportifs et les entraîneurs seront peut-être fermés les portes de l'avenir, les directeurs des fédérations disparaîtront la période d'honneur, les politiciens auront le temps de justifier la dépense de l'argent, et beaucoup de gens peuvent remettre en question la grandeur de la patrie.

Pourquoi commencer ainsi un article sur la lutte contre le dopage et les Jeux Olympiques? Aujourd'hui, dans de nombreux sports, l'image principale est les Jeux Olympiques, et en général l'image que nous voyons est très polaire: le succès ou l'échec. Succès en nombre de médailles. Les diplômes olympiques sont peut-être également pris en compte, mais tout ce qui est obtenu à partir de là est un échec pour la plupart des gens, sans tenir compte combien il est difficile et difficile d'atteindre les Jeux olympiques. Et là commencent les problèmes, ou au moins certains se demandent: Suis-je capable de faire quoi que ce soit pour réussir?

Le passeport biologique sera en vigueur aux Jeux Olympiques de Londres.

Si aujourd'hui nous faisions une enquête dans la rue pour nous demander ce qu'est le dopage, en grande proportion, il serait extrait qu'il s'agit d'une substance ou méthode anti-santé. Mais ce n'est pas ce qui est dans les bases. Le Code de la WADA-AMA (Agence Internationale Antidopage) définit le dopage comme : "Doping is defined as the occurrence of one or more of the anti-doping rule violations set forth in Article 2.1 through Article 2.8 of the Code". C'est, aller contre une réglementation. Toutefois, les articles 2.1 à 2.2 ne prévoient pas la présence de substances et/ou de méthodes qui protègent la santé ou menacent la santé, même si l'une des causes d'inclusion de certaines substances dans la liste des substances interdites est celle de leur possible atteinte à la santé. Et avec cela, je ne veux pas nier qu'il y a des substances et/ou des méthodes qui mettent en danger la santé et donc la vie, mais que la santé n'est pas la seule raison, peut-être pas la principale.

Alors, pourquoi la lutte contre le dopage est-elle nécessaire? Ou n'est-ce pas nécessaire? Où est l'ancien "esprit olympique"? Comme nous l'avons vu aux Jeux Olympiques précédents, le plus important des Jeux de Londres est le spectacle. L'esprit olympique, l'amitié de la jeunesse et de la société, la capacité de lutte, l'amitié, etc., sont restés au second plan. Le plus important sont les résultats sportifs, tant les médailles que les marques. Et cela ne se produit pas seulement aux Jeux Olympiques, car dans certains sports est quelque chose de quotidien. Mais dans la plupart des sports les Jeux Olympiques sont l'écran principal de quatre ans où l'argent et les aides d'autres quatre ans sont mis en jeu. Et puis on pose sur la table la question de toujours : s'ils sont professionnels ou qu'ils vivent comme professionnels, ne sont-ils pas libres de savoir quoi prendre ? Pourquoi pas la barre libre ?

Et la vérité est que ce n'est pas une question facile à répondre. La technologie a beaucoup aidé dans de nombreux sports, mais en même temps elle a fait une énorme différence dans l'égalité sportive : celui qui a de l'argent obtient la dernière technologie et celui qui n'a pas reste dans le désavantage. Si permis, pourquoi ne pas voir les médicaments ou les substances comme «technologie»? C'est une question quotidienne dans le travail quotidien des médecins sportifs. Et comme je l'ai déjà dit, ne pensez pas qu'il est facile de répondre, surtout si l'approche anti-dopage n'est que santé. Toutes ou presque toutes les substances utilisées dans le dopage sont des médicaments. Médicaments pour le traitement des maladies avec toutes les autorisations des ministères de la Santé de chaque territoire. Alors, sont-ils vraiment des substances nocives? Comment est-il possible que les médicaments que nous donnons les médecins à la population soient préjudiciables aux sportifs? D'autre part, les athlètes de haute performance ont généralement plus de contrôles médicaux que n'importe qui pour savoir si un «médicament» leur nuit ou pas. En outre, de nombreux sportifs de haut niveau sont des travailleurs dans leur profession et pourquoi ne pas collaborer pour maintenir leur santé et leur performance? Les médicaments ne sont-ils pas administrés pour retourner au travail le plus tôt possible ? Considérez-vous vraiment la santé de l'avenir?

Arrivés à ce point et quand on se demande si la lutte contre le dopage est nécessaire ou non, la réponse doit venir par une autre voie. D'une part, en tant que médecins, en utilisant une substance, il faudrait tenir compte de trois mots: l'utilisation, l'utilisation excessive et le mauvais usage. À mon avis, compte tenu de la santé et bien analyser les causes de l'utilisation des médicaments, il est nécessaire de mettre des limites pour que ce monde ne soit pas réglementé par la loi de la jungle.

Mais, d'autre part, on ne peut pas oublier que, dans l'égalité sportive mentionnée ci-dessus, des réglementations sont nécessaires pour maintenir un équilibre entre tous. Sinon, ceux qui peuvent obtenir la technologie la plus avancée au sens large ont de grandes possibilités et ne laissent aucune option aux autres.

Pour tout cela, la lutte contre le dopage est indispensable, mais évaluée d'un autre point de vue. Reconnaissons que le dopage n'est qu'un piège et qu'il y a des sanctions lorsque les règlements sont violés. Le problème survient lorsque des mesures sont mises sur la table pour contrôler quand les réglementations sont violées. Je n'ai rien de clair si une voie est valide pour le contrôle. Je ne sais pas si c'est la véritable image d'un sport propre.

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.