L’Europe vers Mars

Irazabalbeitia, Inaki

kimikaria eta zientzia-dibulgatzailea

Elhuyar Fundazioa

Ilargia et Martitz ne sont plus seulement des scientifiques. Ces derniers mois, ils sont devenus des nouvelles habituelles dans les médias. L'Explorateur de Mars, le Compteur Mondial des Terres de Mars et le Prospecteur de Lune ont été apprivoisés.

L'Explorateur de Mariz a transmis les données pour la dernière fois le 27 septembre de l'année dernière, mais les scientifiques n'ont commencé à traiter que l'avalanche d'informations émise jusque-là. 1.650 images et onze données sont un trésor précieux qui à l'avenir complètent et remodelent notre image de Mars.

Le compteur foncier mondial commencera à fonctionner plus tard que prévu. Les problèmes structurels survenus dans l'un des panneaux solaires du bateau ont obligé les techniciens de la NASA à réaliser une manœuvre plus lente d'aérobication. Par conséquent, un an plus tard, il commencera à cartographier la surface de Mars. Pendant ce temps, sur Mars, le compteur foncier mondial ne sera pas léthargique et l'équipe scientifique de la sonde travaillera à la collecte de données de Martitz.

L'Europe ne veut pas s'arrêter à l'exploration de Mars. L'échec de la mission Martitz 96, dirigée par les Russes, a été un désastre pour les scientifiques planétaires européens, puisque des données de première main étaient échappées sur Martitz. Afin de couvrir ce vide, ESA, Agence spatiale européenne, étudie la mission appelée Martitz Espres, qui débutera en mai ou juin 2003.

Bien sûr, la structure de la mission reste indéterminée et l'ESA a lancé un appel aux scientifiques planétaires européens à limiter les expériences qui y assisteraient. Cependant, dans la perspective actuelle, la mission Martitz Espres se compose d'un orbiteur et de modules d'atterrissage de un à trois.

La mission a de grands objectifs. Il s'agit de collecter des données pour compléter l'histoire géologique de Mars, afin d'élaborer une histoire du contenu en eau et de pouvoir définir les paléoclimes. En outre, il est prévu d'étudier la surface supérieure de la planète à un kilomètre de profondeur, à la recherche d'eau et de glace, entre autres. Il est également prévu d'étudier la structure interne de la planète. Il existe actuellement très peu de données sur la lithosphère, le manteau et la zone de Mars, ainsi que sur sa relation. La position de Mars sera également étudiée sur l'ensemble des planètes et des corps terrestres.

D'autre part, l'étude de l'atmosphère martienne et la composition minéralogique et géochimique de la surface est l'un des objectifs principaux.

La sonde Martitz Espres sera lancée à travers un lanceur de type Soiuz, ce qui permettra de charger 1.100 kg sur le chemin de Martitz. En 200 jours, vous arriverez sur la planète rouge.

L'étude de la mission Martitz Espres a commencé en juin 1997 et la définition de la mission n'a fait que commencer. En décembre 1997, un « appel à opportunités » a été lancé parmi les scientifiques planétaires, fermé le 24 février 1998. Fin mai, la charge scientifique de l'orbiteur et des modules d'atterrissage sera définie, c'est-à-dire l'instrumental. Enfin, fin novembre de cette année, l'ESA décidera si elle est lancée.

Les Européens ont aussi plus près de Martitz.

Jarrai iezaguzu

Zu idazle

Zientzia aldizkaria

azken alea
Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.