Salamandre commune, aussi élégante que toxique

Arrabio, carte de distribution d'Euskal Herria.

Quand on parle d'amphibiens, on parle toujours de la dépendance à l'eau de ces animaux et de leur besoin de vivre entre le milieu aquatique et terrestre. Bien que ces idées soient topiques, elles ne sont souvent pas très concrètes et l'espèce mentionnée aujourd'hui en est un exemple clair.

La fonte commune (Salamandre salamandre) est sans doute l'un des amphibiens les plus secs d'Europe dans sa biologie générale. Comme les autres amphibiens, la fonte a une peau perméable, de sorte que le risque de déshydratation est limité pour vivre dans des environnements arides. Mais en plus de ce problème, nous pourrions dire que la dépendance de l'animal de l'eau est minime, dans les autres aspects de son activité vitale.

Le trait descriptif le plus significatif de la fonte est certainement sa beauté saisissante.

C'est un bel animal qui atteint une longueur totale de 15 à 16 cm, étant le plus grand urodelo du Pays Basque. Sa tête est plus longue que large, dorsoventralement opprimée, et à l'arrière de celle-ci, située dorsolatéralement, présente des glandes parotoïdes claires. Les yeux sombres sont également très visibles dans la partie dorsale en raison de l'excellente taille de leurs orbites. Son tronc est cylindrique et ses bras et ses pattes courtes peuvent difficilement se lever du sol quand ils marchent.

Dans la partie dorsale, et comme s'il s'agissait d'une continuation des glandes parotoïdes, deux lignes parallèles formées par neuf bicorres du côté du cou vers l'isata sont déployées. La queue est plus courte que le corps et sa section transversale présente une section arrondie, indiquant le caractère sec de l'animal et son inadaptabilité manifeste.

La fonte a besoin d'environnements humides et frais pour pouvoir vivre, donc en Euskal Herria se trouve surtout dans des forêts luxuriantes.

Mais le trait descriptif le plus significatif de la fonte est certainement sa beauté saisissante. Et c'est que la peau humide de la fonte apparaît ornée d'une tache longitudinale jaune et d'un noir brillant, ce qui rend l'animal très populaire pour quiconque a traversé la montagne. En raison de cette coloration particulière, l'image de la fonte a toujours été entourée de plusieurs légendes et croyances, souvent considérée comme la maison de la cuisine des sorcières et des démons. Par exemple, dans les cultures de toute l'Europe abondent les légendes qui disent que la fonte provient du feu ou qu'elle ne brûlait pas là. Cependant, et en revenant à la réalité, les couleurs vives flashy, bien sûr, ont raison d'être.

Cet animal, comme la plupart des amphibiens, est muni de surfaces toxiques. Dans le cas de l'éraflure commune, le venin se produit dans les grumeaux dorsaux dorsaux dorsaux dorsaux et dans les glandes cérébrales parotoïdes, mais aussi dans les cellules glandes qui se développent entrecoupées le long de l'épiderme, avec une peau généralement irritante. Ce poison est constitué de substances du groupe d'alcaloïdes Salamandarine, et si elle avait un accès direct au sang des ennemis, elle aurait une grande influence sur eux.

Cependant, le poison de la fonte n'a qu'une fonction défensive, de sorte qu'il suffira avec la bouche de l'ennemi qui lui vient avec l'intention de manger avec le fourneau, qui le libérera immédiatement. Ainsi, lorsque l'éraflure détecte le danger, les cellules glandes de la peau sécrètent du poison en mouillant immédiatement tout le corps avec un jus irritant. En outre, les grumeaux dorsaux et les glandes parotoïdes ont la capacité de jeter le poison comme un spray.

L'image de cet animal a toujours été entourée de cabanes et de croyances, souvent considérées comme la bête de la cuisine des sorcières et des démons.

Cependant, ce mécanisme défensif particulier est constitué de couleurs superficielles vives. Et c'est que même si le poison provoque la libération de l'éruption par l'ennemi, la première morsure peut causer de grands dommages à l'animal, il est donc nécessaire d'éviter cette première attaque.

C'est pourquoi l'éraflure, comme beaucoup d'amphibiens de la zone tropicale, revendique son caractère toxique à travers un vêtement vivant et frappant, en faisant connaître ce caractère à tous les ennemis potentiels, ce qui est connu comme coloration "aposmatique". Quoi qu'il en soit, et malgré ce mécanisme défensif complexe, la fonte a un ennemi auquel il semble que le poison ne les affecte pas. Parmi elles, on peut citer la urubie (Strix aluco) et le sanglier (Sus scrofa).

Comme déjà mentionné, la fonte est une espèce particulièrement sèche et se rapproche de l'eau pour frayer les larves. Malgré sa vie nocturne et la nuit, le temps pluvieux peut également être vu pendant la journée à la recherche d'insectes, d'arachnides, de myriapos, de bazos et de vers qui font partie de son alimentation. Bien qu'il soit généralement soliste, parfois de grands groupes ont été vus, mais nous ne savons toujours pas quelle est la cause de ce fait.

Il produit du poison non seulement dans les grumeaux dorsaux dorsaux dorsaux dorsaux et les glandes cérébrales parotoïdes, mais aussi dans les cellules cruciales intercalées à travers la peau.

Contrairement aux autres urodelos d'Euskal Herria, les arrabios sont fécondés à sec. Quand le mâle rencontre une femelle, il monte d'abord, s'arrêtant ainsi. Puis, et attaquant avec ses bras ceux de la femelle, il entre en dessous, et commence immédiatement à frotter avec l'extrémité la pomme de terre de la femelle, avec l'intention qu'elle le serre. Au bout de quelques minutes, le mâle lâche un spermatoforum au sol, après lequel, courbant 90° le tronc, il laisse tomber la femelle sur le spermatophore pour qu'elle la reçoive avec une épingle épaisse. Par ce système, les débris ont conçu la voie pour mener à bien la fécondation interne à sec.

Mais le trait qui explique le mieux le caractère terrestre de la fonte est probablement l'ovibiparité de cet animal. Ce type de reproduction est une exception évidente parmi les urdelos. En fait, les vestiges nous indiquent qu'ils sont en voie de surmonter le cycle de vie amphibie, divisé en deux moyens différents. Les œufs fécondés, au lieu de les mettre en contact avec l'eau, restent dans les oreilles de la femelle jusqu'à compléter le développement embryonnaire, même après l'éclosion.

Quand ils ont une longueur approximative de 5-6 cm, une fois réalisée la métamorphose et obtenant l'apparence des adultes, ils se débarquent pour toujours, cachés dans les taches et les mousses environnantes.

Enfin, et lorsque les larves ont une longueur d'environ 25 mm, la femelle donne naissance à un puits ou une rivière. Ces larves sont des chasseurs insatiables et d'excellents nageurs qui se nourrissent de petits invertébrés qui habitent l'eau; à deux ou trois mois, quand ils ont une longueur d'environ 5-6 cm. Une fois terminée la métamorphose et déjà atteinte à l'apparence des adultes, ils se débarquent pour toujours, se cachant dans les taches et les mousses environnantes.

En dépit de son caractère terrestre marqué, l'éraflure a besoin d'environnements humides et frais pour pouvoir vivre, de sorte que dans le Pays Basque se trouve, surtout, dans les feuilles caduques de forêt, son habitat principal étant le hêtre, le robledal et la forêt mixte humide. En ce qui concerne l'altitude, le Pays Basque a été observé depuis le niveau de la mer jusqu'à des altitudes de 1 600 m, bien que dans les Pyrénées il peut atteindre 1800-1900 m. Cependant, la plupart se trouvent dans le stade montagnard de la région eurosibérienne.

Les larves de fonte sont des chasseurs insatiables qui se nourrissent de petits invertébrés qui habitent l'eau et d'excellents nageurs.

Quant à sa répartition géographique, l'éraflure commune est une espèce de région paléoarctique trouvée au centre et au sud de l'Europe, à l'ouest de l'Asie et au nord-ouest de l'Afrique. Dans la péninsule ibérique on peut dire qu'il apparaît dans tout le nord, alors qu'à l'intérieur il n'apparaît que dans les montagnes.

Quant au Pays Basque, il est habituel dans la plupart des milieux de la région eurosibérienne et dans la plupart des monts de transition. En revanche, il manque dans les plaines et les zones arides du sud en raison des conditions climatiques.

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.