“Publier dans la revue Science n’a pas de prix”

Galarraga Aiestaran, Ana

Elhuyar Zientzia

Ainara Castellanos Rubio a obtenu quelque chose que peu de chercheurs ont obtenu : publier sa propre recherche dans la revue Science. Il s'agit d'une recherche sur un gène spécifique lié à la maladie coeliaque, dont les résultats aideront à mieux connaître la maladie et aider les patients.
science-aldizkarian-argitaratzeak-ez-dauka-prezior 400

Pour cela, et malgré sa jeunesse, il a parcouru un long chemin. Pour commencer les études universitaires, il était clair qu'il voulait être génétique: “J’ai toujours aimé la génétique depuis les rangs de Mendel”. Il commença ainsi à étudier la biologie. Un jour, alors qu'il voyageait dans les couloirs de la faculté, il a vu une affiche qui offrait la réalisation de la thèse à l'hôpital de Cruces. D'où sa thèse: « J’ai trouvé cela attrayant d’être à l’hôpital. J'ai retiré l'affiche pour que personne ne le voie et suis allé à l'interview. C’est ce que m’a fait José Ramón Bilbao, et ce même jour je suis tombé amoureux scientifiquement”.

Il serait son directeur de thèse. Après cinq ans et demi de thèse, il a déménagé aux États-Unis, l'Université de Columbia, pour effectuer un post-doctorat. Là, il a fait la recherche. Pendant quelques mois, il a consacré plus de temps à écrire et à réécrire l'article qu'à étudier: « Nous l’avons présenté d’abord à la revue Nature et l’avons rejeté. Nous l'avons alors envoyé à Science, et non, mais ils ont répondu que si nous avons fait des amendements, ils nous ont peut-être publiés. J’ai dû faire quatre révisions pour être accepté.»

Il a passé près d'un an, et ne cache pas le désespoir que cela a généré: « Un chercheur veut toujours avancer et approfondir la recherche. Mais pour continuer à enquêter, il est indispensable de la publier, et plus elle est prestigieuse, mieux elle est.» Enfin l'effort valait la peine: « Je ne peux pas expliquer ce que j'ai senti quand j'ai su qu'il serait publié dans Science. La publication de Science n’a pas de prix.»

Chance et travail

Castellanos estime qu'il a eu de la chance: « Mon père me dit que ce n’est pas une chance, que j’ai fait beaucoup de travail et que c’est une compensation. Mais le travail n’est pas suffisant, il faut de la chance, et je l’ai eu», avoue humble.

Il vient de Columbia en Janvier et a depuis été professeur à l'université. Il dit qu'on lui a fait une expérience difficile: « Je donne la microbiologie et ce n’est pas ma spécialité. Et il n’est pas facile de nous mettre devant vingt personnes et de donner des explications”.

Toutefois, il reviendra bientôt à l'enquête, après avoir obtenu une bourse Juan de la Cierva. «Grâce à cela, je vais à nouveau enquêter avec Bilbao, dans le département de génétique de l’UPV, pour clarifier la génétique de la maladie cœliaque», a-t-il affirmé avec enthousiasme. Si vous avez du travail et vous pouvez avoir de la chance!

 

Ainara Castellanos Blond

Ainara Castellanos Rubio (Portugalete, 1982) est diplômée en Biologie. Sa thèse, dirigée par José Ramón Bilbao, sur la génétique de la maladie cœliaque, a été lue en 2010. Au cours de la réalisation de la thèse, il a obtenu son doctorat en Finlande pendant quatre mois. Le post-doctoral a été réalisé à l'Université de Columbia entre 2011 et 2016 au laboratoire du docteur Sankar Ghosh. Début 2016, il revient à Euskal Herria avec une bourse Juan de la Cierva.

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.