“Nous avons besoin d’une recherche plus féministe”

Galarraga Aiestaran, Ana

Elhuyar Zientzia

ikerketa-feministagoa-behar-dugu
Ed. Irati Romero Garmendia

Irati Romero Garmendia a dévoilé sa trajectoire depuis Bordeaux. En fait, il travaille dans un laboratoire dédié à la recherche sur le cancer et, bien qu'il ait dû faire un grand effort pour y arriver, il pense qu'il est venu assez naturellement.

« Petit, je voulais toujours savoir pourquoi des choses. En quête de réponses, j'ai étudié la biologie. Pendant ce temps, je suis allé à Prague avec Erasmus et là, j'ai travaillé dans un laboratoire. Puis j'ai réalisé que j'aimais beaucoup le travail de laboratoire. Ainsi, dans la dernière année de carrière, j'ai travaillé dans le laboratoire comme absorbant interne. Et quand j’ai terminé, j’ai fait un master en biologie moléculaire et biomédicine, avec une équipe qui enquête sur la maladie coeliaque », a-t-il rappelé.

Sa satisfaction l'a amené à effectuer sa thèse de doctorat. Il a reconnu que la réalisation de la thèse était «dure» et, malgré son goût, il a fini «fatiguée»: «Il me semblait que je ne pouvais pas vivre une partie de ma vie: j’ai dû quitter la danse, j’allais de moins en moins à Ordizia, je me réunissais avec mes amis… Hors de la thèse, je n’avais pas de vie».

Conscient de cela, il a passé quelques mois pour prendre soin et récupérer les passe-temps abandonnés et, en croyant qu'il était temps, il a commencé à chercher une place pour le post-doctoral: « Mais c’était très difficile. Je pensais que j’avais déjà fait la thèse et j’ai réalisé qu’il y avait quelqu’un, mais j’ai réalisé que ce n’était pas suffisant du tout, je sentais une pression énorme.»

Dans sa recherche, il a appris les bourses Global Training. « En fait, ils sont des aides à l’insertion du travail, mais j’ai regardé et vu qu’à Bordeaux il y avait un groupe dédié à la recherche sur le cancer. Ils m’ont fait la demande et m’ont reçu.»

Par conséquent, il étudie maintenant les glioblastomes. Il dit qu'il est très différent des recherches effectuées jusqu'à présent. En fait, il a étudié la base génétique dans la maladie coeliaque. Il étudie maintenant les processus de la maladie, les changements qui se produisent dans son développement. « Cela m’a obligé à changer de perspective. La première question était pourquoi et est maintenant comment, ou ce qui peut être fait. C'est très différent. Mais cela me plaît aussi. En outre, il est plus appliqué que ce que je faisais avant, et cela me remplit beaucoup”.

Mais d'autres aspects de la recherche n'aiment rien. Et, malheureusement, ils sont similaires à Bordeaux et ailleurs. Il est généralisé que les chercheurs doivent tout donner pour leur travail et il est considéré comme normal de travailler douze heures par jour. « Cette culture est très imprégnée et si vous essayez de compatibiliser au travail et à la vie personnelle, vous vous trompez. Vous restez hors de la compétition”.

Misez sur une recherche plus féministe

Elle revendique qu'elle devrait être une recherche plus féministe. « Tout d’abord, à Bordeaux, même si la plupart des chercheurs sont des femmes, nos aînés sont des hommes. Et normalement les garçons rivalisent plus et sont plus individualistes. Mes amis sont des filles et nous nous aidons plus. »

Et il dit qu'il est basé sur cette science: « créativité et échange d’idées. La hiérarchisation, au contraire, entrave la communication. D'autre part, les résultats doivent également être immédiats. C'est une vision machiste: vous avez l'obligation de publier rapidement et beaucoup, et cela va à l'encontre de la qualité. Et c’est qu’il faut prendre le temps de penser quelle est la question, à quoi nous voulons répondre et ainsi, de plus, les ressources sont mieux destinées».

Cependant, pour le moment, il a l’intention de continuer à enquêter, «si vous descendez du train, alors il est presque impossible de remonter». Mais il est clair qu'il veut retourner à Euskal Herria et doute s'il maintiendra sa vie d'investigation pendant longtemps, parce qu'il considère que le système actuel est nuisible: « Comment allons-nous faire quelque chose au profit de la société si nous ne prenons pas soin de nous ? »

Irati Romero Garmendia

Il est né à Ordizia en 1990. Diplômé en Biologie et Master en Biologie Moléculaire et Biomédecine de l'Université du Pays Basque. Au cours des dernières années, il a étudié la génétique de la maladie coeliaque et a terminé son doctorat en 2019 dans ce domaine. Actuellement, le glioblastome est en cours d'enquête à Bordeaux.

Jarrai iezaguzu

Zu idazle

Zientzia aldizkaria

azken alea
Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.