Ils ne nous voleront pas !

Comme un mauvais roman de science-fiction, l'ingénierie génétique peut aujourd'hui étudier le code génétique des êtres vivants et le manipuler en laboratoire. L'avancée rapide de la technologie a ouvert les portes à la possibilité d'être génétiquement modifié à des fins commerciales, que pensez-vous? En conséquence, on s'est montré intéressé à breveter des êtres et des éléments qui se trouvent dans la nature, notamment de la part d'entreprises multinationales.

Pour mieux comprendre tout cela, nous prenons un exemple de l'arbre neem qui se trouve en Inde et en Afrique. Les habitants de la région ont traditionnellement connu les caractéristiques, les propriétés et l'utilisation de cet arbre, qui a été principalement utilisé comme contraceptif et insecticide. Mais récemment W. R. La société américaine Grace a breveté un composé appelé azadiractine, issu de cet arbre. La propriété de ce patrimoine naturel de l'Inde et de l'Afrique est à vous, donc, le droit à la commercialisation du produit.

Joxerra Zabala

Qu'est-ce qu'un brevet ? En définitive, le brevet est la formule de propriété intellectuelle. Par le brevet, l'exploitation commerciale d'un produit est entre les mains du propriétaire. À des fins légales, le droit d'exploitation ainsi obtenu est acquis pour une durée de vingt ans.

Lorsque vous voulez breveter quoi que ce soit, vous devez répondre aux exigences établies par la loi. Entre autres choses, ce que l'on veut breveter doit être nouveau, en plus d'être un usage industriel et utile. Voyons à nouveau l'exemple que nous avons mis avant. En quoi consiste la découverte des entreprises américaines ? Voici le boiteux ! Il n'y a rien de nouveau, parce que les locaux connaissaient déjà l'utilisation de ce produit. Mais c’est une “bêtise” de second ordre, car il semble que les chercheurs de la multinationale ont “amélioré” le produit. Combien sont rapides les capitalistes !

Avec ce genre d'arguments, toute entreprise peut faire avec les éléments que nous trouvons dans la nature d'un jour à l'autre, car il est facile de réinventer quelque chose qui est inventé. Sans doute, cette pratique va à l'encontre des droits des peuples et des animaux, en plus d'être un vol honteux, clair. En outre, il s'oppose directement à l'obligation de protéger et de soigner les animaux, car cette politique de brevets considère ces êtres comme des objets.

Face à cela, en Europe s'organise un grand nombre de groupes critiques, certains créés à l'ombre du mouvement écologiste, mais aussi d'un autre type de militantisme : féministes, syndicats paysans, associations solidaires, groupes de gauche... En Espagne a également été créé le Réseau pour la lutte contre les brevets sur la vie et le contrôle de l'ingénierie génétique; en Euskal Herria, nous n'avons pas encore de groupe de ce type, mais le syndicat EHNE est membre du réseau et d'autres groupes cités (Eguzki, Ekik, Plate-forme Erreka, etc.) ont montré leur préoccupation pour cette pratique.

Malheureusement, les Basques doivent le prendre tranquille, parce que parmi nous la biodiversité et la richesse de la nature est assez faible et grâce à la classe politique que nous avons, en quelques années il sera plus rare. En tout cas, se mettre contre les nouveaux voleurs de multinationales n'est pas mauvais, pour voir si nous ne volons rien. Ils sont rapides, certes, mais ils ne pourront pas dire que les Basques sont d'hier matin.

Jarrai iezaguzu

Zu idazle

Zientzia aldizkaria

azken alea
Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.