Le cerveau a-t-il une orientation sexuelle?

Nora García García

Nafarroako Gizarte Zerbitzuen koordinatzailea

Nafarroako Gizarte Zerbitzuak

Ainara Gomez Gastiasoro

Psikologia fakultateko irakaslea

Oinarrizko Psikologia Prozesuak eta Garapena Saila. EHU

Jurgi Cristóbal Azkarate

Psikologia fakultateko irakaslea

Oinarrizko Psikologia Prozesuak eta Garapena Saila. EHU

Existe-t-il des domaines spécifiques liés à l'orientation sexuelle? Les cerveaux des homosexuels, bisexuels et hétérosexuels sont-ils différents ?

Des recherches basées sur des techniques neurovisuelles peuvent aider à répondre à ces questions en réduisant la stigmatisation associée à des orientations sexuelles non hétérosexuelles.

ba-al-du-garunak-sexu-orientaziorik
Ed. María García Gastiasoro

 

L'orientation sexuelle est l'attraction romantique et/ou sexuelle qui se sent vers des personnes de sexe différent et/ou de sexe différent. L'orientation sexuelle est une solution qui va de l'homosexualité exclusive à l'hétérosexualité exclusive, couvrant différents niveaux d'une bisexuelle. Par contre, l'asexualité est le manque d'attraction sexuelle (Ministère espagnol de la Santé, 2000). De nouvelles études montrent que l’orientation sexuelle pourrait être le résultat de l’interaction de facteurs génétiques et environnementaux tels que la famille, la société, la culture… (Ganna et al., 2019)

La pratique habituelle de comportements sexuels entre individus du même sexe chez de nombreuses espèces d'individus suggère que la diversité des orientations sexuelles a des racines génétiques/biologiques. Il convient de souligner que évolutivement ils se produisent aussi chez des espèces proches de l'homme, comme les chimpanzés, les bonobos (Savolain et Hodgson, 2016). Paradoxalement, les comportements homosexuels sont souvent considérés comme anti-naturels.

En fait, l'homosexualité a été classée comme trouble mental dans la première édition du Manuel de diagnostic et de statistique des troubles mentaux (American Psychiatric Association, 1952), et c'est ainsi qu'elle a été retirée de la deuxième édition du manuel. Cependant, il y a encore ceux qui comprennent les orientations sexuelles autres que l'hétérosexualité comme une phase des déviations, des caprices ou du développement qui peuvent être corrigées par l'éducation; et LGTBIQ+ — lesbiennes, gays, transgenres, transsexuels, bisexuels, intersexuels, queer et autres identités et orientations — on constate une stagnation ou un recul dans la tolérance aux droits collectifs.

L’orientation sexuelle est-elle synonyme de nature ?

Au-delà de l'attraction sexuelle, on tend à lier l'orientation sexuelle au caractère. Par exemple, le terme gay est habituel comme forme de procéder, musique, mode, etc. qui s'associent à l'homosexualité masculine. utilisation descriptive. Dans la science également, des tentatives ont été faites pour séparer les personnes homosexuelles des personnes hétérosexuelles du même genre, fondées sur l'identité et le comportement en général (Wells et Schofield, 1972). En tout état de cause, les recherches les plus récentes indiquent que le lien direct entre identité et orientation sexuelle est faible. Aucune différence n'a été constatée dans les capacités cognitives telles que la mémoire et l'attention (Xu et al., 2020 Cependant, il a été constaté que les homosexuels ont tendance à être plus ouverts aux nouvelles expériences que les hétérosexuels (Allen et Walter, 2018).

Recherche des bases neurologiques de l'orientation sexuelle

Ed. Fibonacci Blue CC

Une autre ligne de recherche a été d'analyser les bases neurologiques de l'orientation sexuelle par des mesures des structures cérébrales. La découverte dans le cerveau des particularités liées aux orientations sexuelles indiquerait que les orientations sexuelles ont leurs bases organiques.

À cet égard, les recherches pionnières ont étudié les cerveaux des hommes hétérosexuels (GHe), des hommes homosexuels (GHo) et des femmes hétérosexuelles (EHe), postmortem. Ainsi, ils ont noté que la taille et le nombre de neurones d’un domaine spécifique de l’hypothalamus participant au comportement sexuel étaient similaires dans les ODD et les RCD (LeVay, 1991; Swaab et Hofman, 1990). C'était la première preuve empirique qui coïncidait avec l'idée que les préférences romantiques/sexuelles sont basées sur le cerveau. Comme dans de nombreuses études, les cerveaux des femmes homosexuelles (EHo) n'ont pas été analysés.

Plus récemment, la résonance magnétique nous a permis d'étudier l'anatomie du cerveau in vivo. Les recherches réalisées avec cette technique ont trouvé quelques différences dans la taille du corps de chaleur — dans les GHs est plus grande que dans les GHs — (Witelson et al., 2008), dans le volume du talamo — dans les GHos est inférieur à celui des RD et GHe, mais similaire dans les GHos et EHe — (Manzouri et Savic, avec le b; Votinov et al., 2021), et dans le volume du buitam — plus élevé dans les GHo,que dans les RD, mais similaire dans les GHo,et GHe — (Votinov et al., 2021)

Il existe également des différences dans le volume et l'épaisseur des surfaces cérébrales, notamment dans les lobes frontaux, temporaires, pariétaux et occipital (Abé et al., 2014; Manzouri et Savic, Implique, b, a; Ponseti et al., 2007; Votinov et al., 2021) Cependant, bien que des similitudes ponctuelles aient été trouvées dans certains domaines de la croûte cérébrale entre les ODD et les RCD, et entre les RD et les ED, en général, les résultats sont hétérogènes et aucun modèle d’orientation sexuelle ne peut être établi sur cette base.

Dans la même ligne, pour voir si l'orientation sexuelle sera liée à l'interconnexion anatomique des différentes parties du cerveau, la substance blanche du cerveau a également été étudiée par des techniques neurovisuelles. C’est ainsi que Wang et ses camarades (2020) ont constaté des différences entre les ODD et les ODD en ce qui concerne la connectivité entre la circoncision centrale postérieure du lobe pariétal et la circoncision marginale supérieure – dans les ODD était inférieure à celle des ODD. Manzouri et Savic (conscients) n'ont trouvé aucune différence dans la connectivité cérébrale des femmes d'orientations sexuelles différentes.

En outre, le neuroimagen fonctionnel permet d'analyser la connectivité fonctionnelle du cerveau, c'est-à-dire la tendance à activer synchroniquement les différentes régions cérébrales (Annicchiarico, 2009; Frigerio et al., 2021) Comme dans les études de connectivité anatomique, les résultats sont hétérogènes et, en fonction de la recherche et des domaines analysés, on constate que les homosexuels ont plus ou moins de connectivité fonctionnelle que les hétérosexuels. Par exemple, les homosexuels montrent une moindre connectivité fonctionnelle entre les zones frontales et occipitales (Manzouri et Savic, b, a) et entre les différentes zones du lobe occipital (S. Hu et al. 2013), plus que hétérosexuels. Par ailleurs, parmi les domaines où les homosexuels présentent une plus grande connectivité fonctionnelle que les hétérosexuels se trouvent les zones talamiques et l'hypothalamus (Manzouri et Savic, b), le lobe temporel et le mésencéphale (S. Hu et al. 2013), et les amigdales à croûte ciningulée, l'amygdale contralatérale, le corps sous-jacent, l'hypothalamus, les différentes zones du lobe frontal, le buquet et le lobe pariétal.

Deux des sites où les femmes homosexuelles et les hommes hétérosexuels ont trouvé certaines similitudes dans la réponse aux stimuli sexuels, la taille, la connectivité et les études d'image cérébrale chez les hommes homosexuels et les femmes hétérosexuelles. Ed.© Society for Neuroscience (2017). Modifié par les signataires

Comme pour les recherches sur la taille des différentes structures cérébrales, des similitudes ont été trouvées au niveau de la connectivité fonctionnelle entre les RD et ED, et entre les GH et EHe, mais ponctuelles et donc non généralisables. En particulier, Savic et Lindström (2008) ont constaté que l’ED a un modèle similaire à celui des EHs dans la connexion fonctionnelle de l’amygdale avec l’écorce cinglée, la zone sous-jacente et l’hypothalamus, tandis que l’EHo affiche une connectivité fonctionnelle similaire à la GHe entre l’amygdale et le lobe lobal, front paramital.

Enfin, les études de neuroimagen fonctionnel ont permis d'analyser l'activation cérébrale contre les stimuli de contenu sexuel entre différentes orientations sexuelles. Ainsi, des parallélisme ont été établis entre EHo et GHe et entre GHo et EHe. Plus précisément, en utilisant la tomographie par émission de positrons, il a été constaté qu'un stimulus olfactif masculin (un androgène) produisait l'activation dans l'hypothalamus de GHoy EHe. Par contre, les EHs et GHs activaient des zones semblables au cerveau par un stimulus olfactif féminin (Berglund et al., 2006; Savic et al., 2005).

Ce modèle d'activation différentielle en fonction de l'orientation sexuelle est également donné avec des stimuli visuels (S. H. Hu et al. 2008; Paul et al., 2008). Les recherches ont montré que l'affichage d'images et de vidéos érotiques active des espaces spécifiques de l'écorce cérébrale, tels que le lobe frontal, temporaire, pariétal, occipital et les zones céréalières. Quant aux structures sous-corticales, le talamo, l'hypothalamus et les zones du corps strié étaient activés. Alors que les ED affichaient une plus grande activation en regardant des photos et des vidéos érotiques masculines, les ED affichaient une activation plus intense avec les femmes, les hommes bisexuels affichaient une activation similaire avec les stimuli masculins et féminins, dans différentes zones du cerveau, y compris le corps strié (Safron et al., 2017) Chez les femmes, par contre, les EHs ont montré une plus grande activation du corps strié ventral par rapport aux photos érotiques féminines; et les femmes bisexuelles et EHe n'ont pas montré d'activations caractéristiques dans ce domaine par rapport aux stimuli féminins, ni masculins (Safron et al., 2018)

Conclusions

Dans la réponse aux stimuli sexuels, les études par neuroimágenes ont trouvé des similitudes entre les RD et ED, d'une part, et entre les GHo et EHe, d'autre part, dans la taille et la connectivité de certaines structures cérébrales intervenant dans le comportement sexuel, comme le talamo et l'hypothalamus. Cela suggère qu'il existe une base neurobiologique dans le désir des traits féminins et masculins et qu'il existe donc dans le cerveau des espaces liés à l'orientation sexuelle.

En même temps, en ce qui concerne l'orientation sexuelle, des différences ont été constatées dans la taille et la connectivité de certains noyaux et domaines non spécifiquement liés au comportement sexuel, tels que le kuneo et le cortex aveugle.

Il est difficile d'attribuer une fonction à ces dernières différences, car ces études sont simplement descriptives. Dans tous les cas, la relation faible ou nulle entre l'orientation sexuelle et l'identité et la cognition suggère que ces différences sont liées au traitement des informations à caractère sexuel/romantique. Par conséquent, nous pouvons conclure que le cerveau a une orientation sexuelle, toujours en relation exclusivement avec les préférences sexuelles/romantiques.

Cela dit, les similitudes observées entre les personnes à orientation inverse et les personnes du genre par des techniques de neuroimagen sont très ponctuelles, et il serait erroné de déduire que les HB ont le cerveau masculin et les GH le féminin. En outre, des études basées sur des techniques neurovisuelles montrent que chaque orientation sexuelle présente une grande diversité cérébrale et que les cerveaux des homosexuels, bisexuels et hétérosexuels ne sont généralement pas différents. Cela expliquerait pourquoi le lien entre les caractéristiques de l'eau, de l'eau, du tourisme et du sexe n'a pas été trouvé. Tout ce qui précède souligne qu'il est erroné de réduire une personne à sa préférence romantique/sexuelle.

 

Remerciements

Nous remercions Garikoitz Beitia et Ana Galarraga de leur collaboration dans l'amélioration de leur écrit, María García pour leur travail avec des images et nos amis et parents, en particulier Iván Arriazu, pour leur commentaire constructif.

 

Bibliographie

Abé, C., Johansson, E. Allzén, E., et Savic, I. 2014. "Sexuelle orientation related differences in cortical thickness in male individuals". PLoS ONE, 9(12), 1–14. https

Allen, M. S. et Walter, E. R. 2018. "Linking big five personality traits to sexuality and sexual health: A \-analytic review". Psychological Bulletin, 144(10), 1081–1110. https://doi.org/10.1037/bul00157

American Psychiatric Association. 1952. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-I) (1st edition). American Psychiatric Association, Washington DC.

Annicchiarico, I. 2009. "Psychobiologie de l'homosexualité masculine : Résultats récents. Universitas Psychologica, 8(2), 429–446.

Berglund, H., Lindström, P., et Savic, I. 2006. "Brain response to putative pheromones in lesbian women". Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 103(21), 8269–8274. https://doi.org/10.1073/pnas.0600331103

Frigerio, A. Ballerini, L., et Valdés Hernández, M. 2021 "Structural, Functional, and Metabolic Brain Differences as a Function of Gender Identity or Sexual Orientation: A Systematic Review of the Human Neuroimaging Literature. Archives of Sexual Behavior, 50(8), 3329–3352. https://doi.org/10.1007/s10508-021-02005-9

Ganna, A. Verweij, K. J. H, Nivard, M. G. Maier, R., Busch, A. S, Abdellaoui, A. Guo, S., Fah, J. Lichtenstein, P., Auton, A. Harris, K. M, Gary, W., Martin, E. R. Sanders, A. R. Perry, J. R. B. Benjamin, M., Zietsch, B. P. Unit, T. G. Général, M., … Amsterdam, V. U. 2020. "GWAS reveals insights into the genetic architecture of same-sex sex sex behavior". Science. 365(6456), 1–22. https:

Hu, S. H, Wei, N., Wang, Q. D. Yan, L. Q, Wei, E. Q, Zhang, M. M, Hu, J. B. Huang, M. L. Zhou, W. H., et Xu, Y. 2008 Patterns of brain activation during visually evoked sexuel arousal differ between homosexuel and heterosexual men. American Journal of Neuroradiology, 29(10), 1890–1896. https://doi.org/10.3174/ajnr.A1260

Hu, S., Xu, D., Peterson, B., Wang, Q., He, X, Hu, J., Xu, X, Wei, N., Long, D., Huang, M., Zhou, W., Xu, W., Zhang, M., et Xu, Y. 2013. 'Association of Cérébral Networks in Resting State with Sexual Preference of Homosexuel Men: A Study of Regional Homogeneity and Functional Connectivity". PLoS ONE, 8(3), e59426. https:

LeVay, S. 1991 "A difference in hypothalamic structure between heterosexual and homosexuel men". Science, 253(5023), 1034–1037. https://doi.org/10.1126/ 20171887219

Manzouri, A., et Savic, I. el. “Sex dimorphism and sexual orientation”. Human Brain Mapping, 39(3), 1175–1186. https://doi.org/10.1002/hbm.23908

Manzouri, A., et Savic, I. p "Multimodal MRI suggests that male homosexualité may be linked to cérébral midline structures". PLoS ONE, 13(10), 1–19. https

- 2000. Glossaire des termes sur la diversité affective sexuelle. https:

Paul, T., Schiffer, B. Zwarg, T., Krüger, T. H. C. Karama, S., Schedlowski, M., Forsting, M., et Gizewski, E. R. 2008 "Brain response to visual sexual stimuli in heterosexual and homosexuel mal". Human Brain Mapping, 29(6), 726–735. https://doi.org/10.1002/hbm.20435

Ponseti, J. Siebner, H. R. Klöppel, S., Wolff, S., Granert, O., Jansen, O., Mehdorn, H. M. et Bosinski, H. A. 2007. "Homosexuel women have less grey matter in perirhinal cortex than heterosexual women". PLoS ONE, 2(8), 1–5. https

Safron, A. Klimaj, V., Sylva, D. Rosenthal, A. M, Li, M., Walter, M., et Bailey, J. M. 2018. Neural Correlates of Sexual Orientation in Heterosexual, Bisexual, and Homosexuel Women. Scientific Reports, 8(1), 673. https://doi.org/10.1038/s41598-017-18372-0

 

Jarrai iezaguzu

Zu idazle

Zientzia aldizkaria

azken alea
Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.