“Je veux que les aveugles voient le monde en utilisant la technologie”

Carton Virto, Eider

Elhuyar Zientzia

Le japonais Asakawa de Chie rêve d'être athlète olympique. Mais son rêve a été frustré quand il a commencé à souffrir accidentellement le nerf optique et à perdre la vue, qui est devenu aveugle au fil du temps. Il a ensuite travaillé comme scientifique informatique et a contribué à améliorer la qualité de vie des aveugles grâce à onze contributions technologiques. La cécité est un obstacle au travail, mais en même temps, vivre sur sa peau l'a amené à connaître parfaitement les besoins des aveugles. D'où peut-être sa valeur et son succès. Il est actuellement chercheur chez IBM et nous avons interviewé en profitant de la visite du Laboratoire Egokitzen, qui fête ses 30 ans, au Pays Basque.

chieko-asakawa-teknologia-erabiliz-itsuek-mundua-i
Ed. Jon Urbe/PhotographiPress

Que signifie l'accessibilité dans votre vie quotidienne ?

L'accessibilité et la technologie ont une signification claire pour moi: améliorer ma vie. J'ai besoin de technologie pour accéder à l'information. Il sert donc à améliorer ma vie.

Tout au long de votre vie, vous avez travaillé pour faciliter l'accès à la technologie aux aveugles. Pour l'avenir, l'une de ses premières contributions était d'obtenir un processeur numérique pour documents braille, non ?

Oui. À l'âge de 14 ans, j'étais aveugle avec un coup dans l'œil gauche en étant dans la piscine. Il m'a été difficile de vivre sans voir et j'avais deux difficultés principales, parmi beaucoup d'autres : d'une part ma mobilité, et d'autre part j'avais besoin de ressources pour accéder à l'information. À l'époque, il n'y avait ni ordinateurs, ni internet, ni smartphones. Il y avait des livres gravés sur des bandes et seulement des livres en braille à lire à la main. Il était difficile de trouver des livres écrits en braille, et encore plus difficile de trouver le livre que je voulais. Ces deux difficultés m'ont amené à travailler sur l'accessibilité.

J'ai commencé à travailler chez IBM en 1985, en développant un éditeur de braille, un vocabulaire braille et un réseau ou un système de réseau pour le braille. Pour créer un éditeur de braille, j'ai commencé à développer le clavier braille et à faire des traducteurs braille, de sorte que les ordinateurs pouvaient aussi diriger le braille. En fait, jusqu'alors les livres en braille étaient écrits en machine ou en braille, donc s'il y avait une erreur dans le texte, on ne pouvait pas éditer. Le processus de création du braille est devenu numérique.

Avec ces éditeurs, les textes en braille prolifèrent énormément et ils commencèrent à se diffuser plus facilement. Depuis la numérisation du braille, tout ce qui concerne le braille a beaucoup changé. Les écrits en braille sont beaucoup plus accessibles.

Le chercheur chilien Asakawa teste l'application Navcog.

Elle est également connue parce que dans les années 90, elle a développé la navigation vocale sur Internet, c'est-à-dire la technologie de conversion de textes à voix. Vous avez ainsi pu mettre Internet à la disposition des aveugles.

Oui, en plus de numériser le braille, c'était une autre nouveauté. Au milieu des années 90, je pensais que l'accès à Internet à voix simple changerait beaucoup la vie des aveugles. Il y aurait là un saut.

Puis j'ai proposé d'utiliser le clavier. Quiconque ne peut pas voir l'écran et ne peut pas utiliser la souris devrait également pouvoir naviguer sur Internet. J'ai donc développé un système dans lequel les aveugles pouvaient naviguer sur Internet avec seulement 10 touches. Par exemple, les trois premières touches servent à passer d'un lien à un autre; les trois suivantes, pour passer d'une ligne à l'autre, etc. De cette façon, les écrans et les souris n'étaient pas nécessaires. À partir de là, les aveugles auraient pu lire tous les jours les journaux, faire des achats ou lire les bilans de la banque en ligne.

Avec le moteur de recherche vocale beaucoup de choses sont devenues possibles pour les aveugles et il est significatif que lorsque ce système est sorti, nous avons eu un grand feedback de la part des aveugles. Je me souviens de ce qu'un me dit particulièrement: “Pour moi, Internet est devenu une petite fenêtre sur le monde”. Pour nous, cette mention a été très importante, alors nous avons réalisé l'importance de ce système pour les aveugles, pour faciliter l'accès à l'information.

Chieko Asakawa rencontre une connaissance et utilise son assistant cognitif pour identifier ce qu'il a devant et savoir quelle émotion manifeste. Ed. IBM Research

Récemment, lors d'une conférence TED, il a souligné que l'accessibilité favorise la créativité des chercheurs et que ces technologies ne sont pas exclusivement destinées aux aveugles, mais à tous. Pensez-vous que nous en sommes assez conscients ?

C'est un sujet très important. Beaucoup de gens ignorent l'origine des innovations. Par exemple, le téléphone: Graham Bell a développé un outil de communication, mais apparemment il cherchait un moyen de faciliter la communication entre les personnes handicapées. Mais beaucoup de gens ne le savent pas.

De nombreuses nouvelles technologies ont été développées pour les personnes handicapées. Par exemple, l'OCR (système de reconnaissance optique des caractères) et la technologie de reconnaissance vocale. Ils ne sont pas exclusivement utilisés par les personnes handicapées. Mais la motivation initiale était d'aider les personnes handicapées. L'OCR est né dans le but d'aider les personnes malvoyantes à lire, et la technologie de reconnaissance vocale pour aider les personnes ayant des problèmes auditifs dans les entrevues. Par conséquent, la motivation vient du soutien aux personnes handicapées, mais ensuite, au quotidien, ces technologies sont également utilisées par ceux qui ne les ont pas. Il est important de réaliser cela, car il est indéniable que les technologies accessibles ont été un avantage pour toute la société. Actuellement, tous les smartphones ont intégré la technologie de communication vocale avec l'appareil.

Un autre exemple sont les conducteurs qui doivent conduire mais qui doivent être informés. Et ces technologies basées sur la voix sont très utiles pour eux. Il faut garder à l'esprit que les technologies accessibles essaient de compléter les capacités diminuées, mais ils sont également très utiles pour ceux qui ne le sont pas, quand l'un des sens est occupé.

Vous développez maintenant une nouvelle application pour smartphones qui, comme vous le dites, vous aidera à naviguer dans notre monde. C'est-à-dire qu'il améliore la vie analogique des aveugles. Comment fonctionne cette technologie? Comment vous aider ?

Maintenant, vous pouvez obtenir beaucoup d'informations en utilisant la technologie, mais il est encore très difficile d'accéder au monde réel. Il y a tellement de choses autour de nous : poteaux, signaux, personnes, constructions… Tout cela nous ne pouvons pas l'intérioriser sans vision. Nous appelons ce problème « accessibilité du monde réel » et c’est le but de ma recherche actuelle. Je veux que les aveugles voient le monde en utilisant la technologie.

Notre premier objectif est de développer des systèmes de navigation à l'intérieur et à l'extérieur de la maison. Nous avons GPS à l'extérieur, mais le GPS a peu de précision (parfois peut avoir une erreur de 20-100 mètres), et ce n'est pas suffisant pour un aveugle. Il n'existe pas non plus un système de localisation spécifique pour l'intérieur de la maison. Ainsi, nous avons créé un système qui place la personne avec une précision de métro et moyenne, à l'extérieur comme à l'intérieur.

Avec notre application, un aveugle peut naviguer avec une précision de métro et moyenne. Si vous lui dites “je veux aller à l'université”, il vous dira comment sortir de la porte, quand aller à droite ou en haut, quand il y a des escaliers… Il vous aidera à arriver à l'université.

Mais notre objectif n'est pas seulement le système de navigation. Nous voulons aussi utiliser les caméras pour détecter les informations qui nous entourent: par exemple, pour connaître les visages, les objets… Pour détecter les choses qui nous entourent. Notre objectif est ambitieux et nécessite la collaboration de chercheurs et de développeurs du monde entier.

Quelles sont les principales contributions technologiques qui ont amélioré la vie des aveugles dans leur expérience?

Le plus important et pratique a été la technologie accessible pour l'accès à Internet, car il nous fournit toutes les informations disponibles sur le réseau. Nous pouvons communiquer par e-mail avec les autres. C'est le plus pratique maintenant. S'il y a quelqu'un qui n'a pas encore utilisé cette technologie, j'encourage Internet dans sa vie quotidienne. Étant aveugle, je n'imagine pas ma vie sans Internet.

Nous n'avons pas encore atteint le second parce qu'il n'est pas disponible partout. Il y a beaucoup de travail à faire pour accéder au monde réel, mais cela changera vraiment notre vie. Les systèmes de localisation permettent aux aveugles de se déplacer dans le monde réel sans se perdre. La navigation est très importante pour nous rapprocher du monde réel, mais il reste encore beaucoup à développer. Il existe des systèmes disponibles, mais il faut encore travailler plus pour qu'ils soient plus utiles et pratiques. En plus d'une technologie qui facilite l'interaction entre l'homme et l'ordinateur, nous avons besoin d'autres. Par exemple, la robotique, la vision artificielle, l'intelligence artificielle… et nous avons aussi besoin de l'aide de psychologues.

Et dans la société est-elle suffisante avec le niveau de conscience que nous avons sur l'accessibilité? Ou sommes-nous encore loin de comprendre votre monde ? Que pensez-vous manquer pour assurer l'accessibilité pour tous ?

C'est une bonne question. Pour atteindre notre objectif, il faut encore beaucoup avancer. C'est pourquoi toutes les technologies que nous développons sont open source, pas secrètes, car nous espérons que nous les développerons beaucoup plus rapidement parmi les chercheurs du monde entier. De plus, non seulement les chercheurs et les développeurs, plus les gens sont sensibilisés à ce sujet, plus vite les aveugles atteindront ce monde réel. Imaginez que si vous comprenez combien l'accessibilité est importante sans être chercheur, vous pouvez vous aider beaucoup. Par exemple, si vous êtes architecte, quand vous faites une ville ou une maison, vous le ferez autrement. Pas de coussins, pas d'escaliers… Comme le niveau de conscience augmente, vous pouvez obtenir beaucoup plus rapidement.

Asakawa de Chie

Chieko Asakawa est né à Osaka (Japon). Il est d'abord diplômé en littérature anglaise, puis a appris à programmer. Depuis, il a travaillé chez IBM comme scientifique informatique. Il a été un pionnier dans le développement de la technologie pour les aveugles comme la navigation vocale sur Internet. L'impact des travaux d'Asakawa se reflète dans les prix et les mérites reçus, dont la médaille d'honneur du Japon.

En adaptant le Laboratoire travaillant pour l'accessibilité en Euskal Herria.

Le chercheur Asakawa de Chie arrive au Pays Basque sous prétexte que le Laboratoire EGOKITZEN fête ses 30 ans. Le Laboratoire Egokitu, avec une longue expérience dans la recherche sur l'interaction entre les hommes et les ordinateurs pour des besoins spéciaux, a apporté un grand rapporteur pour la célébration.

L'anniversaire a été utilisé pour vérifier l'évolution de l'étude d'accessibilité et rappeler le travail effectué par le laboratoire. Le laboratoire est situé à la Faculté d'Informatique de l'Université du Pays Basque, à Donostia. Rétrospectivement, Julio Abascal, directeur du Laboratoire, rappelle sa naissance : « En 1985, nous travaillions dans le domaine du matériel avec des microprocesseurs, mais nous ne voyions pas notre avenir uniquement entre ordinateurs. Cette année-là, ils nous ont appelés d'Aspace et nous ont demandé s'il était possible de créer un communicateur électronique pour une fille qui ne pouvait pas parler. Nous nous sommes plongés dans ce travail et nous avons réalisé que c’était ce que nous voulions faire. »

Ces premiers travaux étaient presque artisanaux. D'une part, parce que le cas particulier de chaque personne avait besoin d'un traitement différent et de l'autre, parce qu'il n'avait pas encore développé une méthodologie pour la conception d'interfaces spéciales. « Ce type de travail n’était pas durable. Chaque cas nécessitait beaucoup de temps et, de plus, les progrès technologiques rendaient vite obsolètes nos conceptions. C’est pourquoi nous réduisons les conceptions spécifiques et entrons dans le chemin de l’Accessibilité Universelle ». L'accessibilité universelle ou « Design pour tous » vise à rendre accessible la technologie commune pour tous.

Aujourd'hui, il utilise des techniques de transcoding pour rendre des sites accessibles et travaille sur le projet eGovernability, en collaboration avec des administrations et des universités européennes, afin de rendre l'administration électronique plus utile et plus accessible.

Mais dans le studio d'accessibilité, tout n'est pas rose. Jules Abascal lui-même affirme: « Dans ce domaine, de nombreuses promesses sont faites. Et une somme d'argent est dépensée dans certaines technologies sans avenir, au profit de groupes de recherche et d'entreprises, mais au détriment des utilisateurs. Il sera très important d’approfondir l’éthique de la recherche et du développement.»

Interrogé sur son objectif futur, Abascal affirme: « Que toutes les technologies numériques conçues soient accessibles à tous, à savoir tous les outils et programmes, et leurs services. De plus, nous espérons qu'à l'avenir les méthodologies et les outils de conception éviteront les conceptions inaccessibles. Pour y parvenir, il est nécessaire d’incorporer aux progrès technologiques la conscience sociale et les lois d’inclusion».

Gehitu iruzkin bat

Saioa hasi iruzkinak uzteko.

Babesleak
Eusko Jaurlaritzako Industria, Merkataritza eta Turismo Saila
MAIER Koop. Elk.
KIDE Koop. Elk.
ULMA Koop. Elk.
EIKA Koop. Elk.
LAGUN ARO Koop. Elk.
FAGOR ELECTRÓNICA Koop. Elk.